Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Jacques Perriault, L’accès au savoir en ligne

Paris, O. Jacob, coll. Le champ médiologique, 2002, 266 p.
Catherine Kellner
Référence(s) :

Jacques Perriault, L’accès au savoir en ligne. Paris, O. Jacob, coll. Le champ médiologique, 2002, 266 p.

Texte intégral

1L’une des premières choses qui frappe à la lecture de L’accès au savoir en ligne, est la dimension internationale des cas analysés par Jacques Perriault. La démarche de l’auteur n’a rien d’ethnocentriste et montre qu’il peut y avoir beaucoup d’enseignements à tirer des approches étrangères. Dans cet ouvrage, l’auteur a régulièrement recours à des chronologies telle l’archéologie de différentes technologies : télévision, radio, minitel. Mais il ne s’agit, en aucun cas, d’une énième relecture de l’évolution des techniques. Ici, l’histoire sert de manière très opérationnelle à éclairer le présent et à formuler des pistes de réflexion pour l’avenir. Il s’agit toujours pour Jacques Perriault de réintégrer les technologies dans leur environnement social et d’examiner comment technologie et société se coconstruisent ; ce qui est la seule manière d’échapper à un déterminisme technique encore bien trop au goût du jour. Cette approche est essentielle, car elle permet de démontrer que les modèles qui émergent avec l’explosion de l’internet ne sont que des projections réitérées de cette utopie qui accompagne l’apparition de chaque nouvelle technologie. Mais le regard de l’auteur n’en est pas pour autant désabusé : c’est dans une démarche réellement constructive qu’il fait appel aux études récentes et internationales – dont il fait des synthèses claires – et qu’il lance de nouveaux questionnements. Une histoire de l’enseignement à distance et des usages observés permet à Jacques Perriault de montrer vers quoi risque fort d’aller l’enseignement en ligne dont les premiers modules ont été disponibles en 1998 et qui a connu, a priori, son apogée en 2001 – l’engouement constaté semblant se modérer.

2De l’expérience de la formation à distance sur supports traditionnels ressort une caractéristique qui risque de s’appliquer aussi à l’enseignement en ligne. En effet, en Europe, il y a une dizaine d’années, les étudiants suivant des formations à distance ont exprimé le besoin de se retrouver et de rencontrer des enseignants. Cette tendance émerge également dans le e-learning. Pour preuve, aux États-Unis, un nouveau concept correspondant à la même nécessité exprimée par les apprenants s’est formalisé : on parle aujourd’hui de blended learning (apprentissage hybride). Un apprentissage généralisé totalement en ligne semble donc difficile à envisager, car « notre psychisme se nourrit de trois types de représentations, verbales, imagées et sensori-affectivo-motrices » (p. 205) qui rend nécessaire, à certains moments, la coprésence de l’enseignant et de l’enseigné. De manière générale, les apprenants souffrent de solitude. Il semble donc que l’avenir de la formation en ligne soit en partie dans un retour vers l’humain : « L’accès au savoir suppose des médiations humaines, des lieux de réception et de production, ainsi que des procédures d’échange et de réciprocité » (p. 248).

