Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Société

Jacques Dubois, Pascal Durand, Yves Winkin, dirs, Le symbolique et le social. La réception internationale de la pensée de Pierre Bourdieu

Liège, Éd. de l’Université de Liège, coll. Sociopolis, 2005, 353 p.
Jean-Luc Bouillon
Référence(s) :

Jacques Dubois, Pascal Durand, Yves Winkin, dirs, Le symbolique et le social. La réception internationale de la pensée de Pierre Bourdieu. Liège, Éd. de l’Université de Liège, coll. Sociopolis, 2005, 353 p.

Texte intégral

1Omniprésente dans l’œuvre de Pierre Bourdieu, la notion de « symbolique » est davantage utilisée comme un adjectif (« capital symbolique », « violence symbolique », « domination symbolique » ou « pouvoir symbolique » par exemple) que mobilisée comme substantif (« le symbolique »), comme cela devrait être le cas s’il s’agissait d’un concept construit. Or, il semble bien que ce soit dans la catégorie du symbolique que se concentre une dimension irréductiblement originale de la pensée sociologique de Pierre Bourdieu. Analyser et expliciter cette situation, engager une conceptualisation de la notion de symbolique et de ses rapports avec la construction du social, tel est le projet de l’ouvrage. Ce dernier constitue les actes d’un colloque, organisé en juillet 2001 à Cerisy-la-Salle, et regroupe les contributions de vingt-quatre auteurs internationaux, chercheurs en sciences humaines et sociales, en philosophie ou en littérature.

2Les deux premières parties s’apparentent à une archéologie de la pensée de Pierre Bourdieu, visant à saisir l’apparition de la notion de symbolique via l’étude du contexte économique, politique, scientifique, humain et individuel qui a servi de cadre à la production des recherches. Chacun à leur niveau, les auteurs appliquent donc à Pierre Bourdieu lui-même et à son œuvre des démarches d’enquête et de réflexion à connotation « bourdieusienne ». Tassadit Yacine et Yves Winkin reviennent ainsi sur les cruciales années 1956-1962, au cours desquelles l’auteur de La distinction. Critique sociale du jugement (Paris, Éd. de Minuit, 1979) effectua d’abord son service militaire en Algérie avant de devenir assistant à la faculté des Lettres de l’université d’Alger.

3Dans cet environnement, le contenu, les formes et les méthodes des recherches étaient directement liées aux ruses et contournements dont devait faire preuve un jeune intellectuel opposé à la guerre et soucieux de rendre visibles les destructions humaines et culturelles dont elle était porteuse. Engager des recherches sur le présent de la société algérienne, sur ses structures anthropologiques, ne constituait pas seulement un choix scientifique, mais aussi une voie détournée pour investir des terrains qui auraient été peu accessibles d’une manière directe. Au-delà de méthodes sociologiques plus traditionnelles, Yves Winkin montre que Pierre Bourdieu a également utilisé la photographie comme moyen d’investigation. Près de deux mille clichés auraient été pris, sans être pour la plupart publiés ni même connus. Il s’agissait de documenter, de se souvenir, mais aussi « d’intensifier le regard » sur une réalité sociale en train de se disloquer, où les violences et actions symboliques sont partout présentes.

4Parallèlement aux démarches méthodologiques et aux recherches empiriques, Cornelia Bohn montre que la pensée de Pierre Bourdieu repose également sur une construction théorique qui emprunte largement à la pensée sociologique internationale du xxe siècle. Si l’on procède à une généalogie des concepts fondamentaux d’habitus, de champ et de capital, des références à des auteurs comme Émile Durkheim, Marcel Mauss, Max Weber, Kurt Mannheim, Ernst Cassirer, Alfred Schütz, ou Erving Goffman, s’avèrent incontournables. Tous ont, chacun à leur niveau, cherché à conceptualiser des processus de structuration et de différenciation sociale en sous-systèmes et champs sociaux, ainsi que les médiations symboliques qui les rendent visibles et les structurent, Pierre Bourdieu semblant avoir assimiler et articuler ces différentes perspectives, bien que les références à ces auteurs ne soient pas toujours présentes, peut-être par crainte du « théoricisme ».

