Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Giuseppe Cambiano, Polis. Histoire d’un modèle politique, trad. de l’italien par S. Fermigier

Paris, Aubier, coll. Philosophie, 2003, 660 p.
Jean-Philippe Roy
Référence(s) :

Giuseppe Cambiano, Polis. Histoire d’un modèle politique, trad. de l’italien par S. Fermigier. Paris, Aubier, coll. Philosophie, 2003, 660 p.

Texte intégral

1Avec cet ouvrage, Giuseppe Cambiano, Professeur d’histoire et de philosophie à l’université de Turin, nous livre une somme, dans la lignée de son œuvre, vouée à l’antiquité gréco-romaine et au lien séminal qu’elle tisse avec la modernité historique, philosophique et politique européenne. C’est à une savante analyse des héritages et recyclages des représentations du modèle athénien, aux brouillages opérés par celles de Rome, Sparte puis de Venise, dans les philosophies modernes, de Machiavel à Smith, que nous invite l’auteur. Véritable efflorescence de connaissances, cet ouvrage autorise plusieurs lectures. D’abord, celle que son plan – chronologique – suit, mais que l’auteur qualifie, interprète et analyse, comme des moments, couches successives qui sédimentent notre rapport problématique au modèle de la Polis. On peut y lire aussi la progression d’enjeux qui vont profondément façonner la pensée politique moderne : l’émergence de la Nation, comme nouvelle forme de cadre politique et géo-social, face au développement dans d’autres cadres – familiers de l’auteur – des Républiques des cités-États (Venise ou Florence). On peut y lire aussi, notamment chez des auteurs comme Ferguson, la fascination pour Sparte et, d’une certaine façon, pour la rationalisation et un certain ordre. Autre entrée, peut-être la thèse centrale de l’ouvrage : l’écran romain aurait contribué à estomper la force du modèle grec, un peu comme si l’Urbs, archétype politique à vocation universelle – et de ce fait, aux pratiques géopolitiques quelque peu impérialistes – avait contribué à un certain refoulement du référentiel athénien. Un fil conducteur servirait ainsi de lien à cette relation-fascination intime chez les philosophes de la politique : l’héritage chrétien, cordon ombilical qui relirait les contextes politiques et intellectuels italiens, français, mais aussi anglais, à Rome.

2L’aspect le plus stimulant de l’ouvrage est le pari qu’il réussit : après l’avoir lu, on ne pourra plus prétendre à une explication unique et simplificatrice de la relation entre la modernité politique et les modèles antiques. Complexité, conjoncture et surgissement d’enjeux semblent gouverner les questionnements et références des auteurs les plus canoniques de la pensée politique. Mais l’aspect le plus fort réside dans son interprétation qui fait du modèle grec une source médiatisée par la philosophie naissant avec lui, et notamment Aristote et Platon, alors que le rapport à Rome semble une relation directe au phénomène de puissance sociopolitique. Bien qu’il ne le cite pas, la proximité de cette thèse avec la philosophie de Cornélius Castoriadis (Sujet et vérité dans le monde social-historique. Séminaires 1986-1987. La création humaine I, Paris, Éd. du Seuil, 2002 ; Sur Le Politique de Platon, Paris, Éd. du Seuil, 1999) est frappante. Comme en écho aux thèses du philosophe des sociétés autonomes, on assiste à la démonstration qui fait d’Athènes une sorte de creuset politique, fondateur, mais aux effets médiats. Les cités-États tenteront d’inventer leur supériorité ou d’y faire croire (Venise et dans une moindre mesure Florence). Les nations modernes seront vite confrontées à l’enjeu que Rousseau finira de théoriser : la limite rencontrée par l’Agora quand le cadre politique est celui d’une vaste Nation et donc d’une population de grande taille ; mais, la question nodale – qui suscite des réponses différentes chez les deux philosophes centraux de la Grèce antique – celle du « bon gouvernement » ne cesse pas de tarauder leurs héritiers successifs. Au fond, peut-être est-ce là que Giuseppe Cambiano veut nous emmener : il situe l’héritage et l’actualité de la Polis dans l’émergence qu’elle a suscité d’une véritable question universelle. Et c’est celle-ci qui générera les formes modernes du questionnement de la philosophie politique confrontée aux enjeux contemporains des auteurs qui en tissent la trame : Machiavel et la question pratique du bien gouverner, Bodin et l’égalitarisme, Montaigne et les guerres civiles, Montesquieu et la vertu. Parallèlement, on assiste avec un éclairage synchronique d’une étonnante limpidité, au clignotement de la question de la République qui apparaît comme une préoccupation d’une brûlante actualité ponctuelle d’abord dans le moment florentin des Médicis, puis dans le moment anglais et hollandais analysé par Hobbes après la chute de Charles 1er. Mais, si le concept de « moment » semble correspondre à la succession d’apparitions puis d’oublis de la question républicaine, il y a aussi dans l’ouvrage comme un contrepoint implicite : la quasi permanence de la question démocratique, probable fil rouge de cet héritage de la Polis dans la modernité.

3Dernier point notable qu’il faut citer : l’ultime chapitre, consacré à l’intérêt de Adam Smith, Adam Ferguson ou James Steuart pour l’économie antique, apparaît comme une préfiguration d’une autre étape de la philosophie politique (qui générera d’ailleurs aussi une fondation disciplinaire essentielle : la sociologie elle-même) : l’ouvrage de Max Weber Économie et société dans le monde antique (Paris, Éd. La Découverte, 1998). Comment ne pas voir dans ce dernier chapitre l’amorce d’une histoire des prolégomènes de la légale rationalité dans sa relation, profonde, au contexte antique ? Enfin et surtout, il est possible aussi de lire cette histoire du questionnement de la philosophie politique dans la modernité en faisant un pas de côté communicationnel. Ce long travail de gestion de l’héritage antique et de sophistication progressive des enjeux philosophiques du gouvernement des Hommes n’est-elle pas une interrogation sur l’élaboration d’un cadre idéal de communication politique : celui du bien parler, du bien délibérer, des conditions de l’amélioration performative du discours politique ?

4À cet effet, et même si la critique a, face à une telle œuvre, un caractère un peu déplacé, il pourrait être utile de lire cet ouvrage en constituant par ailleurs quelques buttes témoins. En effet, l’analyse de sociétés marquées fondamentalement par le luthéranisme, notamment les pays scandinaves, pourrait être utile. Il en est ainsi des réflexions de Tocqueville sur les sociétés consensuelles, ou des travaux de Bertrand Badie et Pierre Birnbaum sur les liens entre formes de l’État et culture religieuse dominante (Sociologie de l’État, Paris, Grasset, 1979).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Philippe Roy, « Giuseppe Cambiano, Polis. Histoire d’un modèle politique, trad. de l’italien par S. Fermigier », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7127

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Roy

CEDP, université de Tours

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page