Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Technologies

Luc Grivel, dir., La recherche d’information en contexte. Outils et usages applicatifs

Paris, Hermès Science-Lavoisier, coll. Traité des sciences et des techniques de l’information, 2011, 288 p.
Alexandre Eyries
p. 368-369
Référence(s) :

Luc Grivel, dir., La recherche d’information en contexte. Outils et usages applicatifs, Paris, Hermès Science-Lavoisier, coll. Traité des sciences et des techniques de l’information, 2011, 288 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif dirigé par Luc Grivel, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et intitulé La recherche d’information en contexte. Outils et usages applicatifs, prend place dans un vaste projet éditorial, le « Traité des sciences et des techniques de l’information », qui entend combler un vide important en constituant un fonds commun de connaissances dans les domaines où les technologies ont transformé la production, l’organisation et la diffusion de l’information. Agrégeant les disciplines traditionnelles comme la documentation, les sciences de l’information occupent un champ particulier où se rencontrent l’informatique et les sciences humaines et sociales. Elles permettent ainsi de croiser les approches technicistes avec l’analyse des aspects fondamentaux et expérimentaux.

2Les ouvrages du « Traité des sciences et des techniques de l’information » analysent les aspects d’une discipline étendue et diverse : les contenus et leur gestion, l’information dans la société, la communication personne-système, les communications instrumentées entre individus et groupes sociaux. Ils abordent les technologies de base, les institutions, les méthodologies et les savoir-faire. Le présent ouvrage s’inscrit dans la série « Environnements et services numériques d’information » et prend pour objet les nouvelles applications informatiques dédiées à la recherche d’information en contexte ainsi que les outils innovants qui sont créés pour améliorer les performances des équations de recherche. Dans l’introduction de l’ouvrage, Luc Grivel rappelle que « depuis une dizaine d’années, on assiste au développement d’applications basées sur des moteurs de recherche d’information capables de s’interfacer avec des systèmes d’information hétérogènes » (p. 17).

3Ces applications innovantes sont capables d’accéder à toute information stockée concernant ou caractérisant une personne, une société, un lieu, un objet. Le décloisonnement des systèmes d’information pose un certain nombre de problèmes qui ont conduit au développement d’une « ingénierie de la connaissance adaptée à la recherche d’information : modèles de représentation des connaissances (par exemple les ontologies), méthodes de l’intelligence artificielle (raisonnement à partir de cas, traitement du langage naturel, fonctions d’assistance, etc.) et méthodes d’analyse de données (classification avec ou sans apprentissage) adaptées à cette problématique de recherche d’information en contexte, et donc intégrant les problèmes liés à la grande volumétrie et au caractère multidimensionnel de l’espace de recherche » (pp. 17-18).

4Les usages applicatifs liés à ces besoins émergents embrassent l’ensemble des activités humaines, qu’elles soient professionnelles ou privées. Dans la sphère privée, les applications phares « se situent dans le domaine du tourisme (réservation de vacances), la santé (recherche de régimes alimentaires personnalisés), le transport, etc. » (p. 18). Dans l’industrie, au contraire, les applications les plus recherchées concernent essentiellement « la gestion des ressources humaines, la gestion de la chaîne logistique, la gestion financière, la gestion des clients, la gestion de l’innovation » (ibid.). La conception exigeante de cet ouvrage et sa problématique originale retiennent l’attention tout comme les profils des contributeurs qui ont été choisis « pour la diversité et la complémentarité de leurs expériences » (ibid.) et ce, même si « la majorité d’entre eux n’est pas issue du monde académique » (ibid.).

5En effet, la majorité des contributeurs provient des sociétés Exalead (créatrice de moteurs de recherche), Pertimm (spécialisée dans le traitement de l’information), Syllabs (spécialisée dans la sémantique pour le web), Mondeca (spécialisée dans les solutions d’organisation et d’accès aux informations), Arisem (spécialiste du traitement automatique du langage), Kiolis (spécialisée dans la publication dynamique de contenus et les moteurs de recommandation) ou encore d’Empolis (éditeur de logiciels intelligents de recherche documentaire).