3L’ouvrage soulève une problématique non seulement économique mais encore sociale : celle de la marchandisation du savoir. Il montre notamment, à partir des travaux de Chantal d’Halluin (dir., « Usages d’un environnement médiatisé pour l’apprentissage coopératif », Les Cahiers d’études du CUEEP, 43, janv. 2001, 189 p.) que le savoir est souvent perçu comme objet de consommation : l’obtention du diplôme est considéré comme un dû (même si l’apprenant ne supporte pas lui-même le coût financier de la formation). En poursuivant l’idée de Pierre Moeglin (dir., L’industrialisation de la formation. État de la question. Documents. Actes et rapports pour l’éducation, Paris, Centre national de documentation pédagogique, 1998), Jacques Perriault fait l’hypothèse que « la transformation du savoir comme une marchandise ne serait pas ici une décision de l’offre, mais aussi une attente de la demande » (p. 142). Concernant les processus cognitifs en jeu dans l’apprentissage en ligne, la méta-cognition a récemment mis en évidence un certain nombre de concepts présentés par l’auteur qui signale aussi que la granularité des modules d’apprentissage se fait de plus en plus fine. On trouve, aux États-Unis, des objets d’enseignement de cinq minutes. Jacques Perriault souligne ici le problème épistémologique posé par le fait que c’est l’apprenant lui-même qui constitue son parcours. Si une multiplicité de modules courts peut, pour un coût limité, s’articuler dans des combinaisons spécifiques, quelle garantie a-t-on qu’une somme de petites connaissances parcellaires, mises bout à bout, finisse par constituer un ensemble cohérent ? La question est fondamentale : la connaissance n’est-elle pas justement un système, un réseau articulé, complexe, dans lequel les liens entre chaque module contribuent tout autant que ces derniers à produire du sens ? Malgré cette possibilité de construire son propre parcours, les dispositifs d’apprentissage en ligne sont loin de s’adapter à la grande diversité des apprenants, dont la spécificité intervient beaucoup dans l’apprentissage. Ajoutons que, finalement, bien peu de modules d’enseignement en ligne utilisent les spécificités nouvelles de l’hypermédia. Dans la mesure où, de toute manière, naviguer sur le réseau nécessite de développer des capacités nouvelles d’abduction, de sérendipité – découverte d’informations que l’on ne s’attendait pas à trouver –, et de gestion en parallèle, pourquoi ne pas tirer profit des particularités d’un support multimédia et hypertextuel ?

4Même s’il met en évidence que « les universités virtuelles n’ont pas montré de quelconque évolution vers des organisations apprenantes qui donneraient un nouveau sens à l’acquisition des connaissances » (p. 129), Jacques Perriault aurait pu insister davantage sur le fait que le support, en tant que tel, souffre d’un manque d’imagination des concepteurs de cours. Les modules présentent souvent une similarité avec des enseignements à distance traditionnels, sans présenter d’intérêt supplémentaire. Tant que les expérimentations et les recherches ne serviront pas à penser une écriture spécifique et donc innovante, l’engouement pour le e-learning, qui s’est déjà essoufflé depuis 2000, risque d’avoir du mal à rebondir. Le dernier chapitre est consacré aux politiques publiques qui ont un impact fondamental. Sans critique gratuite, Jacques Perriault conclut ses analyses par des recommandations. Pour qu’il puisse trouver sa place, il faut avant tout que le e-learning fasse l’objet d’une « conception implicite ou explicite [...] dans la société » (p. 217). De même, toute la population doit être concernée et pas uniquement les gens en formation ou les concepteurs de cours. L’un des moyens proposés est d’« articuler une sensibilisation à l’informatique avec la création ou le maintien de l’emploi » (p. 217). Mais ce qui devrait présider à toute politique publique, c’est la volonté de faire émerger les initiatives locales car, dans le domaine de l’éducation, l’innovation part du terrain. La grande difficulté de la gestion d’une politique est de parvenir à « réguler l’équilibre entre décisions ascendantes et initiatives montantes » (p. 218) : il y a une sorte de paradoxe entre la volonté d’égalité entre les citoyens qui pousse à édicter des lois nationales – on ne peut plus descendantes – et la nécessité de laisser les initiatives remonter. L’enjeu sociopolitique lié à l’accès à la connaissance nécessite que les politiques publiques ne s’intéressent pas seulement à l’aspect matériel du e-learning, mais favorisent aussi la formation et l’accompagnement tout en développant la recherche sur le fonctionnement d’un « apprenant » en ligne.

5Le travail de Jacques Perriault – dans ce livre et de manière générale – a un intérêt fort : il ne se contente pas de présupposés stéréotypés et non fondés, mais il conçoit sa réflexion sur les usages réels observés, en étant ainsi fidèle à la ligne de La logique de l’usage (Paris, Flammarion, 1989). L’accès au savoir en ligne est, lui aussi, un ouvrage particulièrement bien documenté, comportant de nombreuses références bibliographiques qui sont une mine d’informations pour le lecteur, et dans lequel on apprend beaucoup sur le monde du e-learning – dans ses dimensions pédagogiques, cognitives, mais aussi politiques, économiques et géographiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Kellner, « Jacques Perriault, L’accès au savoir en ligne », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 18 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7154

Haut de page

Auteur

Catherine Kellner

CREM, université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page