Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Philippe Poirrier, Loïc Vadelorge, dirs, Pour une histoire des politiques du patrimoine

Paris, Éd. La Documentation française/ Comité d’histoire du ministère de la Culture, coll. Travaux et documents, 2003, 615 p.
Vincent Dubois
Référence(s) :

Philippe Poirrier, Loïc Vadelorge, dirs, Pour une histoire des politiques du patrimoine. Paris, Éd. La Documentation française/ Comité d’histoire du ministère de la Culture, coll. Travaux et documents, 2003, 615 p.

Texte intégral

1Issu d’un séminaire organisé conjointement par le Comité d’histoire du ministère de la Culture, le Centre d’histoire culturelle de l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et l’Institut d’histoire contemporaine de l’université de Bourgogne, ce volumineux ouvrage rassemble les textes d’une trentaine d’auteurs. Ces textes revêtent des statuts différents : il s’agit, pour une part minoritaire, de synthèses problématiques (les « propositions » de Pascal Ory, Jean-Michel Leniaud, Yvon Lamy, auxquelles s’ajoutent les introduction et conclusion des deux directeurs de publication, ou encore le résumé des travaux déjà bien connus de Marie-Claude Genet-Delacroix), et pour l’essentiel de contributions originales présentant des enquêtes organisées en une chronologie qui va du premier Empire aux années 2000.

2La richesse et la diversité de leur contenu empêchent d’en donner un aperçu synthétique, et ce d’autant plus que ces contributions se succèdent sans faire l’objet de regroupements thématiques. On se contentera donc d’un survol sommaire, informatif (et sans doute injustement sélectif), destiné à inciter le lecteur à piocher dans cette compilation. En premier lieu, on notera la présence judicieuse de plusieurs textes qui abordent la période de Vichy, et en particulier l’article, tout à fait intéressant, de Stéphanie Corcy-Debray sur la politique menée par le ministre Jérôme Carcopino. Outre l’intérêt propre à l’étude de cette période, on y voit ici, loin d’une lecture technique, institutionnelle ou esthétique, combien les questions patrimoniales sont traversées d’enjeux politiques. Du reste, ces enjeux sont bien rendus dans plusieurs autres périodes : c’est le cas pour la création de l’inventaire général au milieu des années 60 (Isabelle Balsamo), ou les tensions autour de la redéfinition de la notion de patrimoine pendant les « années Lang » (Philippe Poirrier). On saluera également l’attention prêtée à la politique de l’archéologie, trop souvent négligée, disséminée dans plusieurs articles, spécifiée dans au moins deux d’entre eux, et en particulier l’intéressante contribution d’Ève Gran-Aymerich sur la IIIe République.

3Si des contributions d’acteurs du patrimoine se mêlent, avec une réussite inévitablement inégale, à celles des chercheurs de disciplines variées, l’apport de Michel Rautenberg se situe à l’articulation des deux et présente, à ce titre, une originalité et un intérêt qu’il convient de souligner. Aujourd’hui professeur d’ethnologie, l’auteur opère un retour réflexif sur ses dix années d’expérience en tant que conseiller au patrimoine ethnologique dans une direction régionale des affaires culturelles. Au-delà des questions strictement patrimoniales, il y a là une contribution plus générale à l’analyse des relations entre recherche et action culturelle. Ce témoignage raisonné fait ainsi écho au très complet article de Florence Weber sur les politiques du folklore de 1930 à 1960, qui montre bien le lien entre l’évolution de ces politiques et celle qui affecte l’ethnologie à laquelle elles sont étroitement liées. Ici, l’on voit comment la patrimonialisation est liée au regard savant porté sur les objets et les pratiques, et partant les relations d’interdépendance entre politiques patrimoniales et disciplines scientifiques concernées. Ainsi aurait-on pu imaginer des contributions analogues concernant les transformations de l’histoire de l’art et ses liens avec le traitement public du patrimoine.

4Les politiques du patrimoine, ce sont des monuments (la cathédrale de Reims), des lieux (Lyon, Rouen, la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines), des institutions (le service des monuments historiques, l’écomusée), des dispositifs (l’inventaire, les lois) ; mais ce sont aussi des acteurs engagés dans des pratiques de patrimonialisation. Ces derniers sont analysés dans le texte d’Hervé Glevarec, consacré aux associations patrimoniales. Rendant compte des résultats d’une enquête récente, publiée dans un ouvrage co-signé avec Guy Saez (Le patrimoine saisi par les associations, Paris, Éd. La Documentation française, 2002), il met en parallèle deux évolutions concomitantes engagées au début des années 80 : le développement associatif et l’essor de l’intérêt multiforme pour le patrimoine. Ce faisant, il donne des pistes pour comprendre les fondements sociaux de ce qu’on a pu appeler « l’émoi patrimonial » ou la « folie du patrimoine », et partant sur le sens social des politiques patrimoniales. En complément ou en contrepoint, on aurait pu envisager des travaux sur d’autres catégories d’acteurs du patrimoine : on pense en particulier aux conservateurs, à leur recrutement, leur formation, leurs enjeux professionnels, etc., dont il aurait été intéressant d’identifier le rôle dans l’évolution des politiques patrimoniales.

5En conclusion de ce survol, on ne peut que souscrire aux propositions finales de Philippe Poirrier lorsqu’il replace l’analyse des politiques du patrimoine dans celle des politiques culturelles. Il est vrai qu’elle y occupe une place singulière. Le patrimoine – moins central que n’a pu l’être le spectacle vivant dans l’affirmation des nouvelles missions culturelles de l’État autour de la création du ministère des Affaires culturelles – est également moins central dans les relations entre artistes et politiques, et à ce titre, a pu être négligé dans les analyses centrées sur la formation des politiques culturelles contemporaines. L’immense littérature – notamment historiographique – montre qu’il n’a cependant pas été négligé par les chercheurs ; mais, constitué en domaine de recherche à part entière, il a souvent été traité en lui-même et pour lui-même, de manière relativement détachée des enjeux et des politiques qui affectent plus largement le champ culturel. Ce n’est pas le moindre mérite de ce recueil que d’inciter les analystes des politiques culturelles à reconsidérer leur dimension patrimoniale, et les spécialistes du patrimoine à mieux inscrire son analyse dans une vision d’ensemble des politiques de la culture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Dubois, « Philippe Poirrier, Loïc Vadelorge, dirs, Pour une histoire des politiques du patrimoine », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7156

Haut de page

Auteur

Vincent Dubois

ÉRASE, université de Metz

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page