Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Élisabeth Badinter, Fausse route

Paris, O. Jacob, coll. Le Club, 2003, 221 p.
Fabienne Martin-Juchat
Référence(s) :

Élisabeth Badinter, Fausse route. Paris, O. Jacob, coll. Le Club, 2003, 221 p.

Texte intégral

1Elisabeth Badinter, philosophe de formation, est l’auteure de nombreux ouvrages sur la condition féminine et les rapports hommes/femmes dans la société. Avec Fausse route, elle signe une vision polémique du féminisme occidental. Son ouvrage a suscité de nombreuses critiques de femmes dans diverses revues destinées au grand public. Hélène Strohl, recenseur de la revue Culture en mouvement, conclut que cet ouvrage est peu scientifique, sujet à caution : « Argument contre argument, amalgame contre amalgame, au bout du compte, il semble bien que l’auteure se situe dans le même monde et avec les mêmes valeurs que celles qu’elle critique » (Culture en mouvement, 59, juil.-août, 2003, p. 62).

2Au-delà des faiblesses de sa démarche, Elisabeth Badinter dérange plus particulièrement les femmes, car elle réveille leur crise identitaire – que ce soit dans leur intimité ou dans leur vie sociale – et met en exergue le fossé générationnel entre mères et filles issu des années 68 : « Parce que l’idée d’un retour à l’état antérieur ne peut être envisagé et qu’il est hors de question de sacrifier vie familiale et vie professionnelle, la plupart des femmes se sentent contraintes d’avancer coûte que coûte sur la voie tracée par leurs mères. Toutefois, l’heure n’est plus aux conquêtes en chantant. Elle a laissé place à une nouvelle sensibilité sociale. D’abord le désenchantement à l’égard des hommes. La plupart n’ont pas joué le jeu de l’égalité » (p. 14). Cette rancœur a ouvert la voie à des études féministes virulentes en provenance des États-Unis. Selon ces dernières, les femmes sont toujours l’objet de violence morale et physique, de « harcèlement » – l’emploi du terme en forte progression depuis l’explosion des cas de pénalisation –, « une femme sur huit a subi ou subira au cours de sa vie une agression sexuelle » (M.-A. Le Boulaire, Le viol, Paris, Flammarion, 2002, p. 239 cité p. 47). L’auteure de Fausse route dénonce ici une tendance à l’amalgame statistique de la part des féministes entre harcèlement moral, violence symbolique, tentative de viol et viol effectif. Elle insiste sur les différences entre ces traumatismes qui, une fois regroupés, gonflent les chiffres et appuient les postures extrémistes dans la nouvelle guerre des sexes à l’occidental. Les femmes sont les victimes de l’homme dont il faut combattre la violence, violence qui fait son essence. Les femmes sont dominées par les hommes car le « masculin est le genre hégémonique et prévalent » (D. Welzer-Lang, Nouvelles approches des hommes et du masculin, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1998, p. 11, cité par Elisabeth Badinter, p. 64).

3Elisabeth Badinter critique vivement ce naturalisme et ce dualisme oppositionnel tout en le considérant comme une impasse : « Si la domination masculine et la violence qui la fonde sont aussi universelles qu’on le dit, d’où viendra le salut ? » (p. 65). Elle met alors en lumière un tabou social : la violence des femmes. Elles sont aussi capables de torturer, de tuer leurs enfants, de battre leurs compagnons, de consommer des films pornographiques, des sex-toys, de considérer les hommes comme des objets sexuels et des distributeurs à sperme, de les jeter s’ils ne les font pas jouir, ou encore de les acheter. Ces faits dérangent car ils démystifient la femme que la puissance procréatrice dote d’humanité, de générosité, de supériorité morale, etc. En outre, les enquêtes récentes sur les pratiques sexuelles des femmes et des jeunes filles sont en contradiction avec le discours des féministes puisque « dès l’âge de douze ans, la moitié des filles ont déjà visionné des films pornographiques », ou que « depuis dix ans, les salons de l’érotisme se sont multipliés ainsi que les boîtes d’échangismes ou les soirées privées hard. Le corps-objet et le sexe machine ne sont plus que des choix masculins, il faut bien être deux pour pratiquer des séances sadomasos qui se sont banalisées » (pp. 128-129).

4La pureté et la moralité féminines, apanage des féministes, est en contradiction avec les évolutions des pratiques sexuelles. Pourtant, aux États-Unis, les féministes prônent qu’il faut mettre un frein à la pulsion sexuelle des hommes, la féminiser car, en fin de compte, la pénétration est en vérité un viol (D. Kinnon, juriste et promotrice avec succès de la pénalisation des « crimes sexuels » aux États-Unis, citée par l’auteure, p. 161).

5Selon Elisabeth Badinter, la solution castratrice à l’américaine est une impasse parce qu’elle se fait au détriment des femmes. Les relations hommes/femmes n’ont jamais été aussi mauvaises. La montée en puissance de l’idéologie féministe a moralisé et culpabilisé les hommes et ceux-ci en éprouvent un fort ressentiment tout en faisant « mine d’oublier qu’ils conservent jalousement le pouvoir qui conditionne tous les autres, à savoir le pouvoir économique et financier » (p. 185). Parallèlement, le renouveau de tendances, comme le naturalisme et le particularisme sexuel, ne sont pas sans risque car il ralentit la marche vers l’égalité. Avoir l’instinct maternel et allaiter devient une injonction et demande à la femme d’être à la maison et à temps partiel : « Comment s’étonner ensuite que les femmes en charge d’enfants aient un temps professionnel moins élevé que celui des hommes... mais en revanche un temps de travail à la maison beaucoup plus élevé que celui du père ? » (p. 214).

6Quel est l’intérêt de ce type de recherches pour les sciences de l’information et de la communication ? Ces dernières négligent trop souvent les questions de genres dans les systèmes et les processus de communication. Ceux-ci ne sont pourtant pas asexués. Peut-être qu’aux États-Unis le curseur penche trop du côté d’une accentuation des différences biologiques entre les sexes dans les processus cognitifs et sociaux mais, en France, elles sont souvent évincées. Le débat sur le porno-chic publicitaire et audiovisuel, sur le rabaissement de la femme dans les émissions de reality-show mériterait d’être resitué dans ce contexte empreint d’idéologie féministe anglo-saxonne. Plus encore, resituer la violence sexuelle des hommes dans un processus de communication permettrait de se pencher sur les différences dans l’expression sociale de la violence selon les sexes plutôt que sur les différences liées au genre. Les hommes manifesteraient plus facilement leur violence dans l’acte sexuel alors que les femmes, poussées par cette même violence fondatrice (Girard), la retourneraient contre elles – dans l’anorexie, la boulimie, les scarifications... – (D. Le Breton, Conduites à risque : des jeux de mort aux jeux de vivre, Paris, Presses universitaires de France, 2002). La question est donc bien également communicationnelle, puisque les modes de représentation, de manifestation et d’expression corporelles de la violence, pour soi-même et au regard de l’autre, interviennent en tant que construit social.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Martin-Juchat, « Élisabeth Badinter, Fausse route », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 18 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7121

Haut de page

Auteur

Fabienne Martin-Juchat

Limsic, université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page