Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Technologies

Cécile Gardiès, dir., Approche de l’information-documentation. Concepts fondateurs

Toulouse, Cépaduès, 2011, 232 p.
Bernard Heizmann
p. 366-367
Référence(s) :

Cécile Gardiès, dir., Approche de l’information-documentation. Concepts fondateurs, Toulouse, Cépaduès, 2011, 232 p.

Texte intégral

1Dirigé par Cécile Gardiès, ce travail collectif, qui est maître de conférences à l’université de Toulouse, rassemble les contributions de chercheurs tels Viviane Couzinet, Patrick Fraysse, Caroline Courbières, Gérard Régimbeau ou Isabelle Favre, qui sont pour la plupart membres du lerass/équipe mics (Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales/Médiations en information-communication spécialisée) ou de l’unité efts (Éducation, formation, travail et savoirs), elle-même hébergée par l’enfa (École nationale de formation agronomique), laboratoires dont les travaux ont compté ces dernières années, en particulier pour ce qui concerne la réflexion sur les concepts et les apprentissages info-documentaires, de la transposition didactique à la médiation, numérique notamment, en passant par le curriculum. Par ailleurs, on sait l’importance des apports de l’enseignement agricole dans les débats, les travaux et la réflexion sur l’information-documentation en milieu scolaire ces dernières années. Organisé en trois parties, cet ouvrage examine les concepts fondateurs que sont information et document, puis s’intéresse aux dispositifs, par exemple aux langages et à l’analyse documentaires – le terme de dispositif étant lui-même préalablement défini –, avant de s’arrêter sur les problématiques de l’appropriation qui concernent aussi bien les pratiques, expertes ou ordinaires, que la culture de l’information – définie différentiellement avec la culture informationnelle – ou les usages, la question de l’usager étant examinée en détail. Ainsi la culture informationnelle est-elle présentée comme un objectif vers lequel tendre : il convient de passer d’une culture de l’information, culture de base de l’usager, à une culture informationnelle, adossée aux concepts et théories des sciences de l’information et de la communication (sic), qui concourra à développer les capacités critiques et réflexives de l’usager, au-delà de l’apprentissage technique et méthodologique, au-delà aussi d’une acculturation liée aux seules pratiques ordinaires. Il s’agira donc aussi de se référer aux sic comme « discipline autonome » et non plus comme métadiscipline (p. 203). Pour ce qui est du concept d’usager, on voit bien comment il peut être cadré, au regard des termes voisins, comme utilisateur, ou des typologies, qu’elles concernent les usages ou les usagers. L’utilisation du pluriel – les usagers – est justifiée par les auteurs de cette contribution (Josiane Senié-Demeurisse et Isabelle Fabre) quand elles expliquent que, en effet, les usagers ont des profils et des projets différents et qu’il n’est pas possible de les considérer comme un bloc indifférencié. La place de l’humain est mise en avant, l’orientation ou l’approche « usager » trouvent ici leur place, et l’adoption du point de vue de l’usager, comme on peut adopter celle du lecteur dans l’esthétique de la réception dans le champ de la critique littéraire, apporte un éclairage sur les pratiques informationnelles, faites de savoirs, de savoir-faire et de conceptions, de représentations.

2Selon l’auteur de la postface, Regina Marteleto, Professeur à l’icict (Instituto de Comunicação e Informação Cientifica e Tecnológica)/Fiocruz (Fondation Oswaldo Cruz), en même temps qu’il insiste sur la qualité de l’équipe qui y a travaillé, le projet de l’ouvrage, qui se veut un manuel, est clair : il s’agit, selon Cécile Gardiès, dans l’introduction, d’« ouvrir le chantier de définition de concepts fondamentaux communs à l’ensemble des sic » (P. 14). « Fondés sur la description, la comparaison et la synthèse de travaux conduits par les chercheurs, essentiellement en sic, les développements proposés prennent en compte les dimensions historiques et critiques » (ibid. 14) et présentent donc un état des lieux approfondis et contrasté des notions en jeu dans le champ et dans le livre. Yves Jeanneret ne dit pas autre chose quand il écrit que « ce parti-pris de la démarche étymologique, historique, critique, réflexive, est particulièrement précieux dans le champ de l’information et des pratiques documentaires » (p. 3). En effet, c’est là un des intérêts majeurs de l’ouvrage ; outre qu’il constitue bien un handbook (manuel) très commode pour l’étudiant en sic ou le préparationnaire au capes (certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré) de documentation, il va néanmoins au-delà d’un simple panorama notionnel. Chacun des grands concepts du champ – information, document, indexation, classification, médiation, besoin d’information, etc. – est présenté historiquement, mais aussi, et c’est tout à fait intéressant, selon les relations qu’il entretient avec les autres champs et aussi les significations qui s’y entremêlent. Ainsi, par exemple, la notion de médiation fait-elle l’objet d’un tour d’horizon très complet : définie dans le champ des sciences humaines, sur les plans culturel et muséal notamment, elle est ensuite examinée dans les domaines de la philosophie et de la médiologie. Enfin, la question des médiations documentaires est abordée au travers, notamment, de la notion de « documentaliste médiateur » (p. 106). De plus, il faut souligner que ces « concepts fondateurs » – pour reprendre le sous-titre de l’ouvrage – en plus d’être confrontés à leurs définitions et valeurs dans les autres champs, sont également présentés dans une logique d’ouverture et de débat à l’intérieur même des sic. Les questions ouvertes, les sujets encore débattus par les chercheurs, les spécialistes et les professionnels, les problématiques brûlantes, ne sont pas éludés et sont évoqués dans toute leur complexité. Le souci de l’exhaustivité historique et notionnelle s’accompagne donc d’une honnêteté et d’un engagement qui permettent au lecteur de mesurer le chemin parcouru, de voir aussi quelles sont les directions prises par les chercheurs, les voies actuellement ouvertes, de l’« orientation usager » à la « médiation documentaire », que nous avons déjà évoquées. Concernant l’enseignement de l’information-documentation, les auteurs n’hésitent pas à prendre position pour dénoncer les dérives technicistes, centrées sur les outils, ou méthodologiques, centrées sur les seuls savoir-faire, qui ont pu toucher et touchent encore l’enseignement de l’information-documentation dans le second degré et dans l’enseignement supérieur. Cet inventaire très riche des grands concepts, ceux qui ont contribué à donner son socle à l’information-documentation, mais, par conséquent, aussi ceux qui constituent aujourd’hui les questions vives en jeu dans le champ, est accompagné, pour chaque contribution, de compléments bibliographiques qui ouvrent des pistes de lectures et d’approfondissement au lecteur de ce véritable manuel qui, en plus de proposer un aperçu des fondamentaux, les inscrit dans leur histoire, dans les débats, passés et actuels, et ne fait donc pas l’économie de la réflexivité ni de l’engagement, apportant au lecteur des contenus essentiels de même que des éléments qui le conduisent sur le chemin de la réflexion, des questions et des débats.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Heizmann, « Cécile Gardiès, dir., Approche de l’information-documentation. Concepts fondateurs », Questions de communication, 22 | 2012, 366-367.

Référence électronique

Bernard Heizmann, « Cécile Gardiès, dir., Approche de l’information-documentation. Concepts fondateurs », Questions de communication [En ligne], 22 | 2012, mis en ligne le 08 janvier 2013, consulté le 19 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7027

Haut de page

Auteur

Bernard Heizmann

Université de Lorraine, IUFM
bernard.heizmann@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page