Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Société

Maria Gélida González De Gómez, Evelyn Goyannes Dill Orrico, dirs, Políticas de Memória e Informação : reflexos na organização do conhecimento

Natal, RN, Editora da Universidade Federal do Rio Grande do Norte, EDUFRN, 2006, 266 p.
Regina Maria Marteleto
Référence(s) :

Maria Gélida González De Gómez, Evelyn Goyannes Dill Orrico, dirs, Políticas de Memória e Informação : reflexos na organização do conhecimento. Natal, RN, Editora da Universidade Federal do Rio Grande do Norte, EDUFRN, 2006, 266 p.

Texte intégral

1Les textes de Políticas de Memória e Informação : reflexos na organização do conhecimento [Politiques de mémoire et information : reflets sur l’organisation des connaissances] sont le résultat de rencontres et de débats interdisciplinaires autour de la problématique générale de l’organisation des connaissances. Pour les coordinatrices de ce livre, le champ des sciences de l’information est « un domaine où se manifestent avec grande intensité les questions épistémologiques, linguistiques, anthropologiques et, surtout, politiques, résultats du croisement des frontières d’identité délimitées par la modernité, soi-disant, les frontières culturelles, sociales, disciplinaires » (p. 19). Plus précisément, les contributions d’auteurs en sciences de l’information, en sciences sociales et en technologie s’organisent autour de trois axes thématiques.

2Le premier aborde la question de l’interdisciplinarité selon l’approche contemporaine de l’organisation des connaissances. Des discussions épistémologiques sur les problématiques théoriques et méthodologiques de la recherche interrogent les nouvelles configurations thématiques et les relations entre connaissance et information. Ainsi la contribution de Maria Nélida González de Gómez – « L’information comme domaine de connaissances, moyens et langages : questions épistémologiques et conséquences politiques » (pp. 29-84) – étudie-t-elle les traditions modernes de l’information qui l’associent à la connaissance et aux strucutures de sens. L’auteur s’interroge sur les conséquences des tendances actuelles qui donnent une place centrale à la technologie et à la régulation de l’information. Dans « Gestion de la connaissance comme outil stratégique pour les accords publiques-privés » (pp. 85-110), José Guilherme de Aragão analyse quant à lui les nouveaux rôles du public et du privé liés aux changements de temps et d’espace organisationnel de l’action économique, et présente la gestion des connaissances comme un instrument stratégique pour les accords entre le public et le privé. Enfin, Lena Vania Ribeiro Pinheiro (pp. 111-142) présente une cartographie actuelle du champ d’études de l’information comme domaine interdisciplinaire au niveau international et au Brésil, dans une perspective épistémologique et technologique.

3Dans une deuxième partie, l’ouvrage examine à partir des concepts de culture, d’identité et de mémoire, les rapports entre information, mémoire et connaissance, les médiations discursives et technologiques actuels, les réseaux sociaux, la fragmentation contemporaine du sujet et ses effets sur la représentation des connaissances et la re-construction de la mémoire. Dans cette section, Evelyn Goyannes Dill Orrico et Carmen Irene de Oliveira (pp. 143-170) mettent en évidence l’importance du langage et de la contruction métaphorique dans l’organisation de la connaissance. Elles présentent le discours comme l’axe central de la construction du sens et analysent l’influence des nouvelles technologies sur la production de nouvelles stratégies communicationnelles entre les acteurs. Le texte de Regina Maria Marteleto – « Pour une autre épistémologie sociale : connaissance et information dans les réseaux sociaux » (pp. 171-190) – propose un modèle interprétatif destiné à analyser les configurations de communication et d’information en réseaux mis en place lors de mouvements sociaux et les différentes formes de production collective de savoirs entre les acteurs. Dans « Information et santé : un débatà partir de l’interdisciplinarité, l´émancipation et la démocracie » (pp. 191-208), Ilara Hämerli Sozzi de Moraes, propose pour sa part une étude sur la politique nationale de santé au Brésil et les différents acteurs et intérêts en jeu dans les pratiques d’information et d’informatique dans le domaine de la santé. Sa conclusion est que, pour que l’information en santé puisse agir comme un instrument de transformation des conditions de vie de la population, les agents qui représentent les différents secteurs de la société, doivent être bien placés dans les espaces politiques et institutionnels de décision sur la production, gestion et distribution de l’information dans le domaine de la santé publique.

4Le troisième axe, enfin, traite de l’organisation des connaissances et les configurations interdisciplinaires. Grâce à la construction de réseaux de recherche, les fragmentations discursives des disciplines peuvent de rencontrer à la fois aux niveaux sémantique et technologique. Maria Jose Lopez Huerta (pp. 209-236) rend compte d’une étude sur les possibilités d’organisation, de représentation et de récupération des connaissances produites dans des domaines de recherche interdisciplinaires. À cette fin, l’auteure utilise l’analyse des champs comme une étape préliminaire pour la construction de systèmes de récuperation de l’information soient sensibles aux différences entre champs disciplinaires et interdisciplinaires. José Augusto Chavez Guimarães (pp. 237-264) interroge les aspects éthiques des pratiques des professionnels de l’information à partir des changements dans les espaces de la science et de la société produits par l’utilisation des nouvelles technologies d’information et de communication. Il montre l’importance de la considération de ces nouveaux aspects de l’éthique pour la formation des professionnels de l’information.

5Dans un monde où la production, la transmission et l’organisation des connaissances ont subi à une échelle historique des changements très rapides, la réflexion interdisciplinaire devient de plus en plus nécessaire. En effet, ces évolutions portent à réflechir sur la façon dont l’activité intellectuelle et cognitive a changé, ainsi que la manière dont ont évolué les supports d’information et les modes d’accès des produits de la connaissance et de la culture ainsi que de leur consommation. Comme le souligne Gloria Origgi (Ricerche su Internet, Firenze, La Rivista dei Libri, 2003, p. 5), dans des sociétés ouvertes sur le plan de l’information, où les savoirs circulent et se réorganisent en continu « au-delà des confins de l’identité », il faut répenser les classifications et l’organisation des savoirs qui permettent à une culture de s’identifier et de transmettre une mémoire collective. Cela n’est pas une mission pour une seule discipline, ni même pour une seule institution, mais pour la société, la science, l’État, le marché et l’école.

6Si les sciences de l’information se sont ouvertes à des études interdisciplinaires afin de chercher de nouvelles voies d’interprétation sur l’organisation des connaissances dans des nouveaux contextes culturels, géo-politiques, technologiques et économiques, cet ouvrage collectif en est un exemple bien abouti. En plus de considérer des questions fondamentales pour le présent et l’avenir de la recherche dans ce champ d’études, la rencontre, dans cet ouvrage, de spécialistes de domaines diversifiés – qui, au cours de ces dernières années se sont réunis en colloques ou rencontres moins formelles – montre, à l’évidence, qu’au-delà de la différence de leurs disciplines et objectifs spécifiques – technologie et gestion, études linguistiques et de mémoire sociale, politiques et épistémologies de l’information, études culturelles et de réception – il existe une convergence d’intérêts en ce qui concerne les problématiques théoriques et méthodologiques de tous ces chercheurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Regina Maria Marteleto, « Maria Gélida González De Gómez, Evelyn Goyannes Dill Orrico, dirs, Políticas de Memória e Informação : reflexos na organização do conhecimento », Questions de communication [En ligne], 11 | 2007, mis en ligne le 01 juillet 2007, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7424

Haut de page

Auteur

Regina Maria Marteleto

Université fédérale de l’État de Rio de Janeiro,
UNIRIO, Brésil

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page