Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Nicolas Brigaud-Robert, Les producteurs de télévision. Socio-économie d’une profession

Paris, Presses universitaires de Vincennes, coll. Médias, 2011, 354 p.
Tiphaine Zetlaoui
p. 344-345
Référence(s) :

Nicolas Brigaud-Robert, Les producteurs de télévision. Socio-économie d’une profession, Paris, Presses universitaires de Vincennes, coll. Médias, 2011, 354 p.

Texte intégral

1Le livre de Nicolas Brigaud-Robert s’intéresse aux producteurs de télévision et, plus spécifiquement, à la manière dont est née leur profession, dont elle a évolué et s’est affirmée en France depuis l’apparition du média télévisuel jusqu’à aujourd’hui. Dans cette optique, l’auteur convoque des enquêtes sociologiques d’ordres quantitatif et qualitatif en abordant son objet de façon pluridimensionnelle, c’est-à-dire en mettant en exergue les mécanismes symbolique, économique, sociopolitique et législatif qui le traversent. De ce fait, Nicolas Brigaud-Robert arrive à mettre en visibilité les conflits d’intérêts qui animent le secteur télévisuel à l’aune du métier de producteur. Son travail permet, d’une part, de comprendre les logiques d’institutionnalisation d’une profession à travers l’histoire de la télévision et, d’autre part, d’identifier les stratégies déployées par les producteurs pour faire valoir et imposer progressivement leurs droits.

2Selon l’auteur, le métier de producteur est fortement imbriqué avec le processus d’expansion et de libéralisation des programmes télévisuels. L’avènement de séries, de téléfilms, de jeux et d’émissions de variété (remplaçant la dramatique en direct) bouscule le secteur public qui connaît un premier tournant, en 1964, avec la constitution de l’Office de radiodiffusion télévision française (ortf) et l’apparition de nouvelles productions aux niveaux national et international, offrant des partenariats public/privé. Le second tournant s’opère en 1974 avec l’élection de Valéry Giscard d’Estaing et le démantèlement de l’ortf qui donne naissance à sept sociétés dont la Société française de production (sfp), placée sous le régime des sociétés anonymes. Le tournant le plus emblématique, voire le plus impactant sur le métier de producteur, s’opère sous l’ère mitterrandienne avec la privatisation des chaines de télévision qui vient insuffler un nouvel élan à la production privée. C’est dans les mailles de cette dynamique sociétale entre sphères marchande et publique que le métier de producteur semble dessiner sa singularité. Singularité qui, comme l’explique le chercheur, prend la forme d’un tiraillement puisque le producteur agit selon des logiques contradictoires ; d’une part, il doit être inventif en instiguant de nouveaux programmes et, d’autre part, il doit agir en gestionnaire en se conformant aux impératifs du marché et aux règles conventionnelles des institutions en place. Force est de reconnaître l’aspect épineux de cette situation. En effet, le port de ces deux casquettes – l’une d’artiste, l’autre d’administrateur – conduit les producteurs français à être de plus en plus vindicatifs. Ainsi, à la différence de leurs homologues américains, les producteurs français ne sont-ils pas ou peu reconnus pour leur talent et esprit créatif, même s’il existe des avancées juridiques. Comme le mentionne l’auteur en s’appuyant sur la série « Voisin-voisine », il existe, depuis 1995, une jurisprudence à la suite de la décision du Tribunal de grande instance qui accorde le droit aux producteurs d’obtenir une part des rémunérations d’auteur. Toutefois, d’une certaine manière, leurs revendications restent, en suspens puisque pour bénéficier de ces droits les producteurs doivent prouver de manière effective le travail qu’ils ont effectué en tant que créatifs. Or, pour Nicolas Brigaud-Robert, c’est cette dimension créative, mobilisée tout au long de l’élaboration de projets, qui structure de manière prédominante la « praxis » de l’activité de production. Ainsi affirme-t-il que « les fonctions de gestion de l’entreprise paraissent secondaires dans la création de valeur dans la production audiovisuelle car le producteur ne perd jamais son caractère d’entrepreneur, chaque programme supposant une nouvelle forme d’association de ressources » (p. 110).

3En prenant en charge le processus d’élaboration d’un projet – de sa conceptualisation à son financement en passant par sa commercialisation –, le producteur agit dans un environnement constitué d’enjeux pluriels et de luttes diverses. Outre le fait que le producteur doit faire face à la concurrence pour s’imposer sur le marché de la programmation, il doit constamment trouver un équilibre auprès des professionnels de la télévision, qu’ils soient législateurs, administrateurs, techniciens ou artistes, alors que leurs intérêts divergent. La question du statut reste au cœur des polémiques en se déplaçant sur celle des programmes. Certains producteurs d’émissions de télé-réalité souhaiteraient obtenir des subventions publiques au même titre que les producteurs finançant des programmes considérés comme « œuvres de fiction ». Depuis le décret du 2 février 1995, les œuvres de fiction reçoivent un financement public à l’exclusion des sketches, des animations, des documentaires de création, des spectacles vivants, des magazines et des vidéomusiques. En 2000, le programme Pop-stars a été, dans ce cadre, l’objet d’un contentieux qui a duré jusqu’en 2004. Le tribunal a fini par trancher en faveur de l’ensemble des organisations d’artistes et d’auteurs insurgés face à la volonté des producteurs de voir leurs émissions de télé-réalité transformées en œuvre de fiction.

4En définitive, s’il est dommage que cet ouvrage omette de livrer des noms de sociétés de production ou de producteurs, il offre un subtil et profond éclairage sur les tenants et aboutissants de cette profession qui semble être exercée par des individus au capital scolaire et social plutôt modeste. De plus, l’auteur a le mérite d’avoir su mobiliser des approches théoriques diverses, issues de la sociologie structuraliste (Pierre Bourdieu, école de Francfort) ou compréhensive (Max Weber, Georg Simmel) ou encore d’autres disciplines comme l’économie (modèle schumpétérien du producteur entrepreneur), pour circonscrire une profession qui reste encore pour le moins insaisissable dans l’imaginaire collectif mais, en réalité, plus que jamais indispensable à un marché télévisuel en voie d’expansion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tiphaine Zetlaoui, « Nicolas Brigaud-Robert, Les producteurs de télévision. Socio-économie d’une profession », Questions de communication, 22 | 2012, 344-345.

Référence électronique

Tiphaine Zetlaoui, « Nicolas Brigaud-Robert, Les producteurs de télévision. Socio-économie d’une profession », Questions de communication [En ligne], 22 | 2012, mis en ligne le 08 janvier 2013, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7003

Haut de page

Auteur

Tiphaine Zetlaoui

geriico, université Lille 3
tiphainezetlaoui@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page