Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Cinéma, télévision

Alice Bienk, Filmsprache. Einführung in die interaktive Filmanalyse

Marburg, Schüren, 2008
Alice Bienk, Le Langage filmique. Introduction à l’analyse du film interactif
Frank R. Links
p. 387-388
Référence(s) :

Alice Bienk, Filmsprache. Einfihrung in die interaktive Filmanalyse [Le Langage filmique. Introduction à l’analyse du film interactif]. Marburg, Schüren, 2008, 220 p. + DVD.

Texte intégral

1Depuis que le film comme genre artistique fait l’objet d’études techniques et esthétiques, de nombreux ouvrages voient le jour, presque chaque année. Le lecteur ne cherche plus seulement à connaître l’histoire du cinéma, mais à comprendre et analyser le film. Grâce au cultural turn qui se focalise sur la l’analyse de la civilisation dans les études littéraires, le cinéma a également trouvé sa place dans les disciplines philologiques. Néanmoins, l’apprentissage de l’analyse du film s’avère plutôt difficile : ce qui est dû au vaste corpus de publications et aux différentes approches méthodologiques qui, par leur diversité, déstabilisent les débutants. Paraît aujourd’hui un nouvel ouvrage sur le marché allemand : Filmsprache. Einführung in die interaktive Filmanalyse. Son auteur, Alice Bienk, est professeur dans l’enseignement secondaire et chargée d’enseignement au département de Littérature allemande à l’université de Duisburg-Essen (Allemagne). Après une première édition en 2006, ce livre a déjà été renouvelé et augmenté en 2008 et comporte, en plus d’une introduction à l’analyse du film, des chapitres pour produire et arranger des films avec le logiciel Windows Movie Maker, gratuit et disponible sur le système d’exploitation Windows XP.

2Il n’est pas dans l’intention de l’auteur de proposer une autre terminologie ou une nouvelle méthode pour l’analyse de l’esthétique filmique. Nous avons plutôt affaire à une synthèse concise des grands ouvrages qui font autorité dans les salles et les amphithéâtres allemands, tels que celui de Knut Hickethier (Film-und Fernsehanalyse, Stuttgart/Weimar, Metzler, 2007) ou de Lothar Mikos (Film-und Fernsehanalyse, Konstanz, UKV, 2008), pour ne nommer que les plus importants. Mais, tandis que ces ouvrages sont théoriques, l’étude d’Alice Bienk s’en distingue grâce aux exercices pratiques et « interactifs » accessibles dans le DVD qui accompagne le livre et qui, de cette manière, entrelace théorie et pratique. Aussi l’introduction relève-t-elle du genre « manuel » ; elle s’adresse à un public du secondaire ou du supérieur, et vise à étudier le film à l’aide d’une observation de d’éléments qui sont non seulement d’ordre technique, mais aussi artistique — tel le montage (pp. 77-94) — ou encore esthétique, via la musique par exemple (pp. 99-101).

3L’objectif principal du manuel est donc de former les sens visuels et auditifs du spectateur non seulement afin de produire en lui des effets émotionnels, mais aussi cognitifs (p. 20). C’est ainsi qu’Alice Bienk affirme que tout film peut être lu et interprétéà l’instar d’un texte imprimé (p. 12). Il est évident que cette idée, inspirée de la sémiotique, n’est pas novatrice puisque c’est — entre autres chercheurs — James Monaco (How to read a film: the art, technology, language, history and theory of film and media, New York, Oxford University Press, 1977), un chercheur auquel l’auteur se réfère fréquemment, qui avança cette théorie dans les années 70 (la traduction française de son ouvrage n’est pas encore disponible). Cependant, il paraît incontournable de mettre en avant cette assertion puisque le lecteur, ayant reçu une formation principalement fondée sur la philologie, aura probablement plus de facilités à suivre les explications. Dans ce contexte, il convient de mentionner le chapitre « Filmisches Erzählen » (pp. 102-125) dans lequel il est question d’étudier « la narration filmique ». Dans un tableau introductif, l’auteure présente différents types de narrateurs ainsi que les perspectives narratives d’un film (p. 118).

4Mais ne perdons pas de vue que cet ouvrage est un manuel introductif dont le grand intérêt réside en l’ajout d’un DVD qui met en œuvre les principes exposés dans le corps du texte. Par exemple, si le lecteur souhaite démontrer les effets produits par le non-respect de la règle des 180° dans le domaine du raccord, il est invité à regarder une séquence du film Shining (1980) de Stanley Kubrick dans laquelle le protagoniste, Jack Torrance, s’entretient avec le gérant de l’immeuble, dans un espace réduit : des toilettes (01 :06 :45 — 01 :09 :47). Pour vérifier si la réponse trouvée est exacte, il est possible de consulter un appendice comportant les solutions. Le lecteur/spectateur peut ainsi puiser dans une compilation de 79 films issus de tous les mouvements et genres possibles, ce qui permet, de façon indirecte, d’enrichir ses connaissances sur l’histoire du cinéma mondial. Malheureusement, la qualité d’image des séquences laisse parfois à désirer.

5Bien que la définition de la plupart des termes techniques soit très précise et parfaitement, documentée, Alice Bienk recourt à plusieurs reprises au site internet www.wikipedia.org. Ces références — consultées seulement quelques mois après le premier accès à la page (la première édition de 2006) — n’ont pas été corrigées dans la deuxième édition. Il est évident que la fiabilité de cette source reste à discuter ; néanmoins, on ne peut nier que, dans un cadre académique, cette encyclopédie au sein du Web 2.0 risque de fournir des informations fautives. Par ailleurs, il est regrettable que la chercheuse n’ait apparemment pas consulté l’article de Hans J. Wulff (« Split screen. Erste Überlegungen zur semantischen Analyse des filmischen Mehrfachbildes », Kodikas/Code. Ars Semeiotica: an international journal of semiotics, 14, 1991, pp. 281-290) pour définir la technique de l’écran divisé. Il en va de même pour un chapitre consacré à la perception et aux effets psychologiques des couleurs. Nous y trouvons un tableau (pp. 73-74) qui est supposé provenir du site, mais qui ne se trouve pas sur le lien indiqué. Enfin, il convient de se demander pour quelles raisons l’auteure n’a pas consulté certaines des nombreuses études psychologiques sur la perception. Hormis ce fait, l’interprétation des couleurs est discutable, celle-ci relevant d’un processus cognitif propre au spectateur, donc subjectif, comme le souligne d’ailleurs l’auteure (p. 71).

6En dépit de ces remarques, l’ouvrage d’Alice Bienk reste très utile pour l’apprentissage des techniques filmiques ainsi que l’interprétation herméneutique de ce genre artistique. Grâce à une mise en page claire et à un langage accessible, ce livre sera également accessible aux étudiants débutants et ne peut qu’être un enrichissement pour l’enseignement. Dommage qu’il ne soit pas (encore) disponible en français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frank R. Links, « Alice Bienk, Filmsprache. Einführung in die interaktive Filmanalyse », Questions de communication, 15 | 2009, 387-388.

Référence électronique

Frank R. Links, « Alice Bienk, Filmsprache. Einführung in die interaktive Filmanalyse », Questions de communication [En ligne], 15 | 2009, mis en ligne le 13 janvier 2012, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/714

Haut de page

Auteur

Frank R. Links

Institut VII/Romanistik, université de Bonn
frank.r.links@uni-bonn.de

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page