Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire

Gérard Noiriel, Les fils maudits de la République. L’avenir des intellectuels en France

Paris, Fayard, coll. Histoire de la pensée, 2005, 275 p.
Solange De Jésus
Référence(s) :

Gérard Noiriel, Les fils maudits de la République. L’avenir des intellectuels en France. Paris, Fayard, coll. Histoire de la pensée, 2005, 275 p.

Texte intégral

1Qu’une personnalité telle que Gérard Noiriel consacre un ouvrage aux intellectuels représente une nouveauté assez inattendue. En effet, historien et sociologue renommé, l’auteur est un spécialiste reconnu des questions liées à l’immigration. D’abord centrés sur le monde ouvrier du bassin houiller de l’Est de la France, duquel il est originaire, ces travaux ont ensuite évolué vers une analyse des autres vagues d’immigrants sur le territoire national et européen, au cours des deux siècles derniers. Ces pistes de recherches lui ont servi de grille de lecture pour élaborer une histoire du pouvoir, cette dernière étant vue à travers le prisme de la gestion politique du phénomène social considéré. Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, Gérard Noiriel est un éminent représentant de la socio-histoire ; il a pu enrichir ses connaissances épistémologiques outre-Atlantique où, dans les années 90, il fut chercheur invité à l’Institute for Advanced Studies de Princeton, et membre de l’Institute of French Studies de New York. D’où une expérience de terrain à l’échelle internationale qui va de pair avec un fort engagement pour la cause sociale, à l’instar de sa directrice de thèse, Madeleine Rebérioux, qui a poussé très tôt le jeune étudiant vers le militantisme : au sein du Parti communiste français, parti qu’il quittera en raison de ses critiques contestataires mal acceptées par ses camarades, puis en tant que président du Comité d’aide aux intellectuels réfugiés.

2Une telle fonction laisse augurer une plus grande familiarité que celle pressentie par la problématique abordée par Gérard Noiriel dans Les fils maudits de la République. L’avenir des intellectuels en France. En réalité, le parcours thématique conduisant des prolétaires immigrés aux intellectuels possède une logique interne car, une fois posé le cadre des relations entre immigration et pouvoir dans une perspective historique, le rôle de l’intelligentsia comme tierce élément, sorte de vecteur de l’évolution politico-sociale, se devait d’être également traité. De plus, l’auteur fait lui-même partie intégrante du milieu étudié : la « nouvelle alliance » (p. 255) qu’il appelle de ses vœux dans la conclusion, prônée par un « nous » fédérateur (pp. 263, 272), illustre bien son appartenance.

3Ce sont les « universitaires » (p. 10) qui font ici l’objet de la réflexion. Leur « avenir » est ébauché « a contrario » (p. 255) en dessinant les contours de leur mésentente. Le titre de l’ouvrage, aux accents alarmistes, voire mélodramatiques, envisage le propos sous l’angle politico-historique. Partant d’un constat d’« impuissance » des intellectuels à maintenir « un lien entre le savant et le politique » (p. 7), Gérard Noiriel se donne pour ambition de les sortir de cette sclérose. Son projet, clairement affiché, est de défendre l’« espèce » intellectuelle (p. 8), fidèle en cela aux préceptes de son maître à penser, le sociologue Pierre Bourdieu. Il s’agit de montrer, à la lumière de l’histoire des intellectuels de la fin du xixe siècle à nos jours, comment la République, c’est-à-dire le pouvoir, les a cloisonnés dans des sphères d’activités hermétiquement distinctes, rendant impossible, sur le long terme, une action unilatérale sur la base d’un consensus. Le but de la démarche est de déterminer, en dernière instance, ce que le milieu a en commun pour dégager une nouvelle marge de manœuvre collective.

