Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Jacques Perriault, Éducation et nouvelles technologies. Théories et pratiques

Paris, Nathan université, coll. 128, 2002, 125 p.
Gisèle Bezon
Référence(s) :

Jacques Perriault, Éducation et nouvelles technologies. Théories et pratiques. Paris, Nathan université, coll. 128, 2002, 125 p.

Texte intégral

1Se refusant à réaliser un recueil de “recettes” pédagogiques ou un ouvrage strictement théorique, Jacques Perriault a souhaité fournir à des enseignants, expérimentés ou novices, un vade-mecum qui rende compte des enjeux et des difficultés liés à l’utilisation, dans le cadre scolaire, des technologies informatiques et numériques, et qui fournisse des pistes de réflexion pour la mise en œuvre de leurs usages pédagogiques. Pour cela, il a choisi d’alterner une approche théorique et des fiches pratiques réalisées par des chercheurs ou des enseignants qui rendent compte des utilisations possibles des technologies dans tous les “lieux” d’apprentissage à l’école, non seulement la classe, mais aussi le Centre de documentation et d’information (CDI). Toutefois, considérant dès l’introduction que l’apprentissage est “un fait d’information et de communication”, il situe délibérément son propos, non pas dans le champ de la pédagogie, mais dans celui des sciences de l’information et de la communication (SIC). L’auteur décèle trois invariants dans l’usage des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans l’enseignement. D’abord, toute nouvelle technologie fait naître des discours et des applications pédagogiques. Ensuite, il faut que l’enseignant apprenne à maîtriser les dispositifs de présentation des con-naissances pour les utiliser sans dommage et que l’élève maîtrise le fonctionnement de l’outil pour se concentrer sur l’apprentissage. Enfin, contrairement aux entreprises, l’école introduit des techniques sans pour autant renouveler son dispositif d’enseignement, faisant naître ainsi les résistances en son sein.

2Huit chapitres d’inégale longueur composent l’ouvrage. Trois sont particulièrement développés : les processus de construction du savoir, le rôle des TIC dans le raisonnement – l’auteur pense, à juste titre, que ces technologies ne sont plus nouvelles ou qu’elles le seront toujours –, et le rôle important que joue l’enseignement dans la préparation des jeunes à une activité fondamentale de notre société : la recherche et l’exploitation d’informations.

3Le premier axe, développé dans le deuxième chapitre, concerne les processus sociocognitifs que mettent en évidence les travaux effectués sur l’usage des technologies informatiques. Après avoir clarifié la différence qui existe entre transmission et construction de connaissances, l’auteur propose d’aborder la question du type de connaissances que les jeunes sont appelés à acquérir, et les outils dont ils disposent pour y parvenir. Si l’on peut considérer l’ordinateur comme un vecteur de médiation sociale, il porte pourtant en lui toute la rigidité de la technique. Cette rigidité peut être palliée par la médiation que représente l’environnement humain. À ce titre, les pairs sont essentiels dans un travail de groupe, l’enseignant dans le rôle qui lui revient – à savoir rendre les élèves capables de transférer les connaissances qu’ils ont acquises sur écran (transfert qui rend nécessaire l’échange avec le “maître”) – ainsi que l’usage d’intermédiaires tels que des représentations sur support papier.

4Dans le troisième chapitre, et en relation avec un précédent ouvrage de l’auteur (La logique de l’usage, Paris, Flammarion, 1989) le second axe traite des différents modes de raisonnement qui interviennent dans l’utilisation des outils techniques. Ces raisonnements conduisent les individus ou les groupes à adopter des comportements, fondés sur une représentation de l’utilisation, qui les conduisent parfois à un détournement d’usage, preuve de leur appropriation de l’outil. À partir de l’exposé des trois types d’inférences – abduction, induction et déduction – qui sont constamment à l’œuvre dans la pratique des outils informatiques, et particulièrement d’Internet, Jacques Perriault met en lumière les capacités qu’ils sollicitent au cours du processus d’apprentissage. Ces capacités, qu’il s’agisse de la sérendipité, de la métacognition ou de l’apprentissage collaboratif, permettent de pallier les difficultés de réaction et d’organisation que peut rencontrer l’élève. Traitées en corollaire de la question du raisonnement, les difficultés naissent d’une modification du repérage dans l’espace de l’écran, mais aussi du réseau, et d’une modification de la temporalité.

5Enfin, le cinquième chapitre s’intéresse aux apports que représentent l’ordinateur et l’Internet pour l’initiation à la recherche d’information et aux enjeux sous-tendus par cet apprentissage. L’auteur insiste sur le rôle, dans la construction des savoirs, des systèmes de recherche et d’exploitation des informations que sont les CDI présents dans tous les établissements scolaires, ainsi que sur celui des documentalistes qui les animent. Eu égard à l’importance croissante de la recherche et du traitement des informations, d’une part, et à la multiplicité des sources, d’autre part, les documentalistes doivent avoir pour mission pédagogique d’initier les jeunes à cette pratique par diverses activités prévues dans les textes en vigueur, et ce, bien au-delà d’une simple initiation aux outils informatiques.

6Quatre autres problèmes sont également évoqués dans cet ouvrage. Les changements qu’apporte la pratique des outils informatiques dans la relation que l’institution éducative entretient avec l’image, relation encore tendue malgré des siècles d’utilisation. Cette pratique permet d’accéder à un monde artistique et technique dont l’enseignement se tient à distance. En outre, le traitement des informations par les technologies numériques introduit une nouvelle manière de solliciter le langage et la mémoire. Ces outils, qui véhiculent une combinaison d’image et de texte et à laquelle on serait tenté d’attribuer abusivement des facultés de mémorisation identiques aux processus humains, encouragent enseignants et élèves à développer des figures de rhétorique telles que la métaphore ou l’allégorie, et à renforcer la mémoire humaine pour continuer à maîtriser les machines.

7Le dernier point concerne l’indispensable transformation de l’organisation éducative qu’implique l’usage des TIC, car il n’est pas facile “d’apprendre à apprendre” avec elles dans le découpage traditionnel de l’école. Toutefois, Jacques Perriault préconise avec prudence d’adopter un compromis entre l’utilisation des outils et l’organisation de la classe. Pour cela, il conviendrait que la classe, en tant qu’organisation apprenante, mette en place une gestion des connaissances, adopte une logique de projet et prenne en compte, avant de se lancer dans l’utilisation des TIC, des paramètres aussi importants que les contraintes imposées par l’organisation matérielle et les compétences disponibles. De telles précautions ont pour conséquence, dans les expériences déjà réalisées, de favoriser l’apprentissage de tous les élèves en permettant à chacun de travailler selon son rythme. Cette remise en cause de l’organisation de la classe et, plus largement, de l’institution éducative est rendue indispensable par le développement de systèmes d’enseignement en ligne, bien que ceux-ci n’en soient encore qu’à leurs débuts.

8Cet ouvrage est court mais dense en informations données. Outre les aspects théoriques traités par Jacques Perriault et les fiches techniques réalisées par les praticiens qui, loin d’illustrer simplement la réflexion de l’auteur, la nourrissent, il fournit au lecteur un grand nombre de documents annexes. L’ensemble représente une quantité d’information qui peut déconcerter le lecteur, mais qui constitue des apports utiles pour connaître les enjeux qui sous-tendent l’utilisation des TIC.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gisèle Bezon, « Jacques Perriault, Éducation et nouvelles technologies. Théories et pratiques », Questions de communication [En ligne], 3 | 2003, mis en ligne le 01 juillet 2003, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7569

Haut de page

Auteur

Gisèle Bezon

CREM, université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page