5Parallèlement, d’autres contributions interrogent différents aspects de l’œuvre de Pierre Bourdieu à l’aide de ses propres outils, qu’il s’agisse d’une critique de la sociologie de la photographie présentée dans Un art moyen. Essai sur les usages sociaux de la photographie (Paris, Éd. de Minuit, 1965), de la sociolinguistique ou de la possibilité de bâtir un « champ social gastronomique ». La deuxième partie de l’ouvrage met l’accent sur le domaine des arts et des lettres, lieu de l’affirmation d’un hypothétique espace du symbolique à l’état pur, idéalement dégagé de ses liens avec le social. Qu’il s’agisse de la réception des ouvrages par les lecteurs et de l’interprétation qui en est faite, des dimensions socio-économiques des genres littéraires, du style, des formes artistiques aux différentes époques, l’espace social dans lequel une œuvre d’art est créée joue un rôle central dans son émergence.

6Dans tous ces textes, le symbolique constitue à la fois une manifestation du social et un registre spécifique de l’action. En premier lieu, il permet d’appréhender les processus par lesquels les phénomènes sociaux deviennent visibles aux yeux de ceux qui les vivent et les observent. Parallèlement, le symbolique est au cœur des logiques d’actions, des actions elles-mêmes, des messages non verbaux, des paroles des individus qui interviennent dans les situations ou qui les observent et en rendent compte… y compris les chercheurs en sciences humaines et sociales. En observant le symbolique, on produit du symbolique par le simple fait que l’on soit immergé dans un contexte social. Comment s’étonner alors du caractère insaisissable de cette notion… ?

7Dès lors, travail scientifique sur la société, réflexion et action politique apparaissent indissociables. La dernière partie de l’ouvrage – « Champ politique et politique de la science » – est consacrée à l’analyse des engagements politiques de Pierre Bourdieu, pour qui la recherche sociologique pouvait « fournir les moyens réalistes de contrecarrer les tendances immanentes de l’ordre social ». Présente tout au long de sa carrière, cet investissement politique sera particulièrement mis en visibilité à partir du milieu des années 1990, par l’engagement contre le néolibéralisme lors des grèves de l’hiver 1995, par la dénonciation des manipulations médiatiques et de la marchandisation des connaissances. Le long texte de Craig Calhoun retrace l’histoire de l’engagement politique de Pierre Bourdieu en relation avec ses travaux sur les institutions universitaires et scolaires en cherchant à mettre en relation les dynamiques qui relient les notions de « champ » et « d’habitus ». Le symbolique acquiert alors une troisième signification, renvoyant aux médiations sociales qui assurent le passage entre expériences, actions individuelles et dispositions socialement constituées. Cette thématique est par ailleurs explorée dans plusieurs autres contributions, notamment par l’étude de la genèse conjointe du sentiment d’insécurité et des politiques sécuritaires en Belgique et de la réception de l’œuvre d’Hannah Arendt en Allemagne. Ainsi, par l’intermédiaire de la notion de symbolique, l’œuvre de Pierre Bourdieu est-elle rapprochée du champ de la philosophie politique et des théories sociétales.

8Indiscutablement, cet ouvrage constitue un apport aux démarches de conceptualisation de la notion de « symbolique » qui devrait intéresser les chercheurs en sciences de l’information et de la communication, et plus largement en sciences sociales, où de nombreux travaux continuent de convoquer ou d’invoquer la notion de « symbolique », sans véritablement en interroger les implications ni en définir les caractéristiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Bouillon, « Jacques Dubois, Pascal Durand, Yves Winkin, dirs, Le symbolique et le social. La réception internationale de la pensée de Pierre Bourdieu », Questions de communication [En ligne], 10 | 2006, mis en ligne le 01 décembre 2006, consulté le 29 juillet 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7784

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Bouillon

LAREQUOI, université de Versailles
Saint-Quentin-en-Yvelines

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page