Navigation – Plan du site
Notes de lecture

François Dosse, La marche des idées. Histoire des intellectuels - histoire intellectuelle

Paris, Éd. La Découverte, coll. Armillaire, 2003, 349 p.
Jean-François Bert
Référence(s) :

François Dosse, La marche des idées. Histoire des intellectuels - histoire intellectuelle. Paris, Éd. La Découverte, coll. Armillaire, 2003, 349 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, François Dosse analyse les différentes théories qui ont permis de rendre compte de l’idéal-type de l’intellectuel, entendu ici dans un sens large qui inclut, certes, le savant, mais aussi le philosophe ou l’auteur. Le chercheur use de la méthode qui lui avait réussi dans Histoire du structuralisme (Le chant du signe, 1945-1966, tome 1, Paris, Éd. La Découverte, 1991 ; Le chant du cygne, 1967 à nos jours, tome 2, Paris, Éd. La Découverte, 1992) : évocation précise des définitions et des travaux incontournables concernant la question, et commentaire serré de chacune des thèses envisagées. En présentant un panorama de ces nombreuses postures de recherches, l’auteur souligne, en introduction, la position vieillissante et problématique, surtout en France, depuis la fin des années 60, de l’histoire des idées. Cette dernière n’a pas résisté aux coups de boutoir des postmodernes et, plus particulièrement, de Michel Foucault qui, dans Archéologie du savoir (Paris, Gallimard, 1969) refuse ces postulats méthodologiques au profit d’une histoire des à-côtés, des marges et surtout d’une histoire qui cherche à « rendre visible ce qui n’est invisible que d’être trop à la surface des choses » (Michel Foucault, Dits et écrits, Tome 1, Paris, Gallimard, 1994, p. 772).

2L’ouvrage est composé de deux parties sensiblement équivalentes. La première, appelée « L’histoire des intellectuels », revient sur l’affaire Dreyfus et sur les différentes postures que les intellectuels ont pris suite à celle-ci. Pour François Dosse, il ne faut pas minimiser les nombreuses autres avancées, en particulier celles qu’ont développées l’histoire contemporaine mais aussi la sociologie d’influence bourdieusienne comme l’ouvrage d’Anna Boschetti (Sartre et les Temps modernes, Paris, Éd. de Minuit, 1985) qui propose une analyse du rôle de Jean-Paul Sartre à partir de sa revue Les Temps modernes. L’analyse historique insiste sur l’importance de la chronologie dans la création d’un concept. Cette reconstruction rationnelle n’arrive cependant pas à concevoir la question de la réception qui rappelle qu’une idée, surtout philosophique, peut resurgir n’importe quand et acquérir un sens totalement différent de celui que son auteur lui donnait à l’origine. Cette première approche repose sur certains marqueurs comme la notion « d’itinéraire » ou celle de « génération » qui démontrent l’importance d’une analyse des rapports entre les intellectuels d’une même période historique, ou qui sont touchés par un même événement. L’idée, bien qu’opératoire pour des cas très particuliers – tel le paradigme de la relation générationnelle entre intellectuels que pour le couple Sartre-Aron – suscite, malgré tout, de plus amples interrogations dès qu’il s’agit d’autres groupes générationnels, comme par exemple celui que peuvent constituer les structuralistes. C’est d’ailleurs ce qu’ont avait reproché à François Dosse dans Histoire du structuralisme.

3En contrepoint de cette analyse, l’auteur présente une approche sociologique qui repose sur le modèle bourdieusien de la polémologie, où la vie intellectuelle est comprise comme s’effectuant dans un champ de pouvoir et de rapports de forces, fondés sur l’idée de la consécration. Certes, celle-ci a le mérite d’offrir une description détaillée de la scène – ring ou champ de bataille – où se jouent ces rapports, mais elle manque trop souvent l’analyse du contenu de l’œuvre. Utile pour ses nombreuses références bibliographiques, l’ouvrage expose, dans la deuxième partie intitulée « L’histoire intellectuelle », les autres traditions nationales de recherche qui concernent la question des intellectuels. Ces dernières se situent au-delà d’une critique formaliste, méthode aujourd’hui en vogue, qui a pourtant la prétention de n’étudier que le texte, rien que le texte, et ne parvient pas à expliquer la genèse d’une idée, en particulier philosophique, mais aussi en deçà d’une approche purement psychologique qui a malheureusement tendance à interpréter l’œuvre à partir du seul matériau biographique. L’auteur se fait le porteur de la réintroduction d’une nouvelle histoire des idées, fondée essentiellement sur les recherches développées par Dominick La Capra qui propose un modèle d’analyse fondé sur six cadres problématiques : la relation entre les intentions de l’auteur et son texte, la relation établie entre la vie de l’auteur et son œuvre, la relation entretenue entre les œuvres et la société, la relation entre celles-ci et les divers niveaux culturels, la relation de l’œuvre au corpus de textes utilisés par l’écrivain, enfin la relation instituée entre œuvres et modalités du discours (pp. 214-215).

4S’il présente l’avantage d’exposer de manière didactique les différents types d’études possibles, François Dosse n’est plus aussi convaincant lorsqu’il tente de résoudre le problème d’une méthodologie acceptable par les différents champs disciplinaires s’occupant de ce problème, en particulier l’histoire, la sociologie et la philosophie. Selon lui, si l’on veut réintroduire une histoire des idées acceptables, il faut sortir d’un pur contextualisme pour penser l’objet dans un entrelacement perpétuel, relevant d’une « indétermination épistémologique » qui signifie la proximité des différentes disciplines. Par exemple, Dominique Janicaud, philosophe de formation, n’hésite pas à utiliser la méthode de l’entretien pour expliquer la réception d’Heidegger en France, travail qui serait alors plus proche d’une recherche sociologique que philosophique. Ne nous proposant aucun modèle parfait, le propos de François Dosse a finalement tendance à équilibrer les approches. Si l’on reprend l’analyse développée par Dominique Janicaud, il aurait été tout aussi acceptable de prendre comme marqueur de la réception l’analyse du texte, sa production, son usage, et la question des transferts culturels lors de l’appropriation de celui-ci dans une culture différente de celle de départ. Le texte philosophique détient une spécificité que François Dosse ne peut que noter sans pour autant trouver une réponse pertinente. Enfin, on peut également regretter l’absence de certaines approches, comme celle développée par Alain Viala qui propose d’analyser un auteur à l’aune de sa « classicité » en s’intéressant – entre autres raisons – à celles qui font qu’une idée reste, et aux biais par lesquels elle finit par s’imposer dans un champ disciplinaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Bert, « François Dosse, La marche des idées. Histoire des intellectuels - histoire intellectuelle », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 19 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7135

Haut de page

Auteur

Jean-François Bert

ÉRASE, université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page