Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, langue et discours

Jean-Michel Adam, Genres de récits. Narrativité et généricité des textes

Louvain-la-Neuve, Éd. L’Harmattan-Academia, coll. Sciences du langage : carrefours et points de vue, 2011, 324 p.
Jacques-Philippe Saint-Gerand
p. 331-334
Référence(s) :

Jean-Michel Adam, Genres de récits. Narrativité et généricité des textes, Louvain-la-Neuve, Éd. L’Harmattan-Academia, coll. Sciences du langage : carrefours et points de vue, 2011, 324 p.

Texte intégral

1Qui se souvient encore de Guy Michaud et de L’Œuvre et ses techniques (Paris, Nizet, 1963) ? Avec les instruments dont il pouvait disposer en son temps, Guy Michaud souhaitait rendre compte des processus langagiers fonctionnels à l’œuvre dans les genres de la poésie, du théâtre, du roman. Et ce n’est qu’en 1966, avec la huitième livraison de Communication, que la narratologie, parmi d’autres études de linguistique textuelle, commença à s’introduire dans le champ des recherches en sciences du langage. Depuis 1984, Jean-Michel Adam, qui a choisi Lausanne comme poste d’observation des débats franco-français et internationaux portant sur les aspects linguistiques de la littérarité, à travers plus d’une dizaine d’ouvrages et d’innombrables articles, a édifié sur cet objet une œuvre critique considérable qui se signale par son acuité et sa densité. Une œuvre qui, prenant en compte les travaux développés sur les mêmes objets par d’autres chercheurs, se signale aussi par sa cohérence intrinsèque et sa cohésion formelle, qui pourrait donc être définie comme une « entité autonome de dépendances internes », c’est-à-dire comme une structure selon la définition de Louis Hjelmslev.

2Cette dimension du travail de l’auteur est marquée ici par le retraitement ou le recyclage de textes antérieurement publiés, sur lesquels se pose un regard autocritique à des fins mélioratives. Sous cet aspect, et sans préjuger des travaux futurs qu’il entend encore mener, Jean-Michel Adam propose dans son nouvel ouvrage une synthèse de la réflexion qui l’amène à dépasser les cloisonnements doxiques selon lesquels il existerait des textes littéraires (romans, poésie, théâtre, etc.) et des textes non littéraires (faits divers, publicités, discours politiques, etc.). Ainsi propose-t-il un « décloisonnement raisonné des sciences humaines et sociales » (p. 12) puisque c’est par le discours que se développent ces deux branches de la connaissance. Et l’on voit ici l’auteur revendiquer le même « remembrement » du savoir que celui que Tzvetan Todorov réclamait en 1978 dans Les genres du discours (Paris, Éd. Le Seuil).

3Ce point de départ, clairement signalé dans une introduction qui pose la question des rapports des textes et des genres discursifs, permet à Jean-Michel Adam de retracer ensuite l’itinéraire de sa navigation parmi les œuvres de Mikhaïl Bakhtine, de la Textlinguistik allemande, de Dominique Maingueneau et de François Rastier, et de mettre en place sa conception de la généricité, c’est-à-dire du degré d’appartenance d’un récit à tel ou tel genre. De même que, pour nous, il existe dans le langage une rhétoricité fondamentale que le discours met en œuvre, évaluable d’un degré zéro jusqu’à sa saturation figurale, pour Jean-Michel Adam : « Les textes réalisés se situent sur un gradient de typicalité allant d’exemples qui actualisent maximalement la catégorie définie à des exemples périphériques qui ne sont que partiellement conformes » (p. 26). C’est donc à un relativisme classificatoire (et définitoire) de bon aloi qu’invite l’auteur, et qu’il illustre par ailleurs fort bien en montrant qu’un même schéma syntaxique peut convenir à plusieurs genres et que leurs marques sont donc polyfonctionnelles (ainsi des intensives consécutives étudiées en détail dans l’argumentation publicitaire et des insultes rituelles, les « vannes », qui s’échangent dans certaines communautés sociales (pp. 34-42). À la suite de cette (re)mise en perspective, cinq chapitres donnent à Jean-Michel Adam les moyens de balayer un large espace de discours narratifs et d’en spécifier les caractéristiques textuelles au moyen de ce concept de généricité. Ce sont d’abord la légende et l’histoire tragique qui sont illustrées dans des textes d’Albert Camus (une pièce de théâtre de 1949 : Les Justes) et de Jean-Pierre Camus (un extrait des Récits historiques de 1643). Jean-Michel Adam, après avoir défini les bases sémantiques et compositionnelles, puis les composantes pragmatiques de la narrativité, y détaille les mécanismes de leur effet sur le lecteur, ce qui lui permet de poser ses principes d’une narratologie textuelle et discursive à fondement linguistique en approfondissant la position de Dominique Combe (Poésie et Récit, Paris, J. Corti, 1989). Le second chapitre aborde le genre des récits de presse, par la brève, le fait divers et l’anecdote, et se compose de trois études. La première traite des « Nouvelles en trois lignes » de Félix Fénéon.

