Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Dominique Wolton, L’autre mondialisation

Paris, Flammarion, 2003, 212 p.
Stéphanie Hurez
Référence(s) :

Dominique Wolton, L’autre mondialisation. Paris, Flammarion, 2003, 212 p.

Texte intégral

1Dans son dernier ouvrage, Dominique Wolton présente un véritable plaidoyer pour la cohabitation culturelle. Ses recherches récentes sur la communication politique entre la Polynésie française et la métropole, puis sur l’impact qualitatif de la politique des nouvelles technologies dans les départements d’outremer, lui ont permis, à l’aube du xxie siècle, de reconsidérer les concepts d’identité, de culture et de communication. Son livre s’organise autour de cinq chapitres – chacun étant suivi de nombreuses indications bibliographiques permettant de prolonger le débat – qui aboutissent sur des propositions d’actions parfois surprenantes.

2En spécifiant d’entrée de jeu que les tenants et aboutissants de son ouvrage sont de « penser les conditions de la mondialisation de l’information et de la communication afin que cette dernière ne devienne pas une sorte de bombe à retardement » (p. 10), l’auteur parvient à considérer l’information, la communication et la culture comme des valeurs de progrès et d’émancipation, mais aussi comme des dérives possibles d’un futur incertain. Ces trois notions peuvent s’inscrire soit dans ce qu’il nomme la « dimension fonctionnelle » qui « renvoie tout simplement au fait que, dans la société, tout s’échange », soit dans la « dimension normative » qui « renvoie à un idéal, à l’idée de partage, de compréhension » (p. 27). Il tente alors de prouver la nécessité d’organiser une cohabitation culturelle dans le respect des identités, en vue d’« assurer un minimum de compréhension mutuelle pour amortir les effets de la mondialisation » (p. 48) puisque, si elle casse les distances, elle ne génère pas plus de proximité. En ce sens, il fustige l’idéologie du « village global » qui semble empêcher toute réflexion sur les rapprochements culturels et qui favoriserait les conflits dans notre société, en nous faisant remarquer que la mondialisation de la communication conduit à renforcer le lien entre culture et communication et à faire émerger « une nouvelle problématique de l’identité culturelle collective » (p. 56).

3Parce qu’il est urgent de repenser la communication en stimulant la diversité et en ouvrant de nouvelles fenêtres sur la réalité de « l’Autre », Dominique Wolton montre bien que le défi culturel de la mondialisation consiste à valoriser le statut de la politique pour éviter les dérives communautaristes. À cet égard, il souligne la nécessité de consolider les institutions au niveau international, ce qui suppose un renforcement des États nations et de l’Organisation des Nations Unies. Toutefois, « la diversité culturelle n’a pas le même sens selon que le mot est véhiculé par les industries culturelles mondiales ou qu’il est revendiqué comme enjeu politique nouveau » (p. 92). Le problème que pose la cohabitation culturelle est de savoir comment l’on pourrait passer d’une « identité-refuge » – qui, contre trop d’ouverture et de perte des repères, peut conduire à une identité culturelle agressive – à une « identité-relationnelle » – présageant l’existence d’un projet politique qui dépasse les différentes problématiques culturelles et identitaires –, l’idéal étant qu’elle privilégie cette dernière.

4Selon l’auteur, la France aborde le multiculturalisme conformément à trois logiques indissociables : d’abord « son lien à la coopération pour les anciennes colonies, ensuite son lien actuel aux dix communautés des DOM et des TOM, enfin son lien à la francophonie » (p. 122) ; sans cela, elle ne pourrait, semble-t-il, pas vivre pleinement sa diversité culturelle et éviter l’européocentrisme. Se pose alors la question de l’indépendance. Mais, pour Dominique Wolton, si « hier, l’indépendance était la condition de l’identité culturelle, demain, dans un monde globalisé, l’autonomie [...] peut davantage garantir l’identité culturelle [...] [parce qu’elle] permet un meilleur retour sur l’histoire que l’indépendance, et surtout garantit un avenir moins instable » (p. 126). Par ailleurs, il affirme que la France se détournerait de ses racines mondiales pour se replier sur l’Europe et que, de fait, l’absence de valorisation de cette réalité illustre l’absence de réflexion sur les nouveaux enjeux de la cohabitation culturelle qui est masquée par la problématique de gestion des flux migratoires.

5En montrant l’importance de construire le multiculturalisme par cette « autre mondialisation » qui, rappelons-le, concerne la cohabitation culturelle au plan mondial pour penser les relations du « triangle infernal » (identité, culture, communication), Dominique Wolton parvient à dresser une sorte d’état des lieux qui laisse beaucoup de questions en suspens et de « chantiers » à bâtir. Cependant, en véritable défenseur de « l’exception culturelle », et donc d’un certain nationalisme, il prône la nécessité de penser la cohabitation culturelle au niveau international pour préserver la pluralité des représentations du monde, tout en démontrant que l’Europe doit davantage se distinguer du modèle culturel américain. Au-delà de ce paradoxe, sa réflexion – bien ancrée dans des réalités parfois difficiles à avouer – dévoile combien il est urgent de réexaminer l’universalisme, sans quoi, la paix serait directement menacée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Hurez, « Dominique Wolton, L’autre mondialisation », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7170

Haut de page

Auteur

Stéphanie Hurez

CREM, université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page