Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Société

Pierre Bouvier, Le lien social

Paris, Gallimard, coll. Folio Essais inédit, 2005, 401 p.
Jean Zoungrana
Référence(s) :

Pierre Bouvier, Le lien social. Paris, Gallimard, coll. Folio Essais inédit, 2005, 401 p.

Texte intégral

1En ces temps de crises, de dé-liaisons et de ruptures multiples, si une expression semble faire florès c’est bien celle de lien social. Cette présence du lien social dans l’espace public traduit sans doute un malaise qui nécessite une analyse. Et pour marquer l’urgence du questionnement, Pierre Bouvier rappelle les sombres prédictions dont témoigne l’œuvre de Georg Lukács et particulièrement Histoire et conscience de classe au début du xxe siècle : « Le ciel étoilé de Kant ne brille plus que dans la sombre nuit de la pure connaissance ; il n’éclaire plus le sentier d’aucun voyageur solitaire et, dans le monde nouveau, être homme, c’est être seul. La lumière intérieure ne fournit qu’au prochain pas l’évidence ou le faux-semblant de la sécurité. Du dedans, aucune lumière ne rayonne plus sur le monde des événements et sur son labyrinthe privé de toute affinité avec l’âme » (p. 18). Aujourd’hui, les questions de société semblent porter crédit à ce discours. En effet, au déchirement du tissu social, à la dégradation des rapports sociaux, à la méfiance croissante entre les personnes, en un mot, à l’affaiblissement des liens, le remède inlassablement prescrit est bel et bien le lien social : faire du lien social pour renouer avec cette volonté de vivre ensemble aujourd’hui fragilisée ; telle est l’injonction actuelle. La problématique du lien social, c’est-à-dire du vivre ensemble, incombe à la sociologie. Telle est la thèse défendue par Pierre Bouvier dans cet essai. En effet, on attend, et plus particulièrement de la sociologie, en tant que science des faits sociaux, « de cerner la part de nouveauté et de bouleversements qui remodèle sous nos yeux le lien social » (p. 12).

2Pour se faire, Pierre Bouvier s’appuie sur une méthode déjà expérimentée dans des ouvrages précédents : Socio-anthropologie du contemporain (Paris, Galilée, 1995), La socio-anthropologie (A. Colin, 2000) et la revue Socio anthropologie dont il est codirecteur. Cette méthode, qui se présente comme une approche croisée entre la sociologie et l’anthropologie, semble indispensable à l’intelligence des formes actuelles du lien social : l’anthropologie nous confronte à l’autre, la sociologie nous ramène au même. De sorte que cette approche pluridisciplinaire, croisant le même et l’autre, s’impose dans la mesure où les phénomènes de mondialisation réinterrogent le lien social lui-même. Trois temps semblent marquer le lien social : d’abord son émergence comme objet sans nom, puis son inscription dans des disciplines variées et, enfin, sa complexité fuyante qui semble le rendre insaisissable aux disciplines installées. Ces trois moments sont aussi ceux qui structurent la présentation du livre de Pierre Bouvier : la première partie est consacrée à l’émergence du lien social, la deuxième présente le lien social comme objet des disciplines et la troisième en souligne la transdisciplinarité.

3La compréhension du sens conféré aujourd’hui au lien social impose d’en répertorier les occurrences dans le trésor de la langue française que constituent les ouvrages de référence anciens : dictionnaires, encyclopédies. À travers une analyse sémantique du syntagme « lien social », dont il souligne le caractère redondant car le vocable lien réunit autant que le vocable « social », Pierre Bouvier observe que le lien social n’a pas toujours fait l’objet de définitions spécifiques : il semble tellement consubstantiel au fait humain que point n’était besoin de l’isoler aux fins d’analyses particulières. En effet, l’auteur montre que c’est au xxe siècle que les rapports sociaux ont été traduits par l’expression de « lien social ». Antérieurement, ces rapports renvoyaient à des termes comme ceux d’ordre social, contrat social, paix sociale, organisation sociale ou encore solidarité sociale. D’autres logiques particulières étaient alors à l’œuvre dans l’interprétation des rapports interindividuels. Prenant appui sur un riche corpus de théoriciens, indispensables à l’intelligence du phénomène dans ces multiples formulations et appréhensions (Aristote, Hobbes, Locke, Rousseau, Fourier, Proudhon, Marx), Pierre Bouvier démontre que quelque chose comme le « lien social » a longtemps préexisté au mot lui-même. Car cette expression est une invention récente, contemporaine de la sociologie naissante.

