Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire

Anne Baudart, Naissances de la philosophie politique. Athènes, Rome

Paris, Éd. Le Pommier, 2006
Marion Duvauchel
p. 418-420
Référence(s) :

Anne Baudart, Naissances de la philosophie politique. Athènes, Rome. Paris, Éd. Le Pommier, coll. Essais, 2006, 288 p.

Texte intégral

1Nous avons trois mères avait coutume de dire l’historien Pierre Chaunu : Athènes, Rome et … Jérusalem. C’est presque le projet d’Anne Baudart dans un livre qui devrait être un classique pour tous les élèves de terminales en philosophie. Naissances de la philosophie politique est un ouvrage de facture classique. Il est clair, précis, argumenté. Il ne jargonne pas et rappelle simplement d’où nous venons, et que si nous voulons continuer d’aller quelque part, il convient de se rappeler d’un legs culturel qui témoigne pour la pensée. Nous sommes des héritiers, et cela nous donne aussi quelques responsabilités et un devoir de mémoire correctement entendu.

2« Qui serions-nous sans l’héritage gréco-romain de la langue, de l’histoire, de la politique de la réflexion ? » (p. 26) et qui serions nous nous sans le legs des sagesses, qui ont essaimé ici et là dans le monde méditerranéen ? (p. 26). Encore convient- il d’interroger ce patrimoine, et c’est ce qui est fait à travers quatre blocs considérés comme autant de « fondations ». Quatre fondations, illustrées par une ensemble de personnalités philosophiques ou politiques éminentes, dans un itinéraire qui va de Socrate à saint Paul en passant par Platon, Aristote, Cicéron et Augustin. D’abord, Athènes, la première de ces fondations, puis Rome, une Rome au double visage, celui de Cicéron et celui d’Augustin, la Rome païenne et la Rome chrétienne. C’est à Athènes en effet que naît la philosophie politique, avec le Bien, le juste, le Vrai et le Beau, ce que le Moyen-Âge appellera ensuite les transcendantaux. C’est à Platon que l’auteur fait la part la plus large, lui qui porte sur son époque un regard « atterré » (p. 44). C’est que Platon constate que si « le salut ne peut venir que de la philosophie » (ibid.), aucun régime politique n’est cependant satisfaisant. C’est le principal projet de La République.

3Le regard que propose Anne Baudart sur la Grèce est un regard archéologique qui va de Mycènes au siècle Périclès en passant par Sparte. Car la naissance de la cité marque un changement radical. La dépossession et la métamorphose du pouvoir royal préfigurent la lente suppression de ce pouvoir qui va se — et le — décliner désormais « suivant la langue et la réalité du multiple et non de l’unité centralisée sur la personne royale » (p. 63). À un paysage économique et social nouveau s’adjoint un paysage mental tout aussi nouveau avant que l’on n’assiste à une lente dégradation que Platon ne manquera pas d’analyser, le lent déclin de la démocratie : « Le démos se mue lentement en ochlos, foule bigarrée aux intérêts diversifiés et contradictoires » (p. 108). L’apport d’Athènes, cette première fondation, est décisif : « L’amour des lois, la valorisation de la chose publique, de la citoyenneté partagée, l’unité indivise de la vie morale et politique constituaient à l’origine le propre de la démocratie athénienne. La surveillance mutuelle des pouvoirs, leur interaction mesurée, la rotation fréquente des charges en étaient les meilleurs garants » (p.110). Pourtant, cette Grèce à laquelle nous devons la démocratie, c’est-à-dire le meilleur de nous- mêmes, ne s’est pas privé d’examiner ce régime que nous considérons comme le meilleur, et de le critiquer. Le message est clair et Raymond Aron le disait déjà en son temps :la démocratie est fragile, et si elle apparaît comme le régime le meilleur, elle n’est pas le régime idéal. Comme les autres régimes, elle connaît une possible corruption. Certes, Platon dénonce la démocratie qui se fourvoie dans l’appréciation du bien politique et moral qu’est la justice, mais il définit la fin du politique : le vivre-ensemble. Aristote qui sera le défenseur le plus acharné. Avec ces deux hommes, les bases de la réflexion politique sont désormais scellées. La Grèce lègue au monde des questions redoutables : les normes du politique sont-elles inscrites dans la nature ou redevables à l’artifice ? Questions que le XVIIIe siècle reprendra avec Montesquieu, Rousseau, Hobbes, Spinoza, les théoriciens du contrat social.

