Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Christiane Volant, Le management de l’information dans l’entreprise : vers une vision systémique

Paris, ADBS, coll. Sciences de l’information, série Études et techniques, 2002, 106 p.
Brigitte Simonnot
Référence(s) :

Christiane Volant, Le management de l’information dans l’entreprise : vers une vision systémique. Paris, ADBS, coll. Sciences de l’information, série Études et techniques, 2002, 106 p.

Texte intégral

1Parce qu’elle est à la base de toute prise de décision, l’information joue un rôle stratégique dans la vie des entreprises et des organisations. Dans une société où l’information prolifère, la capacité à la sélectionner et la traiter de manière adéquate est déterminante et c’est cette capacité qui est une ressource rare (p. 53). Dans son ouvrage, issu d’un travail d’habilitation à diriger les recherches, Christiane Volant propose un modèle conceptuel du management de l’information et présente une vision claire et synthétique des différentes dimensions à prendre en compte dans l’organisation et la gestion de l’information au sein de l’entreprise. Adoptant une approche systémique, l’auteur met en évidence l’évolution des pratiques d’information et de documentation vers la gestion des connaissances, évolution induite notamment par la généralisation des réseaux télématiques.

2Le premier chapitre expose de manière synthétique la méthode systémique qui – l’auteur reprend la définition de Bernard Paulré – étudie les lois, modes de fonctionnement et principes d’évolution des ensembles organisés à partir de l’examen des interactions internes à l’ensemble organisé d’une part et des interactions de celui-ci avec son environnement, d’autre part. En permettant de prendre en compte la complexité des objets examinés, l’approche systémique complète l’approche analytique par l’étude des interactions entre leurs divers composants.

3Après une présentation succincte des principaux concepts de la systémique – système, comportement téléologique, autonomie par rapport à l’environnement, auto-organisation, bruit –, l’auteur expose une vision de l’entreprise-système où interagissent trois sous-systèmes principaux : le système d’information dont le service d’information documentation (SID) est une composante, le système décisionnel et le système opérant. Dans le chapitre 4, consacré au SID, Christiane Volant énumère les différentes approches en matière de pratiques documentaires : celles qui privilégient le fonctionnement du SID en mettant l’accent sur la technique plutôt que sur les prestations, ou sur le savoir-faire des professionnels plutôt que sur les besoins des usagers ; à l’opposé, l’approche service ou marketing s’appuie sur les besoins et la satisfaction des usagers, elle donne la priorité au suivi de la qualité. Ces différentes approches sont complémentaires : mettre en place une politique documentaire consiste à hiérarchiser ces différentes pratiques. Adopter une démarche de projet qui explicite clairement les objectifs du SID permet à ce dernier de s’adapter à son environnement.

4Pour que chaque membre de l’organisation, à son niveau, joue pleinement son rôle au sein du système d’information, il doit être formé et motivé à cette démarche. L’auteur souligne le sous-développement de la culture informationnelle chez les non-professionnels de l’information : savoir accéder à l’information, la partager et l’échanger de manière pertinente est nécessaire, et cette compétence doit être intégrée dans chaque fonction au sein de l’entreprise. Désormais, la gestion de l’information nécessite donc, d’orchestrer les compétences informationnelles de chacun.

5Dans la deuxième partie de l’ouvrage, Christiane Volant plaide pour l’évolution du SID vers un système d’information spécifique pour l’entreprise (SISE), prenant en compte non seulement l’information scientifique et technique, mais aussi des informations finalisées en matière économique, juridique et sociale, technique et administrative, c’est-à-dire susceptibles d’être utiles dans la mise en œuvre d’un projet. Pour l’auteur, la gestion de l’information doit être fondée sur sa finalité plutôt que sur son origine ou sa nature. Détaillant les fonctions du SISE, elle montre l’imbrication étroite des fonctions informationnelles et des fonctions de communication. La méthode de conception préconisée pour ce système s’inspire du constructivisme. Elle s’appuie sur une étude approfondie de l’entreprise dans ses dimensions historique, culturelle et organisationnelle de manière à pouvoir prendre en compte les interactions entre ces différentes dimensions. De la gestion de l’information, le modèle d’organisation étend plus largement son objet à la gestion des connaissances dans l’entreprise.

6Destiné aux professionnels de l’information comme aux étudiants en information spécialisée, l’ouvrage présente un double intérêt. D’une part, il présente de manière claire un modèle qui peut servir de grille méthodologique pour la conception ou la redéfinition d’un système de gestion de l’information. La démarche en spirale préconisée permet d’enrichir, pas à pas, la méthode d’analyse. De manière sous-jacente, on sent l’expérience professionnelle de l’auteur mais on peut regretter l’absence d’exemples concrets pour illustrer le modèle. Si par moments, le discours semble juxtaposer de nombreuses énumérations de manière un peu sèche, la présence de nombreux schémas aide à appréhender les différentes dimensions du modèle et leurs interactions.

7D’autre part, au-delà du modèle conceptuel proposé, l’auteur met en évidence l’évolution nécessaire des compétences informationnelles de chacun et l’importance d’une formation accrue dans ce domaine. Si les fonctions traditionnelles des services d’information et de documentation – collecte, analyse, traitement, stockage et diffusion aux intéressés – ne sont pas remises en cause, elles doivent être étendues et adaptées pour répondre aux objectifs de l’organisation. En effet, avec le développement des sources informelles d’information, les professionnels de l’information se voient dans l’obligation de s’appuyer sur les autres acteurs de l’organisation et de travailler en synergie avec eux. De simples intermédiaires lorsque le schéma de communication des informations était pyramidal, les professionnels deviennent « intermédiateurs », ce qui nécessite de développer, au-delà des connaissances professionnelles, des compétences pédagogiques et socio-organisationnelles et une connaissance du contexte stratégique et culturel de l’entreprise. La dimension informationnelle doit être intégrée aux activités de chaque individu de manière à ce que celui-ci tende vers une autonomie en matière d’information. Cette proposition peut paraître paradoxale : ne risque-t-elle pas de conduire à une dilution des fonctions informationnelles et amener ainsi à la disparition des SID ? Pour l’auteur, ce risque est limité car de nouvelles fonctions sont en émergence pour les professionnels de l’information comme, par exemple, apporter leurs compétences en matière de méthodologie d’analyse de problème, de conception de nouveaux services, de formation et d’orchestration des capacités informationnelles des différents acteurs. En effet, si les flux et les chemins suivis par l’information contribuent à lui apporter du sens, la prise en compte des représentations de chacun n’est pas simple : elle nécessite de faire la part des choses « entre le besoin réel d’information lié à sa valeur d’usage et le désir d’information lié à sa valeur symbolique » (p. 78). Plus que jamais, au sein des entreprises et des organisations, les systèmes d’information et de communication sont interdépendants.

8Cette mutation nécessite un changement d’attitude et de nouvelles compétences pour chacun des acteurs. Désormais, l’information est l’affaire de tous dans l’entreprise qui, pour être performante, doit être une organisation apprenante et évolutive. Le traitement et la gestion de l’information nécessitent des compétences spécialisées, mais ces fonctions ne peuvent prendre leur véritable mesure que si chacun est acteur du système d’information.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Simonnot, « Christiane Volant, Le management de l’information dans l’entreprise : vers une vision systémique », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7166

Haut de page

Auteur

Brigitte Simonnot

CREM, université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page