4Dès lors comment la sociologie trouvera-t-elle enfin le mot ? Cela passe par la remise en question de la position dominante que la philosophie exerce depuis des siècles ; elle se traduit par l’éclatement, au xixe, siècle de l’ambition impériale de la philosophie comme mono-discipline à vocation plurielle. À ce titre, le rôle joué par le dynamisme éditorial des revues semble primordial. Ainsi l’apparition, dès 1890, de plusieurs revues emblématiques témoigne-t-elle de la montée en puissance des sciences humaines et sociales dans un contexte de reformalisation théorique : L’Année philosophique (1891), auparavant intitulé La Critique philosophique, politique, scientifique, littéraire (1872), L’Année psychologique (1894), L’Année sociologique (1898). C’est bien l’éclatement du savoir en secteurs spécialisés (sociologie, histoire et psychologie) au xixe siècle et xxe siècles qui conduit chacun à interpréter le social et à s’interroger sur le lien social. Au-delà des difficultés rencontrées, la sociologie naissante se définit proprement par son souci du lien social, loin de la philosophie sociale et tente de se constituer comme discipline à part entière. Au regard du contexte historique de la naissance de cette discipline, on mesure le temps parcouru en songeant à la phrase d’Émile Durkheim : « Le mot de sociologie qui, autrefois, faisait peur et ne se prononçait que du bout des lèvres, est entré dans le langage commun » (« L’état actuel des études sociologiques en France », 1895, in : Textes, Paris, Éd. de Minuit, 1975, T. 1, p. 74).

5Pierre Bouvier revisite l’histoire de la pensée sociologique autour de cette question du lien social et de ses composantes. Ainsi les pères fondateurs, dans leur tentative d’appréhension du lien social, sont-ils pleinement mis à contribution. Il en va de même des écoles de Francfort et de Chicago qui se sont aussi montrées concernées par le lien social. Les apports spécifiques des sociologues français (Boudon, Crozier, Bourdieu, Touraine), tels que présentés par l’auteur, témoignent de la permanence de la question dans toute sa complexité. Que deviennent alors les rapports sociaux à l’ère de la mondialisation en ce début du xxie siècle ? Face aux mutations contemporaines induites par les processus de mondialisation et de globalisation, la socio-antropologie permet de mieux intégrer les deux registres du local et du mondial. Les ressources de cette interdisciplinarité permettent d’interroger les nouvelles formes du lien social, prises entre le désir d’exister ensemble et la volonté de préserver la singularité individuelle. Ainsi de nouveaux mouvements sociaux, analysés par l’auteur, montrent-ils que des formes alternatives de lien social sont toujours à l’œuvre au sein de la société : les associations, les repas de quartier, les squats et les squarts (c’est-à-dire les squats d’artistes) sont autant de mises en scène qui témoignent de ces nouvelles formes d’exister collectivement. Tout se passe comme si la société réinventait constamment de nouveaux modes d’être ensemble. Il semble bien que quelque chose de l’ordre de l’histoire de la sociologie court tout au long de cet ouvrage comme pour refaire, renouer et tisser à nouveau un lien non encore explicite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Zoungrana, « Pierre Bouvier, Le lien social », Questions de communication [En ligne], 11 | 2007, mis en ligne le 01 juillet 2007, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7415

Haut de page

Auteur

Jean Zoungrana

CRESS, université Strasbourg 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page