Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Melani MacAlister, Epic Encounters. Culture, Media and U.S. Interests in the Middle East, 1945-2000

Berkeley, University of California Press, 2001, 352 p.
Michael Palmer
Référence(s) :

Melani MacAlister, Epic Encounters. Culture, Media and U.S. Interests in the Middle East, 1945-2000. Berkeley, University of California Press, 2001, 352 p.

Texte intégral

1“Avalanche de livres consacrés au terrorisme – tomes académiques, livres de poche et productions de circonstance – dans les années 1980 […]” (p. 223) : cet extrait, choisi presque au hasard, atteste du débat états-unien consacré au terrorisme, bien avant les attentats du 11 septembre 2001. Il suggère, par ailleurs, l’un des attraits de l’ouvrage de Melani MacAlister qui consiste à embrasser toute la gamme de produits culturels (films, journaux télévisés, expositions, romans…) qui, au cours du demi-siècle écoulé, façonnaient le débat d’idées à propos des rapports entre les USA et le Moyen-Orient.

2La politique étrangère de la principale puissance mondiale et les intérêts qu’elle défend (en l’occurrence le pétrole et divers autres facteurs stratégiques, ou encore Israël), seraient à penser en symbiose avec les représentations qui touchent à l’affect des noirs, des blancs, des Amérindiens, des hommes, des femmes, de la diversité multiethnique et pluriculturelle des composantes du pays. L’auteur résume ainsi son projet (p. 274) : “J’ai tenté d’écrire une histoire post-nationaliste du nationalisme et de ses laissés-pour-compte”. Cela la conduit à étudier l’osmose entre la politique étrangère, la politique interne, les trajectoires des intellectuels et des produits culturels, et ce, des années cinquante aux années quatre-vingt-dix. La focale sur le Moyen-Orient éclaire la production du discours nationaliste et celle des discours qui s’y opposent – écrivains et poètes afro-américains dans les années soixante et soixante-dix, chercheurs et journalistes afro-américains à la fin des années 1970.

3Pour Melani MacAlister, les repré-sentations d’une puissance impériale qui valorise ses attributs multiculturels modèlent en retour, mais de manière complexe, le discours intra-états-unien ; les discours dits libéraux, touchant aux rapports entre ethnies et entre hommes et femmes, auraient débouché sur une forme de “multiculturalisme militarisé”. “Étude de cas” d’une réelle importance, Epic Encounters enrichit les approches méthodologiques de la question complexe des interactions entre les textes et produits culturels, la conduite de la politique étrangère et les éléments qui forgent l’appartenance identitaire. Ces interactions sont plus ou moins synchrones : les produits culturels (les péplums et autres épopées bibliques, par exemple) sont à prendre en compte dans le contexte d’autres discours porteurs de sens, qu’il s’agisse des faits et gestes des responsables de la politique étrangère ou du marketing des discours prophétiques (p. 8). La signification de chaque texte n’a de sens que dans son intrication avec d’autres textes d’un domaine donné qui, eux-mêmes, interagissent avec d’autres domaines, et ainsi de suite, dans le monde social et politique. La production de la connaissance se situe bien moins dans l’analyse des stéréotypes ou de l’action des médias, que dans l’examen de ce qui s’opère dans les marges, si floues soient-elles. D’où parfois, une certaine frustration chez le lecteur : quid des classes sociales ? quid de la réception de ces “textes” dans les diverses populations de la mosaïque des composantes états-uniennes ? Frustration atténuée, il est vrai, par la subtilité de l’analyse de l’identité des noirs d’Amérique – qui chercheraient des repères transnationaux, parfois du côté arabe et contre Israël (p. 115). Quel discours véhiculent les médias états-uniens qui se veulent forgerons d’un consensus mainstream, face au sentiment d’appartenance arabo-américain (p. 263) ?

4Fort bien écrit, l’ouvrage s’attaque de front à plusieurs débats et controverses. Les représentations Orient/Occident – avec les écrits d’Edward Saïd, depuis 1978, sur la question de l’“orientalisme” que relancent les gloses sur “le choc des civilisations” promu par Samuel Huntington – sont au cœur de l’analyse (p. 8), même si cette vision par trop binaire (l’Orient cantonnée à la portion congrue) est délaissée comme pertinente. Site fondateur du Judaïsme, de la Chrétienté et de l’Islam, le Moyen-Orient nourrit des géographies morales qu’investissent et se réapproprient diverses communautés aux États-Unis. Depuis plus d’un demi-siècle, il alimente les thématiques de l’actualité et cristallise les intérêts éopolitiques des États-Unis ; il sert de décor et de scénarios multiples à une foule de productions médiatiques dans les studios, les salles de rédaction, les maisons d’édition. Melani MacAlister étudie ainsi diverses crises au Moyen-Orient : les otages états-uniens de Téhéran (1979-1981) ou la charge symbolique, véhiculée depuis au moins 1900, par les péplums, les expositions et les chansons (une véritable égyptomanie sévit aux États-Unis, lors d’une exposition Toutankhamon, en 1977-1979).

5Les deux titres de chapitre – « The Middle East in African American Cultural Politics, 1855-72 », « The Good Fight : Israel after Vietnam, 1972-1980 » –, les vingt-cinq illustrations (dont deux concernant le roman/film Ben Hur, deux le film Les Dix commandements, et deux la transposition de l’image d’un otage à Téhéran en symbole iconique de journal télévisé), suffisent peut-être à pointer la richesse des thématiques ici pistées, et la pertinence de l’ouvrage pour des chercheurs en Europe qui analysent les rapports entre la géopolitique, les produits culturels et les représentations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michael Palmer, « Melani MacAlister, Epic Encounters. Culture, Media and U.S. Interests in the Middle East, 1945-2000 », Questions de communication [En ligne], 3 | 2003, mis en ligne le 01 juillet 2003, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7563

Haut de page

Auteur

Michael Palmer

CHRIME-CIM, université Paris 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page