Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Yves Clot, Roland Gori, dirs, Catachrèse : éloge du détournement

Nancy, Presses universitaires de Nancy, coll. Langage – Cognition – Interaction, 2003, 128 p.
Claude Nosal
Référence(s) :

Yves Clot, Roland Gori, dirs, Catachrèse : éloge du détournement. Nancy, Presses universitaires de Nancy, coll. Langage – Cognition – Interaction, 2003, 128 p.

Texte intégral

1Les auteurs-éditeurs – un psychologue du travail et un psychanalyste – indiquent d’entrée que ce livre est le produit d’une surprise, née d’un constat : l’usage essentiel dans leur propre discipline d’un concept issu de la linguistique, celui de catachrèse. Mais le glissement d’un procédé en usage dans un domaine vers une autre fonction dans un champ différent impose l’interrogation sur l’intérêt d’une telle migration conceptuelle. Yves Clot et Roland Gori postulent et prouvent qu’un concept peut se développer dans son nouveau milieu de vie pour revenir finalement enrichi dans son premier contexte et osent la mise à l’épreuve du détournement avec la complicité de deux linguistes et d’un autre psychanalyste : peut-on faire un usage catachrestique du concept linguistique de catachrèse ?

2La catachrèse est une très ancienne notion de la rhétorique. En linguistique, elle désigne une opération de l’activité langagière. Roland Gori précise que la catachrèse comme trope provient d’un manque de la langue, de son incomplétude à un moment donné. Dans son Traité des Tropes, Du Marsais parle de « la disette des mots » pour désigner cette incomplétude. En détournant le sens premier ou littéral d’un mot, les tropes ne feraient que révéler une propriété du discours que l’on pourrait désigner comme relevant d’une catachrèse généralisée. Cependant, Frédéric François oppose à Fontanier à Du Marsais qui considère que, pour définir une figure, ce qui importe est qu’elle se substitue à une autre formulation. Bernard Doray, psychiatre clinicien, nous rappelle que la catachrèse est souvent présentée comme une variante roturière de la métaphore dont elle n’aurait pas l’agilité et souligne : « Là où la métaphore apparaît comme une évidence épatante, la catachrèse ne peut masquer l’artifice de pensée qui est à son origine parce qu’elle appartient moins à la logique des choses concrètes qu’à celle du langage ». Si Roland Gori limite l’usage et la portée de la catachrèse en psychanalyse au moment mythique où, par un acte d’énonciation allotropique, des ruptures discursives font événement de parole pour dire le non réalisé, Bernard Doray se situe dans la perspective de l’investigation clinique des ressources de la catachrèse et suggère que celle-ci aurait une énergie propre parce qu’elle est du monde de la trouvaille, plus que de la construction intentionnelle. Dans l’ordre langagier, elle fait coexister son honnête besogne signifiante avec un dévoilement du réel du système des signifiants dont elle fait apparaître les ficelles, en même temps qu’elle en colmate une faille.

3D’emblée, Daniel Faïta note que le renouveau d’intérêt pour cette question constitue un signal supplémentaire, manifestant l’intérêt des analyses de l’activité pour la production de textes et discours, dont le rôle reconnu de support de l’action s’augmente désormais de la reconnaissance du langage comme activité intrinsèque. Expliquant que « le travail est en effet un milieu de vie privilégié pour les rhétoriques langagières qui servent de plus en plus d’outillage symbolique à l’action », il écrit que cette reconnaissance d’un outillage symbolique interroge la nature et la profondeur des relations entre les catégories d’outils, d’usage et de transformation de ces outils, ainsi que sur les éclairages réciproques qu’une approche de ce type est de nature à fournir. En cela, il rejoint Yves Clot, convaincu comme lui que l’utilisation de la catachrèse dans les situations de travail ne serait plus de la transgression mais une mobilisation objective et subjective fondée sur des conversions d’usage en cours d’activité.

4L’ouvrage dirigé par Yves Clot et Roland Gori comprend une courte introduction et cinq chapitres enchâssés dans une structure construite, volontairement ou non, selon le principe organique de la fractalisation, la seule possible à notre sens pour rendre compte de la catachrèse, objet fractal par excellence, c’est-à-dire un objet qui conserve la même forme quelle que soit l’échelle à laquelle on le considère. Et chaque chapitre restitue ce qui semble être une forme différente selon le point de vue adopté – psychologue du travail, psychiatre, psychanalyste, linguiste – de cette migration conceptuelle que semble être la catachrèse. Toutefois, on comprendra que la catachrèse conserve la même forme dans le développement foisonnant de son germe initial. On regrettera d’autant plus l’absence d’une réflexion conclusive ou de mise en perspective de ce chantier nouveau où, comme l’écrivent les auteurs en introduction, l’indiscipline serait enfin une ressource pour chaque discipline puisque l’activité catachrestique est inconvenante, impertinente voire incongrue. On regrettera aussi que, s’il est vrai que cette activité est l’occasion de mettre le monde à l’envers en ouvrant la porte au développement du pouvoir agir, le jargon – voire la technicité sémantique rébarbative de certains textes – puissent, comme on le dit de certains mots qui en viennent à manquer de corps, « émacier » le plus grand nombre de chercheurs de toutes disciplines et les empêcher de déguster ce petit traité de vitalité. Voies de métamorphose de l’impossible en possible et de révélation des conflits de dignité, les catachrèses ne peuvent qu’intéresser les chercheurs qui s’y reconnaîtront par ces temps-ci où leur « saute à la figure » l’arrogance du politique. Ce traité de « mise en tropes » amène le lecteur endurant à mettre à profit le conseil de Goethe : « Si l’on aperçoit chez un vivant quelque supériorité apparente assumée par un organe, chercher le côté par où le vivant souffre et on aura la clé ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Nosal, « Yves Clot, Roland Gori, dirs, Catachrèse : éloge du détournement », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7131

Haut de page

Auteur

Claude Nosal

LIO, université de Haute Alsace

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page