Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Marcel Paul-Cavallier, Jacques Walter, dirs, Organisations, médias et médiations

Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Communication et civilisation, 2001, 299 p.
Jean-Luc Bouillon
Référence(s) :

Marcel Paul-Cavallier, Jacques Walter, dirs, Organisations, médias et médiations. Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Communication et civilisation, 2001, 299 p.

Texte intégral

1Dirigé par Marcel Paul-Cavallier et Jacques Walter, Organisations, médias et médiations se prête à deux niveaux de lecture. En premier lieu, les dix-huit contributions rassemblées proposent une typologie très détaillée des interdépendances complexes reliant médias et organisations, mais également des formes de communication non strictement médiatiques, ou « médiations » mises en œuvre. En second lieu, la mise en perspective de ces textes donne à l’ouvrage une portée beaucoup plus étendue, relative à la dimension « institutionnelle » des organisations et à leur place dans les transformations sociétales.

2D’abord, les premières contributions exposent comment les médias – particulièrement la télévision – abordent des organisations. Le traitement de l’entreprise par le journal télévisé de TF1 (Françoise François-Poli), ou par le Magasine du mineur des Houillères du Nord-Pas-de-Calais dans les années 60 (Pascal Chabaud), est analysé, ainsi que la disparition de La 5 – version Berlusconi – observée depuis d’autres chaînes (Virginie Spies). Dans un registre voisin, il en est de même de l’étude des visions de l’activité professionnelle et de l’entreprise propagées par la chaîne de l’emploi « Demain ! » (Sylvie Thieblemont-Dollet), et par le ministère de l’Emploi dans ses productions cinématographiques (Thomas Heller). Dans les discours médiatiques et par-delà la diversité des cas particuliers, se dessine une représentation cohérente de l’entreprise contemporaine. Cette dernière doit faire face à des changements inéluctables – exprimés à l’aide de mots-valises (mondialisation, concurrence...) non explicités – pour lesquels elle est contrainte de s’adapter sous peine de disparaître. Face à ce défi, les rapports sociaux conflictuels reliant employeurs et salariés ne sont plus d’actualité : place au consensus et à la coopération. Ces transformations sont présentées sous un angle positif, le travail devenant un lieu d’épanouissement d’où les dimensions économiques sont paradoxalement absentes. L’heure n’étant plus aux grandes oppositions structurant la société, l’accent est mis sur l’individu, les relations interpersonnelles, les solidarités locales. Une convergence entre le monde « civique » et le monde « domestique » émerge des nombreuses références aux De la justification. Économies de la Grandeur (Paris, Gallimard, 1991) de Luc Boltanski et Laurent Thévenot, tandis que le « marchand » et « l’industriel » semblent curieusement absents.

3Cette double dimension civique et domestique apparaît également lorsque les organisations sont prises dans une crise qui les place au premier plan sur la scène médiatique. C’est le cas de la communication offensive d’Alcatel qui fait face à la chute du cours de son action en 1998, en insistant sur l’importance de ses fidèles actionnaires (Marcel Paul-Cavallier). De même, les problèmes politiques et sanitaires généraux soulevés par le désamiantage de l’université Jussieu cèdent la place aux questions de logistique (Michèle Gabay et Anna Halatchev). Les relations avec les médias peuvent éventuellement être au service d’une stratégie de communication, comme c’est le cas de l’Église qui exploite un conflit l’opposant à Volkswagen et à ses publications, afin de diffuser son propre message sans apparaître trop réactionnaire (Jacques Walter). Dans un tout autre registre, des relations personnalisées entre maisons de disques et journalistes de la presse Rock assurent une promotion croisée des journaux et des œuvres commercialisées (Mathieu Grunfeld). Dans chacun de ces exemples, pas d’instrumentalisation mais des processus de régulation sociale à partir des intérêts, des objectifs et des contraintes des acteurs en présence. Implicitement, il est déjà question de médiations : ces processus reposant sur des ajustements directs et souvent tacites entre acteurs occupent une place grandissante dans les stratégies organisationnelles.

4Les mises en scène autour des visites d’entreprises (Patrice de la Broise) et des petites annonces de recrutement (Violaine Appel et Hélène Boulanger, Marie-Agnès de Gail), le relais des initiatives individuelles dans des actions de mécénat social et humanitaire (Nicole Denoit, Vincent Meyer), la personnalisation du marketing (Valérie Carayol et Liliane Sochacki, Béatrice Damian-Gaillard) se retrouvent dans ce cadre : à chaque fois, les références aux valeurs domestiques et civiques sont encore privilégiées. Le dévouement des bénévoles prime sur les explications des causes socio-économiques de la précarité et sur les réponses plus générales qui pourraient être apportées, tout en mettant en évidence la citoyenneté des entreprises. De même, la localisation géographique, le nom, la capacité à intégrer des comportements et des valeurs, sont plus importants dans l’accès à l’emploi que les compétences professionnelles. Enfin, par les clubs de consommateurs et l’exploitation de la connivence reliant lectorat et magazine, les entreprises créeraient du lien social, sans qu’il soit question des stratégies commerciales sous-jacentes, visant à connaître les clients et prospects de manière personnalisée.

5Pour éviter la dispersion de leurs messages, les entreprises sont amenées à mettre en œuvre des « stratégies d’image » globales, rapprochant communication commerciale et institutionnelle en fonction de l’environnement (Arlette Bouzon). La notion « d’espace médiatisé » est avancée par Bernard Lamizet pour tenter de conceptualiser les organisations en termes de sociabilité, d’image, de normes et de gestion, et rendre compte de cette stratégie globale : les dimensions socioéconomique et symbolique semblent se rapprocher, sans malheureusement que la démarche soit conduite à son terme. On ne peut que s’interroger sur l’opportunité de la notion « d’adhésion critique », mode d’appropriation des informations sur l’entreprise qui rendrait en permanence possible l’expression d’opinions et de débats sur l’organisation, voire une évaluation par les salariés des objectifs et du fonctionnement de l’organisation. Les rationalisations techniques et organisationnelles qui caractérisent le nouveau modèle productif ne semblent guère confirmer une telle optique.

6L’un des principaux apports de cet ouvrage réside certainement dans le cadrage de la notion de médiation, trop souvent mobilisée sans être conceptualisée : loin de se résumer à des formes non médiatiques de communication organisationnelle, elle renvoie aux dynamiques sociales reliant l’individuel – l’interindividuel – et le collectif, en s’appuyant sur un niveau méso-social constitué par les organisations élevées au rang d’institution. Tel est l’un des messages que délivre Renaud Sainsaulieu dans un entretien avec Marcel Paul-Cavallier et Jacques Walter qui clôture l’ouvrage. Il serait stimulant de poursuivre cette intuition : la notion de médiation porte peut-être les bases d’une « théorie communicationnelle des organisations », susceptible de permettre d’analyser le fonctionnement organisationnel et de le réinscrire dans un contexte sociétal plus général. Au-delà des aspects domestiques et civiques, il importera pour cela de redonner leur place réelle aux dimensions économiques et de parvenir à articuler situations de travail, processus économiques et production symbolique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Bouillon, « Marcel Paul-Cavallier, Jacques Walter, dirs, Organisations, médias et médiations », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 19 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7153

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Bouillon

LERASS, université Toulouse 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page