Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Jérôme Bourdon, Jean-Michel Frodon, dirs, L’œil critique. Le journaliste critique de télévision

Bruxelles, Éd. De Boeck Université, coll. Médias Recherches, 2003, 178 p.
Céline Ségur
Référence(s) :

Jérôme Bourdon, Jean-Michel Frodon, dirs, L’œil critique. Le journaliste critique de télévision. Bruxelles, Éd. De Boeck Université, coll. Médias Recherches, 2003, 178 p.

Texte intégral

1L’œil critique est une invitation à la réflexion. Le sujet de l’ouvrage, soit le critique de télévision, paraît vaste et il l’est réellement. Mais, il convient de rassurer le lecteur : Jérôme Bourdon et Jean-Michel Frodon adoptent une démarche quasi pédagogique puisqu’il s’agit de faire connaître, et reconnaître, quelques problématiques communes et récurrentes sur ce thème. En effet, les directeurs de publication réunissent une collection de 14 textes qui traitent du – ou de – la critique de télévision. Les universitaires côtoient les professionnels des médias (critiques de cinéma et/ou de télévision, journalistes) : le pari est intéressant et producteur de sens, car il conduit délibérément à confronter et à rapprocher deux formes de discours. De plus, l’ouvrage, annoncé telle une « interrogation scientifique » (p. 7), oscille entre des descriptions de la critique comme activité professionnelle, des réflexions sur la constitution d’un champ de recherches, ou encore des critiques de la critique ; ceci semble constituer l’apanage de la critique. À côté de propos de type épistémologique, les auteurs livrent des illustrations – des extraits de critiques publiées dans la presse française – et, par la même occasion, rendent un hommage à leurs auteurs (François Mauriac, Morvan Lebesque) ; la lecture de l’ouvrage n’en est que plus enrichissante. La polyphonie est aussi géographique, puisqu’on trouve dans ce recueil – écrit en langue française et publié en Belgique – la traduction d’auteurs espagnols, italiens et allemands. Ainsi L’œil critique ne constitue-t-il pas un manuel, mais bien une somme de réflexions communes sur la critique de télévision, l’objectif étant d’engager davantage de travaux sur ce sujet.

2Dès l’introduction, le lecteur est convié à s’interroger sur la nature de l’objet étudié : qu’est ce que la critique de télévision et qui est le critique ? Ceci constitue la toile de fond de chacune des contributions et les auteurs se positionnent par rapport à ces questionnements : l’ensemble prend la forme d’un riche essai sur la notion de critique. Aussi apprend-on que le critique de télévision est un journaliste, voire un chroniqueur : il présente et commente plus ou moins objectivement les émissions vues la veille ; c’est également un spécialiste de films, de divertissements, etc. ; il revêt parfois la casquette du guide, tel un « pré-spectateur » (p. 111) qui informe sur les programmes et oriente le choix du téléspectateur ; à d’autres moments, il juge, parce qu’il est un expert des dispositifs télévisuels (p. 50) ; il nous invite, tel un chercheur, à réfléchir sur le média et ses contenus ; enfin, doué d’omniscience, il devient un super- ou un trans-téléspectateur.

3On le voit, les attributs de la profession sont multiples. Ceci conduit à penser que le critique se définit par ce qu’il critique ou par la tâche qui lui est parfois dévolue. C’est pourquoi il convient de formuler différemment la question : que doit être la critique ? Certains parlent d’une mission utilitaire et éducative (p. 32) : le critique opère une sélection parmi les programmes afin d’accompagner le téléspectateur dans sa pratique et de l’optimiser ; autrement dit, il s’agit « d’éduquer le spectateur lui-même pour qu’il ne regarde pas chaque émission passivement » (p. 106). Le critique de télévision participe au choix des contenus télévisuels offerts au public : spécialiste de l’industrie audiovisuelle, il a pour objectif d’exploiter les possibles du média et il dit « ce qui convient au petit écran » (p. 53). Dans ce cas, son rôle peut-être de dénoncer les « bidonnages » et « bidouillages » (p. 63) qui entourent la fabrication des images. Mais le critique ne devrait-il pas, tout simplement, livrer le plaisir qu’il a à recevoir certains programmes, tel un téléspectateur lambda ?

4Au-delà de propositions abondantes « pour une définition de la critique de télévision », et bien que ce foisonnement constitue l’essentiel des contenus, on relève trois problématiques qui traversent les discours et posent les bases de réflexions à plus long terme sur le sujet. D’abord, et ceci vaut pour chacun des pays européens représentés, le développement économique du média télévisuel (l’évolution des rapports entre télévision et pouvoir politique, les privatisations, le maintien d’un service public) a accompagné la mise en place d’une activité critique qui devenait davantage autonome, voire engagée. Ceci a contribué à une forme de méfiance de l’industrie télévisuelle à l’égard de toute forme de critique, alors que ces deux acteurs de la production audiovisuelle gagneraient à interagir davantage : plutôt qu’un leader d’opinion, le critique peut être un trait d’union entre les attentes des téléspectateurs et les possibles des programmateurs. Ensuite, on comprend que la critique de télévision relève d’un champ professionnel aux contours qui ne sont toujours pas bien définis : souvent, elle naît de traditions littéraires et cinématographiques, et on juge ledit « huitième art » à partir des codes en vigueur relatifs aux textes ou aux films. Aussi souffre-t-elle d’un manque de légitimité, et le critique, arrivé là presque « par hasard », est tantôt un journaliste, un chroniqueur, un amateur, un esthète ou un expert. De fait, la place de la critique se situe aux marges de plusieurs domaines que sont le journalisme, la critique d’art, la production télévisuelle et la recherche scientifique. En effet, dès la fin des années 60, les critiques ont récupéré les travaux des universitaires (ceux de l’école de Francfort notamment) et ont commencé à dénoncer les idéologies diffusées par le média (pp. 123-124 ; 139). On le voit, en plus des questions de compétence et de positionnement du critique, c’est celle du destinataire – public expert, public profane, professionnel du média ? – qui est à poser.

5La lecture de l’ouvrage n’apporte de réponses définitives ni aux interrogations que les auteurs posent, ni à celles du lecteur ; néanmoins, les contributions proposent des approches pertinentes sur un objet finalement trop peu abordé par les spécialistes de la télévision. Pour conclure, et en guise d’ouverture, retenons trois traits distinctifs du critique, tels qu’ils sont suggérés dans la dernière partie du livre : il est un critique des émissions de télévision, et non de la télévision, qui doit nécessairement se positionner et être un « activateur de curiosité » (p. 171).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Ségur, « Jérôme Bourdon, Jean-Michel Frodon, dirs, L’œil critique. Le journaliste critique de télévision », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 19 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7126

Haut de page

Auteur

Céline Ségur

CREM, université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page