Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Jacques Demorgon, L’histoire interculturelle des sociétés

Paris, Éd. Anthropos, coll. Exploration interculturelle et science sociale, 2e éd. rev. et augm., 2002, 340 p.
Béatrice Rafoni
Référence(s) :

Jacques Demorgon, L’histoire interculturelle des sociétés. Paris, Éd. Anthropos, coll. Exploration interculturelle et science sociale, 2e éd. rev. et augm., 2002, 340 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Jacques Demorgon, spécialiste de l’interculturel, s’attache à travailler la part maudite de la recherche interculturelle, c’est-à-dire son aspect conceptuel et théorique ; mieux encore, il nous propose un modèle méthodologique et sa mise en œuvre. L’auteur paraît d’autant mieux placé pour accomplir ce travail qu’il est également un chercheur interculturel empirique, fort de l’expérience de nombreux terrains et co-directeur d’un ouvrage de référence consacré à la formation (avec E.-M. Lipiansky, dirs, Guide de l’interculturel en formation, Paris, Retz, 1999). Cette double compétence lui permet de construire un propos, certes fondé sur l’expérience, mais ensuite théorisé et applicable au concret. Cette circulation de la pensée répond à une nécessité : celle de la complexité de l’interculturel et de l’obligation de la prendre en compte ; d’ailleurs, le lecteur est prévenu, dès la préface, de l’ambition du livre de se défaire des a priori sur ce champ de recherche : « L’interculturel est le contraire d’une solution. Il est d’abord un ensemble de situations qui nous englobent. Il est un ensemble de problèmes qui nous dépassent » (p. V). Cet incipit, qui peut sembler un peu brutal, n’est pourtant en rien démoralisateur : il veut simplement avertir de l’enjeu de l’interculturel dont l’importance est à la hauteur de l’effort à fournir pour le comprendre, l’analyser et le travailler, sans les interférences des lieux communs.

2Comme l’indique le titre, faire l’histoire interculturelle des sociétés participe à l’élucidation des rapports entre interculturel et histoire. Selon Jacques Demorgon, l’interculturel n’est pas un phénomène contemporain, mais il est constitutif des grands moments sociétaux de l’humanité (Jacques Demorgon, Complexité des cultures et de l’interculturel, Paris, Éd. Anthropos, 1999) que sont, chronologiquement, le communautaire, le royal-impérial, le national-marchand et l’informationnel-mondial ; ce dernier est contemporain mais l’auteur insiste sur le fait que, si ces moments sont successifs, ils ne s’annulent pas. Le communautaire ou le royal-impérial continuent d’exister sous forme de courant ou de tendances dans les périodes qui les suivent.

3L’ouvrage vise à introduire cette perspective historique comme décisive dans la définition de l’interculturel, et donc, dans ses aspects théoriques et méthodologiques ; il s’agit également de faire comprendre la dimension temporelle de l’interculturel, processus dynamique qui, comme les cultures, s’élabore en permanence et porte en lui son passé et son devenir. Afin d’élucider ces rapports, l’auteur forge deux concepts clés, celui de fonction méta et celui d’« intérité ». La métacommunication et la métacognition sont les temps où la pensée interculturelle devient réflexive et s’attarde sur son propre fonctionnement ; elles permettent d’appréhender la notion d’« intérité » (empruntée au logicien Couturat, reprise par F. Guibal, in : Breton S., Guibal F., Altérités. Jacques Derrida et Pierre-Jean Labarrière, Paris, Osiris, 1986), laquelle exprime cette particularité de l’interculturel de se situer entre identité et altérité, d’être le tiers qui lie ego et alter sans être ni la somme des deux, ni la moitié de chacun, mais bien le produit inédit, communicationnel et cognitif, de leur rencontre.

4Jacques Demorgon poursuit son investigation de l’interculturel en proposant un modèle d’analyse combinant six approches de la culture pour dépasser la seule analyse « comparative-descriptive » (p. 53), trop statique et largement soumise à une considération uniquement diachronique de son objet. Par une grille multipolaire, le chercheur est mieux à même de cerner les différents aspects (et notamment les dimensions dynamiques interculturelles) d’une culture. Cette proposition méthodologique est ensuite passée à l’épreuve, moins pour vérifier sa validité que dans une volonté didactique, le but de l’auteur étant de forger des outils d’analyse et de compréhension, mais surtout de permettre aux lecteurs de s’en servir eux-mêmes. S’appuyant sur des œuvres combinant elles-mêmes plusieurs approches et les rapprochant entre elles par grands ensembles, Jacques Demorgon fournit le mode d’application de la méthodologie ; mais par ce biais, il propose aussi un approfondissement de la problématique de périodicisation des grands moments sociétaux en exposant différentes analyses convergentes sur leur délimitation.

5La conception de cet ouvrage par un philosophe et sociologue, intervenant dans l’une des disciplines originelles du champ qu’est la psychologie interculturelle, nous en donne une vision originale. Par une méthode associative et compréhensive, l’auteur revient sur l’évolution des sociétés, mais cette « histoire interculturelle » applique ses principes à elle-même : elle continue son exploration de la dimension interculturelle des sociétés pour la période toute contemporaine. En effet, dans cette deuxième édition revue et augmentée d’une postface (pp. 311-338), Jacques Demorgon opère le rapprochement problématique entre interculturel et mondialisation ; mais, il se garde bien de la réduction simplificatrice qui en ferait une différence de terminologie renvoyant à des conceptions antinomiques d’un même phénomène : interculturel et mondialisation, sous cette simplification, ne seraient que des approches idéologiquement opposées de l’économie globale et de ses conséquences sur le social et le culturel, où l’une (l’interculturel) serait une solution aux méfaits de l’autre (la « mondialisation »).

6L’emploi du pluriel, en titre de la conclusion (« Interculturels et mondialisation », pp. 305-310), souligne cette volonté d’un traitement approfondi de la question, particulièrement par la prise en compte de ce nouveau moment de l’humanité qu’est l’entrée dans l’information-monde. La mutation de la société vers l’économie-monde est l’aboutissement du développement des sociétés nationales-marchandes, alors que l’informationnel-mondial est une forme originale d’organisation sociale globale. Or, pour l’auteur, « les puissantes utilisations de l’informatique dans le secteur économique ne devraient pas masquer le fait que l’information est devenue globalement plus structurante et plus décisive non seulement dans le domaine stratégique économique mais encore dans le domaine des cultures et de l’interculturel » (p. 308).

7C’est là que nous pouvons voir comment les sciences de l’information et de la communication doivent apporter leur contribution au développement du champ, en renouvelant les approches traditionnelles de l’interculturel, grâce aux apports théoriques et aux travaux sur cette information qui définit le passage à une nouvelle étape de l’histoire interculturelle des sociétés. L’enjeu de la coopération est celui de la compréhension de l’économie-monde, par l’analyse du rôle des médias et des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTICs), dans les processus économiques et socio-culturels de la mondialisation et de l’interculturel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Rafoni, « Jacques Demorgon, L’histoire interculturelle des sociétés », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7133

Haut de page

Auteur

Béatrice Rafoni

CREM, université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page