4Après avoir procédé à l’historicité de la notion d’intellectuel (chapitre 1), Gérard Noiriel définit l’affaire Dreyfus comme « le moment fondateur » (p. 45) de la dialectique de l’intellectuel moderne. Avant la fin du xixe siècle, marquée par les bouleversements de l’ère industrielle, les savants étaient des « hommes complets » (p. 19) qui conciliaient diverses spécialisations. Avec l’avènement de la IIIe République, les domaines de compétence se séparent. Trois grandes catégories d’intellectuels apparaissent : l’intellectuel révolutionnaire (chapitre 2), l’intellectuel de gouvernement (chapitres 3 et 4), et l’intellectuel spécifique (chapitre 5). Le premier, héritier de la doctrine marxiste, vise à renverser l’ordre hiérarchique établi, pour délivrer la classe prolétaire du joug du système capitaliste ; le second instrumentalise le savoir à des fins de politique partiale ; le troisième, tout entier dévoué à ses recherches, s’enferme dans sa « tour d’ivoire » (p. 191) et se détourne de l’action concrète. Le livre s’articule autour de ces « trois clans » (p. 55) : deux chapitres sont dévolus au second profil. L’importance accordée à l’intellectuel de gouvernement révèle la dimension politique de l’ouvrage. Gérard Noiriel s’attache à démontrer les relations triangulaires de ces trois types d’intellectuels, caractérisées par des tensions partisanes qui empêchent d’agir dans l’optique du bien social.

5Or, l’affaire Dreyfus, par le débat d’ampleur nationale qu’elle suscite, réveille en eux un idéal, patrimoine transmis par les Lumières : « Dire la vérité au pouvoir au nom des opprimés » (p. 50). Elle crée les conditions d’une alliance entre la science et la justice, sur fond d’enquête médiatique, qui permettra la réhabilitation effective du capitaine bafoué. Les universitaires ont alors prouvé qu’ils remplissaient aussi « une fonction civique nécessaire dans une démocratie » (p. 54). Investis de cette « mission » (p. 50), ils défendent les droits de l’homme et « les valeurs universalistes de la République » (p. 55), aidant celle-ci à asseoir ses fondements. Mais, lorsque se dissipent les remous de l’affaire, le lien solidaire qui avait uni les intellectuels de tous bords cède la place au « désenchantement » (p. 55) et au repli sur soi, favorisés par les institutions de la République. Le rôle joué par des réseaux d’influence forme un carcan auquel il semble difficile d’échapper, ne serait-ce que pour des motivations carriéristes. On sent ici percer la critique. L’auteur les qualifie de « frères ennemis » (pp. 55, 126) se livrant « une lutte sans merci » (p. 55) tout au long du xxe siècle. Un vocabulaire tiré du registre de la guerre illustre leurs rapports. « La charge polémique » (p. 183) du discours des uns entraîne la « contre-offensive » (p. 187) des autres. Sur un ton sarcastique, il condamne l’attitude de ces « “snipers” de la pensée » (p. 9).

6Le choix d’un lexique percutant se combine parfaitement au style pédagogique du livre, rédigé de façon à autoriser « deux niveaux de lecture » (p. 9) : Gérard Noiriel écrit dans le souci de faire entendre son propos sur la place publique et de vulgariser le discours scientifique avec le dessein de lui rendre son crédit. Il a le mérite de parler « le langage des gens ordinaires » et d’établir des « passerelles » entre différents milieux socioculturels (p. 247). Aussi le lecteur non spécialiste n’est-il pas contraint d’avoir recours aux notes en fin de volume ; en revanche, celles-ci attestent de l’étendue des recherches menées. Cependant, il arrive parfois que le socio-historien déroge à l’exigence de rigueur inhérente au « métier de savant » (p. 33), négligeant de citer quelques sources note 29, p. 314) ou d’examiner un problème (pp. 8-9 ; note 55, p. 307), et s’appuyant sur une rhétorique à maints égards tribunitienne, martelée de nombreuses occurrences pour gagner le lecteur à sa cause.

7Rompu à la confrontation des idées – il est cofondateur de la revue Genèses. Sciences sociales et histoire –, Gérard Noiriel ne recule pas devant une utilisation pléthorique du « je », ni devant une liste nominative de toute une pléiade d’intellectuels. S’il se défend d’attaquer des personnes, des pointes d’ironie, çà et là, font douter de sa prétention à une objectivité totale. L’intérêt du livre réside essentiellement dans la tentative de créer un nouvel espace de dialogue réunissant l’ensemble des intellectuels, une sorte de « contre pouvoir » dans la lignée de la pensée foucaldienne (p. 230). Pourtant, on pourra regretter que l’auteur se limite au territoire français et n’ait pas ouvert son invitation au creuset intellectuel européen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solange De Jésus, « Gérard Noiriel, Les fils maudits de la République. L’avenir des intellectuels en France », Questions de communication [En ligne], 9 | 2006, mis en ligne le 30 juin 2006, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7966

Haut de page

Auteur

Solange De Jésus

CÉGIL, université Paul Verlaine-Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page