Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Jeannine Gerbault, TIC et diffusion du français. Des aspects sociaux, affectifs et cognitifs aux politiques linguistiques

Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Langue et parole, 2002, 223 p.
Bernard Heizmann
Référence(s) :

Jeannine Gerbault, TIC et diffusion du français. Des aspects sociaux, affectifs et cognitifs aux politiques linguistiques. Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Langue et parole, 2002, 223 p.

Texte intégral

1Jeannine Gerbault s’intéresse au rôle et à la place des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans l’enseignement du français langue étrangère en prenant en compte les pratiques, celles des usagers et celles des formateurs, ainsi que les politiques institutionnelles dans le domaine de la diffusion du français. Son propos consiste notamment à montrer les changements induits par les TIC dans ces pratiques en même temps que le constant effet retour qui va des usagers aux formateurs, des formateurs aux usagers, du terrain vers les politiques institutionnelles et inversement, mouvements qui permettent aux TIC de se développer.

2Après un tour d’horizon du champ qui passe par la définition d’un certain nombre de notions (multimédia, hypertexte, travail en et hors ligne, formation présencielle ou à distance, réseau...), et la présentation de quelques-unes de ses spécificités – de la réalité virtuelle à la place accordée à l’écrit en passant par les nouveaux usages nés entre autres de la relation homme-machine –, une enquête et une étude de cas sont présentées. Elles font le point sur la situation des TIC dans le cadre des structures qui sont chargées de la diffusion du français. L’enquête, qui a pris la forme d’un questionnaire, a été menée auprès des responsables, des formateurs et des usagers d’organismes comme l’Alliance française ou les centres culturels français ; malgré un faible taux de réponse, elle démontre que les équipements et les pratiques sont inégalement répandus, que les pratiques chez les personnels ont commencé chez les non enseignants (bibliothécaires) puis se sont étendues, que la maîtrise des TIC est d’ailleurs devenue un critère de recrutement, et qu’enfin chez les usagers, l’importance de l’équipement personnel en matériel conditionne l’usage des TIC en formation, leur présence étant vécue comme constituant un apport positif. La nécessité de former les enseignants, d’élaborer des produits adaptés, de créer des centres de ressources modernes, de réfléchir également aux campus virtuels est soulignée en conclusion. L’étude de cas est consacrée au système Vifax qui couple des documents sur support vidéo accompagnés de leur transcription à une batterie d’activités et d’exercices écrits. Les situations observées vont du groupe classe aux individus en passant par de petits groupes en présence ou non d’un formateur. Les degrés d’autonomie et de collaboration varient selon les dispositifs ; le système est suffisamment souple pour s’adapter à des situations de travail variées et il génère de nouveaux comportements en même temps qu’un vif intérêt pour les contenus proposés par les extraits vidéo.

3Si l’on analyse leur rôle, on se rend d’abord compte que les TIC sont un instrument d’apprentissage mais qu’elles ont un effet sur la langue elle-même ; si les points d’émission du français se multiplient et ne se limitent plus au seul territoire français, les usages changent, la norme est remise en cause, et la langue gagne en variabilité ce qu’elle perd en uniformisation. Il y a là un enjeu économique et commercial pour l’offre de formation, d’autant qu’on observe que les TIC s’adaptent aux besoins et aux cultures locaux, avec par exemple un plus fort taux d’équipement dans les zones isolées ou dans les contextes multilingues. Dans la formation, leur usage dépendra grandement des modèles dominants ; selon les pratiques, on pourra osciller entre la tutelle et l’autonomie qu’elles encouragent avec la collaboration, la construction des savoirs et la réflexivité. Dans leur dimension socio-affective, leur flexibilité concourt à créer de la motivation et à diminuer l’anxiété qui peut être générée dans certaines situations d’apprentissage d’une langue. Les TIC ne sont pas un miracle didactique, mais une ressource supplémentaire qui autorise divers scénarios pédagogiques mais favorise plutôt des pratiques constructivistes qui permettent d’abandonner une offre de formation en « taille unique » et de laisser à l’apprenant la possibilité de construire et de choisir. Du côté des enseignants, la posture se situe entre tutelle, guidance plus ou moins forte et accompagnement dans un contexte, celui des TIC, qui valorise la langue enseignée, contexte dans lequel il leur faut concevoir et évaluer des produits numériques et les apprentissages qu’ils proposent.

4Si l’on considère les politiques institutionnelles, on s’aperçoit que, si la volonté est bien présente, la question des coûts est évidemment au premier plan ; on retrouve la problématique du centrifuge et du centripète évoquée plus haut dans le livre à propos de leur effet sur la langue, la question étant ici celle de l’organisation des dispositifs d’appui. Dans l’ordre, il s’agit d’équiper les lieux de formation, de favoriser l’accès aux ressources multimédia, d’encourager une prise de conscience de l’importance et du rôle des TIC, de former les personnels et les usagers pour arriver à une progressive intégration des TIC dans le processus de formation. On peut constater une logique de rétroaction, voire d’interaction entre les institutions qui pilotent les dispositifs et les organisations de terrain, les programmes des premières ayant des conséquences concrètes, les pratiques et les demandes des secondes remontant vers les premières pour infléchir analyses et projets.

5On peut s’interroger sur l’enquête et l’étude de cas qui constituent les chapitres 2 et 3 du livre. Quelle fiabilité peut-on accorder à une enquête qui a reçu un faible taux de réponse quand, de surcroît, les organismes et les personnes qui ont répondu se trouvaient dans une situation où les TIC faisaient déjà partie intégrante du paysage ? Quant à l’étude de cas, on peut se demander s’il n’aurait pas été intéressant de travailler sur un outil et un dispositif qui touchent davantage au numérique, au-delà de la seule vidéo accompagnée de son environnement didactique. Ceci conduit à deux difficultés : d’abord, on trouve très peu de liens explicites entre ces deux moments de recueil d’informations et les analyses qui suivent, tout comme, d’ailleurs, avec les chapitres consacrées aux politiques institutionnelles qui terminent l’ouvrage. Ensuite, et de ce fait, les analyses, puisqu’elles ne s’appuient que très peu sur des constats qui ont pu être faits au cours de l’enquête ou de l’étude de cas, ou à d’autres occasions d’ailleurs, paraissent assez souvent fonctionner selon le mode de la pétition de principe ou de la simple affirmation sur les apports des TIC, leur importance... toutes choses sans doute exactes, mais qui auraient gagné à être fondées sur des données objectives. Néanmoins, un point est fait sur différentes questions et problématiques qui touchent à l’arrivée des TIC dans le domaine de la formation au français langue étrangère et de sa diffusion ; cette logique d’effet retour est notamment très intéressante et opératoire car elle permet de rendre compte efficacement de tous les changements qui interviennent avec les TIC, via les interactions entre apprenants, entre apprenants et enseignants, entre les structures de formation et les institutions, entre technologies, usages des technologies et usage de la langue, puisqu’on a vu que dans la tendance centrifuge, c’est la norme langagière elle-même qui pouvait se trouver modifiée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Heizmann, « Jeannine Gerbault, TIC et diffusion du français. Des aspects sociaux, affectifs et cognitifs aux politiques linguistiques », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7137

Haut de page

Auteur

Bernard Heizmann

Université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page