Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Alain Plantey, La négociation internationale au 21e siècle

Paris, CNRS Éd., 2002, 785 p.
Olivier Arifon
Référence(s) :

Alain Plantey, La négociation internationale au 21e siècle. Paris, CNRS Éd., 2002, 785 p.

Texte intégral

1Chaque semaine, l’actualité politique et économique illustre le rôle et la place que tient la négociation internationale dans nos sociétés. Pour exemple, les négociations qui se sont déroulées entre les États à propos de la deuxième guerre du Golfe, à partir de mars 2003 et depuis lors, ont montré les nombreuses facettes et tendances de la négociation internationale. C’est dans ce contexte et grâce à sa longue expérience qu’Alain Plantey a rédigé La négociation internationale au 21e siècle. Collaborateur du général de Gaulle, l’auteur a occupé de nombreuses fonctions, telles que celles d’ambassadeur, de négociateur, de président de la Cour internationale d’arbitrage auprès de la Chambre de commerce internationale ; il est actuellement membre de l’Institut (Académie des sciences morales et politiques). Il allie donc sa pratique aux grands classiques de la théorie de la négociation dans ce volumineux ouvrage de 785 pages. Ce dernier est divisé en quatre parties et organisé en plus de 2 500 paragraphes numérotés, certains renvoyant vers d’autres aux thèmes connexes. Le lecteur peut d’abord être dérouté par cette organisation, puis en découvre son efficacité et ses avantages.

2La première partie donne l’origine et le cadre de la négociation diplomatique, notamment les aspects juridiques et les liens avec le commerce. C’est là que les exemples historiques, de 1648 à nos jours, illustrent abondamment les points théoriques. La deuxième partie expose de manière détaillée les principes de la négociation institutionnelle. Sans livrer un manuel de droit, mais en respectant cette logique, l’auteur décrit de l’intérieur les principes des négociations dans les organisations internationales. Partant du postulat que l’Union européenne est un laboratoire d’expériences de négociations juridiques et techniques entre États, le chapitre qui lui est consacré est détaillé et particulièrement intéressant. La troisième partie de l’ouvrage aborde la prospective de la négociation. Fort du constat de la situation internationale – aggravation des menaces, accroissement de la complexité, émergence d’une vision économique mondiale – Alain Plantey tente une prospective. C’est dans ce cadre que les sciences de l’information et de la communication font leur apparition. En effet, selon l’auteur, les évolutions prévisibles de la négociation internationale sont centrées sur « le perfectionnement des méthodes » et reposent sur « les anticipations et les hypothèses ». Les questions d’information, de communication, de veille et d’intelligence stratégique sont ainsi abordées. Il en est de même pour les modalités de prise de décision et les négociations d’idées. Il apparaît donc que les méthodes et outils de la communication ont, dans ce champ, un futur rôle à jouer. Bien que les théories de l’information ne soient pas explicitement convoquées (exception faite de Edward T. Hall, sur la question des cultures), cette partie est à la fois très riche par la pertinence de l’analyse et susceptible d’être complétée par un regard communicationnel englobant.

3Enfin, la quatrième partie s’ouvre sur les procédures et les savoir-faire d’un négociateur. L’auteur considère la négociation comme un art : art de la stratégie, cadre et contraintes de la raison d’État, rôle des hommes. Particulièrement vivants, les propos doivent ici à la longue expérience, déjà évoquée, de l’auteur. Dans le cadre des sciences de l’information, retenons notamment les approches sur le jeu du négociateur et l’analyse presque interactionniste lorsqu’il s’agit de choisir un émissaire ou de trouver un accord en équipe. De nombreux points clés sont abordés comme la question du mandat, la personnalité du représentant, les marges de manœuvre, la légitimité. La pertinence des propos donne à cette partie un aspect opérationnel, sans pour autant ne jamais – et cela est valable pour le reste de l’ouvrage – prendre la forme d’un manuel ou d’un livre de « recettes ».

4L’ouvrage d’Alain Plantey se termine sur le double mouvement qui anime nos sociétés et les États. D’une part, la multiplicité des modalités et des thèmes abordés par la négociation internationale et, d’autre part, l’arrivée de nouveaux acteurs comme les membres de la société civile, les experts ou des structures spécialisées mandatées sur un sujet. Méthode légitime de prévention de la violence, la négociation devient ainsi un moyen d’approfondissement et de régulation de nos sociétés démocratiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Arifon, « Alain Plantey, La négociation internationale au 21e siècle », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 18 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7155

Haut de page

Auteur

Olivier Arifon

LABCIS, université de Belfort-Montbéliard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page