Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Ingo Kolboom, Sabine Alice Grzonka, eds, Gedächtnisorte im anderen Amerika. Tradition und Moderne in Québec/Lieux de mémoire dans l’autre Amérique. Tradition et modernité au Québec

Heidelberg, Synchron Wissenschaftsverlag der Autoren, 2002, 202 p.
Christoph Vatter
Référence(s) :

Ingo Kolboom, Sabine Alice Grzonka, eds, Gedächtnisorte im anderen Amerika. Tradition und Moderne in Québec/Lieux de mémoire dans l’autre Amérique. Tradition et modernité au Québec. Heidelberg, Synchron Wissenschaftsverlag der Autoren, 2002, 202 p.

Texte intégral

1L’ouvrage réunit onze contributions présentées lors du 2e Congrès des franco-romanistes de langue allemande à Dresde, en septembre 2000, dans la section consacrée au Québec. Conservant les langues originales des textes, cinq en allemand et six en français (complétés par une introduction dans les deux langues), le livre s’adresse à un public intéressé par les questions de l’identité québécoise qui, par ailleurs, maîtrise les deux langues. Il s’ajoute à de nombreuses études sur la culture du Québec et propose une interrogation sur cette “quête identitaire” québécoise depuis le xixe siècle, en se fondant sur l’exploration du rôle des “lieux de mémoire” (Pierre Nora) pour la plus grande communauté francophone en Amérique.

2Au lieu de présenter l’inventaire d’un certain nombre d’éléments de la mémoire québécoise, l’ouvrage procède par études de cas provenant des domaines des arts plastiques, du cinéma, de l’histoire et, surtout, de la littérature. Ces dernières n’analysent pas seulement quelques balises importantes de la mémoire collective du Québec, mais dégagent aussi les modes de fonctionnement de la mémoire, passant par “l’invention des traditions” (Eric Hobsbawm) et par leur contestation, pour analyser les processus de construction d’une mémoire plurielle. C’est sur la base de ces éléments constitutifs de la mémoire collective (émotion, invention, contestation, construction) que sont organisées les quatre parties du livre qui suivent l’introduction de Ingo Kolboom et Sabine Alice Grzonka dans laquelle les auteurs font le lien entre les différents sujets abordés et le contexte théorique des “lieux de mémoire” et de l’identité québécoise.

3La première partie, “Émotions : mythes de la liberté”, est consacrée au mythe de la liberté en Amérique du Nord à partir de deux études littéraires. Hans-Jürgen Greif, après un bref récapitulatif des relations jusqu’à aujourd’hui parfois conflictuelles entre autochtones et “Blancs” sur le territoire québécois, analyse la fascination qu’exerce la figure de l’Indien. Il retrace les différents éléments de ce mythe, du rôle de l’Indien en tant que médiateur entre Amérique et Europe, à l’opposition des deux modèles de vie représentés par le nomade et le sédentaire, pour souligner les efforts récents de réévaluation de l’Indien. Le voyageur/coureur des bois est le second représentant du mythe de la liberté québécois. Il fait partie de la mémoire traditionnelle, mais selon la lecture proposée par Fritz-Peter Kirsch, le voyageur peut aussi être perçu comme représentant d’une nouvelle américanité.

4Les textes réunis dans la deuxième partie “Invention : lieux de mémoire et commémorations” sont consacrés à la création d’une mémoire nationale à partir du xixe siècle. Dans son analyse très instructive, Ingo Kolboom retrace, à partir du poème Le Drapeau de Carillon d’Octave Crémazie (1858) et de son usage depuis la deuxième moitié du xixe siècle, les processus de construction complexes d’une mémoire collective. Ce texte célébrant “la victoire de Carillon”, dernière bataille victorieuse des troupes françaises au Canada en 1758, joue un rôle clé dans la constitution de la mémoire québécoise, concernant surtout l’identité québécoise qui est celle d’un peuple ayant subi une “défaite victorieuse” contre le conquérant britannique, au xviiie siècle. Les autres contributions de cette partie (Colin M. Oats, Sabine Alice Grzonka) présentent l’époque de la formation d’une mémoire nationale, à travers les monuments commémoratifs de la deuxième moitié du xixe siècle aux années 1920, opposant souvent les mémoires anglo- et franco-canadiennes, via les processus menant à l’intégration de la modernité culturelle représentée par le manifeste surréaliste automatiste Refus global (Paul-Emile Borduas, 1948) dans la mémoire collective. Par l’analyse des différentes étapes de la commémoration de ce manifeste, Sabine Alice Grzonka montre l’enchevêtrement de deux mythes fondateurs du Québec moderne : celui de l’État québécois démocratique moderne et celui d’une tradition artistique authentiquement québécoise.

5La troisième partie, “Contestation : l’enjeu de la tradition”, est consacrée à la critique de la mémoire traditionnelle. Trois exemples sont présentés : le peintre Fernand Leduc, représentant de la modernité culturelle du Québec (Yannick Resch), et les écrivains Jean-Charles Harvey (Klaus-Dietler Ertler) et Louis Hémon (Arpád Vígh). Jean-Charles Harvey, considéré comme précurseur des idées de la Révolution tranquille, s’opposait à la tradition intellectuelle rurale agricole pour devenir lui-même partie prenante de la mémoire d’un Québec moderne. Le roman classique canadien-français Maria Chapdelaine de Louis Hémon est présenté dans la lecture d’Arpád Vígh comme une œuvre qui ne mérite guère son image traditionaliste et archaïsante.

6La dernière partie, “Construction : une mémoire plurielle”, donne des exemples de l’ouverture de la société québécoise vers l’interculturalité et la postmodernité. Les analyses de Doris G. Eibl, de Hans-Jürgen Lüsebrink et de Peter Klaus témoignent de l’intégration de la réalité moderne et multiculturelle dans l’identité du Québec contemporain. Doris G. Eibl propose une analyse de la déconstruction du mythe de la mère canadienne-française par les écrivaines québécoises à partir des années soixante-dix. Le film (1997) du metteur en scène et cinéaste québécois Robert Lepage se révèle, dans l’analyse de Hans-Jürgen Lüsebrink, comme exemplaire pour les dimensions interculturelle et multiculturelle de la création québécoise à caractère postmoderne.

7Malgré quelques erreurs éditoriales fâcheuses (par exemple le mot “original” désignant l’élan d’Amérique, est constamment corrigé en “original” (p. 27), ou les événements autour de 1759, année de la défaite contre les Britannique à Québec, qui sont datés un siècle plus tard (p. 56), l’ouvrage propose une excellente analyse de quelques-uns des plus importantes balises identitaires du Québec. Ce tour d’horizon de l’identité et de la mémoire québécoises sera donc utile en tant qu’introduction, ainsi qu’en tant qu’approfondissement, pour toute personne intéressée par la recherche culturelle sur le Québec. En outre, ces études invitent à approfondir ce domaine de recherche, notamment dans une perspective interdisciplinaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christoph Vatter, « Ingo Kolboom, Sabine Alice Grzonka, eds, Gedächtnisorte im anderen Amerika. Tradition und Moderne in Québec/Lieux de mémoire dans l’autre Amérique. Tradition et modernité au Québec », Questions de communication [En ligne], 3 | 2003, mis en ligne le 01 juillet 2003, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7559

Haut de page

Auteur

Christoph Vatter

Université de la Sarre
CREM, université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page