Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Jean-Michel Valantin, Hollywood, le Pentagone et Washington. Les trois acteurs d’une stratégie globale

Paris, Éd. Autrement, coll. Frontières, 2003, 207 p.
Gérald Arboit
Référence(s) :

Jean-Michel Valantin, Hollywood, le Pentagone et Washington. Les trois acteurs d’une stratégie globale. Paris, Éd. Autrement, coll. Frontières, 2003, 207 p.

Texte intégral

1C’est un livre qui, sans aucun doute, a fait beaucoup de bruit depuis l’automne 2003. Avec son titre, il semblait vouloir répondre à la question de la compromission, plus que de l’entente, du cinéma et de l’establishment américains. Dans le contexte d’américanophobie française ambiante, le livre tranche par son ton apparemment informé de la société américaine. Réfutant la propagande, explication trop facile des accointances de l’entertainment avec la Maison-Blanche et le Pentagone, Jean-Michel Valantin échafaude un concept de « cinéma de sécurité nationale ». Il repose sur le consensus inhérent à la société américaine que sont ses mythes fondateurs : la « Frontière », la « Cité sur la colline » et la « destinée manifeste » ont fait les beaux jours du western ; la menace est à l’origine des films policiers, d’espionnage et de science-fiction. Après le « complexe militaro-industriel », ce docteur en études stratégiques et sociologie de la défense, spécialiste de la stratégie américaine et chercheur au Centre interdisciplinaire de recherches sur la paix et d’études stratégiques (CIRPES) dirigé par Alain Joxe à l’École des hautes études en sciences sociales, entend faire émerger le « complexe militaro-cinématographique ».

2À l’appui de sa thèse, l’auteur propose une importante analyse de films qui vont de la comédie romantique des années 40 aux incontournables blockbusters de la dernière décennie, en passant par les inévitables westerns et les films de science-fiction. La tentation du catalogue est grande et, trop souvent, l’auteur cherche à légitimer sa thèse dans ces fictions cherchant à coller à une dramaturgie offerte par l’actualité. Par ailleurs, il néglige la télévision où, du JAG à Espions d’État, en passant par Stargate SG-1 et Band of Brothers, nombre de séries sont financées par le Pentagone. Sans parler du concept de télé-réalité appliqué aux questions de défense, avec Profiles From the Front Line, sur l’intervention de l’armée américaine en Afghanistan, aux Philippines, en Amérique centrale et dans d’autres points chauds. La relative faiblesse du travail de Jean-Michel Valentin apparaît ici. À trop vouloir démontrer la validité de son concept de « cinéma de sécurité nationale », il accumule les références les plus communes. Jamais, à l’exception de l’épisode de 1942, il ne fait mention de la politique de communication de la communauté de défense américaine. Le Committee on Public Information, présidé par le journaliste George Creel et auquel Charles Chaplin prêta son concours, l’Office of War Information, dont il signale pourtant les participants, et le Film Liaison Office, installé en 1952 à Los Angeles lui sont inconnus. Si cela avait été, peut-être aurait-il pu éviter de convoquer Independance Day, pour soutenir la revanche de l’Air Force sur les autres armées, ou d’affirmer que « la Navy est l’armée démocratique par excellence, car jamais un coup d’État ne peut avoir lieu sur mer » (p. 20) ; dans un cas, il magnifie un film qui n’a pas eu l’agrément du Pentagone, dans l’autre, il écarte un classique qui l’avait obtenu. Par ailleurs, il néglige les hommes, scénaristes, metteurs en scène et producteurs, voire acteurs. Jerry Bruckheimer fait aujourd’hui partie de ces happy few que chérit le Pentagone, comme l’avait été Darryl Zanuck dans les années 60. C’est à ce niveau que se décident les films et les connivences avec le Pentagone. Les cinéastes ont besoin de matériel militaire pour leurs films, et l’armée leur en donne l’opportunité, moyennant quelques retouches au scénario dans un sens plus favorable aux armées. C’est une pratique aussi vieille qu’Hollywood, depuis Wings en 1927, en passant par Le Jour le plus long en 1962, jusqu’à La chute du Faucon noir en 2001. On entre dans le processus de communication des armées, cœur du sujet que voulait aborder Jean-Michel Valantin. Il n’y consacre que quelques lignes (p. 19), et encore pour le rendre anecdotique, illustrant son propos d’une référence au clip du groupe Village People, In the Navy. Il ne parle pas plus de l’aspect économique qui lie le gouvernement américain et son industrie du cinéma.

3Malheureusement, l’auteur commet quelques erreurs, comme lorsqu’il fait de Rupert Murdoch « le fondateur et P-DG de CNN » (p. 101). Pour finir, on notera l’absence, dans la biographie, de l’étude récente de l’historien militaire, Lawrence D. Suid, Guts and Glory : The Making of the American Military Image in Film (University Press of Kentucky, 2002). L’auteur y présente l’étroitesse des liens unissant Hollywood et le Pentagone depuis les origines du cinéma, ou tout au moins 1915, avec Naissance d’une nation de D. W. Griffith, étrangement absent de la revue de Jean-Michel Valantin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérald Arboit, « Jean-Michel Valantin, Hollywood, le Pentagone et Washington. Les trois acteurs d’une stratégie globale », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 19 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7165

Haut de page

Auteur

Gérald Arboit

CÉRIME, Strasbourg 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page