6Le principal maître d’œuvre de cette publication collective, Luc Grivel, en rappelle, dans l’introduction, les principales aspirations : « En s’appuyant sur des projets de recherche industriels et des études de cas, l’ambition de cet ouvrage est de mettre l’accent sur l’impact de ces technologies sur les usages applicatifs, en quoi elles offrent des potentiels nouveaux, en quoi elles modifient nos pratiques de recherche d’information, voire nos modes de pensée et de travail » (ibid.). Il souhaite, en outre, « faire une large place aux retours d’expériences en milieux industriels » (ibid.).

7Le premier chapitre est consacré aux pratiques et aux enjeux de la recherche d’informations techniques et d’expertises dans une grande entreprise ainsi qu’à l’apport de la gestion des connaissances. Comme l’écrivent Yasmina Quatrain, Benoît Ricard et Sylvaine Nugier : « Aujourd’hui dans l’entreprise, trouver rapidement la bonne information est à la fois impératif et difficile. Impératif parce que les exigences d’efficacité sont élevées […]. Difficile en raison des volumes d’information de plus en plus importants » (p. 27). Dès lors, il faut privilégier trois leviers : « Le premier levier est de mettre les outils de recherche d’information au cœur de l’accès aux systèmes d’information […]. Le second levier […] s’attaque directement à la description des documents afin de permettre à un moteur de recherche de faire remonter une information de qualité » (p. 59). Le dernier consiste à étudier les mécanismes des réseaux sociaux qui sont un des moyens pour les agents edf d’obtenir l’information qu’ils recherchent.

8Dans le troisième chapitre, Grégory Greffenstette, Carole Offredo, Guillaume Mainbourg, Morgan Zimmermann et Jean-Marc Lazard considèrent l’utilisation de la sémantique dans les applications basées sur la recherche d’information. Ils emploient le terme sémantique « dans une acception plus large que celle utilisée en linguistique, et même que celle utilisée dans l’informatique pour qualifier des opérations ou des fonctions qui aident l’utilisateur qui recherche de l’information à dépasser la surface des mots qu’il emploie et à accéder au sens derrière ces mots » (p. 97). Les trois fonctions sémantiques (trouver le type de quelque chose, reconnaître deux choses distinctes comme étant la même chose et spécifier une relation entre deux choses) sont présentes à plusieurs endroits dans une application de recherche : « [Elles] rendent explicites les types et les relations entre les concepts et aident à structurer le monde numérique de l’utilisateur. Ensuite, cette structure lui permet de trouver l’information voulue de façon plus rapide et plus précise » (p. 117).

9Le neuvième et dernier chapitre, rédigé par Bernhard Rieder, est consacré à la démocratisation de la recherche en ligne. L’auteur retrace la transformation du paysage numérique et spécifiquement de l’internet depuis 1995 (date du lancement d’AltaVista, premier moteur de recherche à grande échelle) : « Le Web en 2010 constitue le principal environnement en termes d’information et de communication. Il héberge, sur une même plate-forme technologique, une large variété d’activités auparavant réparties sur des canaux distincts » (p. 252).

10Avec bientôt deux milliards d’utilisateurs, plus d’un billion de pages et une diversité de services, allant de la simple représentation d’informations textuelles à des applications en ligne élaborées qui combinent bases de données et contenus multimédias sophistiqués, le Web devient une hydre informationnelle consubstantiellement liée à une économie de type capitaliste dont le mode de production de la valeur est passé de l’industriel au cognitif. Or, c’est précisément aux moteurs de recherche que l’on confie la tâche ô combien difficile de rendre lisible et appréhendable cette structure mouvante et anarchique. Ainsi, comme l’écrit Bernard Rieder en conclusion, pour pouvoir espérer démocratiser la recherche en ligne, faut-il d’abord en passer par une « une théorisation lucide de la technologie et réexaminer notre conception de la démocratie, en vue de construire des passerelles entre technique et société articulant efficacement analyse critique, conception appliquée et stratégie politique » (p. 274). Par l’exigence de son sujet et la richesse des perspectives ouvertes, la lecture de cet ouvrage s’avère des plus stimulantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Eyries, « Luc Grivel, dir., La recherche d’information en contexte. Outils et usages applicatifs », Questions de communication, 22 | 2012, 368-369.

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Luc Grivel, dir., La recherche d’information en contexte. Outils et usages applicatifs », Questions de communication [En ligne], 22 | 2012, mis en ligne le 08 janvier 2013, consulté le 19 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7031

Haut de page

Auteur

Alexandre Eyries

I3M, université de Nice Sophia-Antipolis
alex.eyries@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page