Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Jacqueline Nacache, L’acteur de cinéma

Paris, Nathan, coll. Cinéma, 2003, 192 p.
Frank Kessler
Référence(s) :

Jacqueline Nacache, L’acteur de cinéma. Paris, Nathan, coll. Cinéma, 2003, 192 p.

Texte intégral

1Si la plupart des livres consacrés aux acteurs et actrices de cinéma se présentent sous la forme d’ouvrages grand public – albums photos, souvenirs, entretiens, biographies autorisées ou non –, on peut constater que le champ des études cinématographiques universitaires génère, depuis quelques années, un nombre croissant de travaux analytiques portant sur ce thème. Parmi les nombreuses questions que se posent les chercheurs face aux acteurs et actrices de cinéma, on peut distinguer certains axes de recherche privilégiés : d’une part, le domaine très riche des star studies et, d’autre part, une série d’études sur l’expression corporelle. Le problème plus spécifique du jeu d’acteur se trouve en quelque sorte à mi-chemin : si le corps est l’instrument de travail privilégié des comédiens, son expressivité se trouve pour ainsi dire encadrée par la persona que la vedette s’est créée (ou que l’industrie a créée pour elle).

2Le livre de Jacqueline Nacache n’est pas, à proprement parler, un ouvrage d’introduction au vaste champ des travaux sur le phénomène de l’acteur de cinéma. Tout en se référant à d’autres travaux et en donnant par là un aperçu des discussions en cours, l’auteur développe ses propres idées sur la question qu’il est intéressant de comparer avec celles d’un autre livre récent qui opère des choix différents et opte pour une approche plus ouvertement didactique et systématique (Pitassio F., Attore/Divo, Milano, Il Castoro, 2003, 175 p.). De ce point de vue, on pourrait conseiller au lecteur néophyte de commencer par lire le huitième et dernier chapitre qui présentent un tour d’horizon succinct – mais efficace – de l’état des recherches, ce qui permet de mieux situer le discours proposé ici dans le champ des études sur l’acteur.

3Le livre s’ouvre sur un chapitre qui donne une première réponse à la question : qu’est-ce qu’un acteur de cinéma ? Là sont abordés quelques grands thèmes qui traversent l’ouvrage. Le deuxième chapitre présente des théories portant sur l’acteur de cinéma, la plupart venant du cinéma soviétique des années 20 – un choix qui se défend facilement par l’ampleur et la richesse de ce corpus. Dans le chapitre suivant, le lecteur peut découvrir différents aspects du travail de l’acteur : le jeu avec son apparence, les gestes, la voix, ainsi que ses limites (sa disparition dans les effets spéciaux, son remplacement par le numérique, et sa présence sous forme d’excès dans l’image pornographique). Deux autres chapitres parlent de deux niveaux de rapports : celui de l’acteur au réalisateur avec ses multiples facettes selon les choix esthétiques et d’écriture opérés par les cinéastes, et celui du comédien au personnage. Les chapitres qui précèdent le tour d’horizon du champ déjà mentionné portent sur le « naturel » obtenu par les acteurs américains, notamment dans le cadre de l’Actors Studio, et sur cet autre cas limite que représente l’acteur non-professionnel, le non-acteur.

4Le parcours de l’ouvrage est riche mais non rectiligne : l’unité sous-jacente reposant plutôt sur un certain nombre de thèmes récurrents. L’une des idées centrales – on est tenté de parler d’une sorte de leitmotiv – est la suivante : le désir du cinéma serait, paradoxalement, que l’acteur disparaisse, que son corps perde son opacité, que son jeu ne soit plus du joué : « Devenir soi-même, ne jouer que soi-même, étaient depuis les débuts, à tort ou à raison, les objectifs de tout acteur de cinéma » (p. 118). Si cette idée est intéressante et paraît, à plusieurs égards, tout à fait plausible, elle porte le risque d’une conception téléologique de l’évolution du jeu d’acteur au cinéma. Et, malgré les précautions rhétoriques que prend l’auteur, on peut retrouver les traces d’une telle téléologie au long de cette étude. L’acteur aspire à paraître toujours plus « naturel » en se libérant de ce qui est en trop dans son jeu : les gestes trop appuyés, trop larges, trop théâtraux. Un lapsus révèle d’ailleurs la ténacité de l’idée d’une progression quasiment « naturelle » vers le naturel. Dans la Poétique d’Aristote, nous dit Jacqueline Nacache (p. 14), est évoquée une opposition entre deux générations d’acteurs, la deuxième qualifiant ses prédécesseurs de « singes » du fait de leur jeu outré. Or, chez Aristote c’est bel et bien l’inverse : la première génération critique ses successeurs !

5De manière générale, et surtout si l’on suppose qu’il a été conçu – entre autres objectifs – comme une introduction s’adressant à des étudiants, l’ouvrage procède plutôt par affirmations que par démonstrations. Ainsi, tel ou tel phénomène se trouvera-t-il illustré par un renvoi global à une liste de titres de films et de noms d’acteurs, ce qui présuppose, de la part du lecteur, une solide culture cinématographique. On regrettera alors de ne pas trouver davantage d’études de cas plus approfondies, comme l’excellente analyse du travail de Claude Rains sur le supporting actor (pp. 93-94). On s’étonnera aussi (ici, on ne sait pas si l’on a affaire à un choix délibéré de l’auteur ou à une contrainte matérielle) qu’il n’y ait pas une seule illustration alors que l’ouvrage traite d’une matière sur laquelle une image peut, parfois, en dire plus qu’un long discours. En outre, on a l’impression, que l’auteur n’a pu entièrement résoudre le conflit entre le souci didactique et l’exposé d’une position personnelle par rapport à l’objet. Néanmoins, le texte de Jacqueline Nacache est stimulant et enrichissant, et l’on se rend compte, à sa lecture, de la complexité que représente la problématique de l’acteur de cinéma.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frank Kessler, « Jacqueline Nacache, L’acteur de cinéma », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 19 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7152

Haut de page

Auteur

Frank Kessler

Film- en televisiewetenschap Instituut Media en Representatie universiteit Utrecht

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page