4Mais quoi qu’il en soit, son legs est là, la politique c’est la res publica. Rome n’est pas seulement l’héritière de la Grèce, pendant qu’Athènes voit naître sur son sol l’ancêtre du régime populaire, elle chasse ses rois et fonde la res publica. Voilà la deuxième des fondations de la philosophie politique. Car la République romaine va durer six siècles. Le grand nom en est Cicéron, fidèle disciple des ses maîtres Platon et Aristote qui dénonce lui aussi la tyrannie du peuple. Enfin, avec Auguste, l’empereur de l’unité romaine, apparaît l’autre grande personnalité de Rome : saint Augustin, celui de la Cité de Dieu, au carrefour de plusieurs univers, de tensions. C’est la troisième fondation. Avec lui, naît la philosophie de l’Histoire. Cicéron « élabore sa philosophie politique sur les débris d’un régime sont il retrace l’histoire » (p. 204). Augustin quant à lui réfléchit sur l’Empire, ses grandeurs, ses faiblesses. Le sens moderne que le XVIIIe siècle français et allemand conférera au vocable de « philosophie de l’histoire » est « tout entier présent dans les vingt-deux livres de la Civita dei » (p. 204). Tout y est en place pour que l’on passe du genre religieux au genre profane, de la théologie chrétienne et de l’histoire à la philosophie de l’histoire. Augustin est le créateur de cette métahistoire. Ainsi la troisième fondation examine-t-elle les effets provoqués par le christianisme dans l’Empire de Rome. Ce sera l’œuvre des philosophes chrétiens que de tenter de concilier la sagesse grecque avec le christianisme. Socrate et jésus vont ainsi devenir les deux figures exemplaires dominant le monde méditerranéen et occidental, qui animent selon l’auteur « toute la longue durée de notre histoire » (p. 239). Pourquoi cette religion a-t-elle marqué les esprits et les siècles, par le rejet ou l’adhésion ?

5La quatrième fondation examine les raisons de ce passage à une ère nouvelle, d’une métamorphose qui s’opère dans l’espace de la ville-monde Rome. C’est une sagesse nouvelle qui est proposée et c’est même une compétition des sagesses, la sagesse gréco-romaine et la sagesse chrétienne, dont saint Augustin est le grand témoin. La sagesse chrétienne instaure un nouveau vivre- ensemble fondé sur la charité et non plus sur la culture, le savoir, la puissance, le rang social, ou la richesse. Ainsi, après Cicéron qui assume l’héritage de la pensée antique de Platon et Aristote, Augustin va-t-il reprendre Cicéron et distinguer la « res publica christiana de la res publica pagana » (p. 245). Mais c’est sur la figure étrange de saint Paul que s’achève cette équipée dans les fondements de notre histoire, saint Paul comparable à Socrate dans la mesure où comme lui, il s’adresse à tous. Ces quatre fondations dessinent les points de repères institutionnels, constitutionnels, juridiques, aux incidences éthiques qui jalonnent les siècles de l’invention démocratique. L’enjeu est de taille car réfléchir en philosophe politique, « ce n’est pas seulement réfléchir à la question spécifique et technique des pouvoirs, des régimes, des institutions, des systèmes législatifs » (p. 272), mais s’interroger sur ce qui a permis de constituer un vivre-ensemble et les normes qui sous-tendent et organisent ce vivre-ensemble. L’idée est simple : le legs chrétien en fait partie ; il est constitutif des droits modernes même si la laïcisation de ces droits peut gommer la dette envers l’héritage qui leur a donné naissance et consistance. Une modernité créatrice aurait ainsi deux options : reconnaître ce qu’elle doit aux processus de naissances, aux genèses initiales, ou les nier et les faire disparaître de son héritage, au prix d’un mensonge qui risque d’obérer l’identité même des peuples qui appartiennent à cet héritage, autant que cet héritage leur appartient.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Duvauchel, « Anne Baudart, Naissances de la philosophie politique. Athènes, Rome », Questions de communication, 15 | 2009, 418-420.

Référence électronique

Marion Duvauchel, « Anne Baudart, Naissances de la philosophie politique. Athènes, Rome », Questions de communication [En ligne], 15 | 2009, mis en ligne le 16 janvier 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/787

Haut de page

Auteur

Marion Duvauchel

Lycée français d’Agadir, Maroc
marion.duvauchel@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page