4Jean-Michel Adam récuse les retraitements éditoriaux dont ces textes aussi admirables que compendieux ont été l’objet depuis Jean Paulhan et consorts. En prenant ces écrits pour ce qu’ils sont originairement, dans leur brièveté et leur décontextualisation, Jean-Michel Adam étudie d’abord les fondements intentionnels de leur action narrative, puis les désordres du récit causés par le choc de la causalité événementielle et de l’action intentionnelle, ce qui lui permet d’envisager le passage du genre de la brève (« molécule de base de l’information narrative », p. 122) à celui de l’article de fait divers. La seconde étude s’attache aux manières de raconter une catastrophe naturelle et au passage de l’événement au récit. L’auteur y détecte l’importance de la construction passive, dont il se demande si elle ne constituerait pas une matrice narrative, d’autant que trois quarts d’entre elles (p. 128) comportent l’expression de l’agent en fin de phrase, ce qui confère une mise en valeur immédiate à ce dernier. Le quart restant, phrases passives avec ellipse de l’agent, accentue l’état résultant de la catastrophe. Dans les deux cas, Jean-Michel Adam constate que « les possibilités offertes par la construction passive permettent micro-linguistiquement d’agir […] sur la perception “motionnelle” des faits par le lecteur » (p. 131). La troisième étude, bien plus brève, porte enfin sur le genre de l’anecdote envisagé entre journalisme et littérature grâce à Guillaume Apollinaire (journaliste) et Albert Camus (L’Étranger, Le Malentendu). Le troisième chapitre, dans lequel Jean-Michel Adam retrouve Dominique Combe, Franck Neveu et s’écarte d’Yves Bonnefoy, met en question poème, récit et narrativité. En notant le « double jeu d’hybridation générique et compositionnelle » dont le poème peut être l’objet, l’auteur récuse l’assertion selon laquelle le poème ne serait que narratif et illustre son propos par des textes de Raymond Queneau, de Francis Ponge et de Charles Baudelaire, ce qui l’amène à poser les conditions et degrés de narrativisation du poème (p. 165), notamment dans le Spleen de Paris opposé à deux textes des Petits poèmes en prose, et aux Fleurs du mal (« À une passante »). pour illustrer le statut du poème entre récit et tableau, Jean-Michel Adam choisit d’étudier deux poèmes de Paul Verlaine (« Promenade sentimentale ») et de Guillaume Apollinaire (« Automne »), avant de s’intéresser au collage de faits divers dans le poème surréaliste. En s’appuyant sur des textes d’André Breton (« Le revolver à cheveux blancs », « Violette Nozière(s) », « Une maison peu solide » ou les clausules de Nadja (1928) et L’Amour fou (1937)), il montre comment, par des effets de « désancrage référentiel » du titre, notamment, se mettent en place des « procédures de recharge sémantique d’un récit, en apparence platement informationnel et journalistique » (p. 195). Le quatrième chapitre traite du récit dans le discours politique à travers des exemples – oraux et écrits – empruntés à un général américain (Vernon Walters) qu’interviewe Pierre Desgraupes, à Laurent Fabius, Jacques Chirac, et Valéry Giscard d’Estaing. L’auteur y développe sa conception tripolaire des discours politiques, dans lesquels logos (raison), pathos (passion) et ethos (mœurs), assurent tour à tour la dominante énonciative de la narration. Le dernier chapitre aborde le genre du théâtre et la question du monologue narratif : comment raconter en co(n)texte dialogal ? Molière, Pierre Corneille, Jean Racine et Samuel Beckett (à titre de contre-exemples) sont ici à l’appui de la démonstration à l’issue de laquelle, reprenant à gros traits les conclusions anciennes de Jacques Schérer (La dramaturgie classique en France, Paris, Nizet, 1966), Jean-Michel Adam peut poser les « trois lois du genre du monologue narratif classique » : la loi d’information ou de pertinence référentielle ; la loi d’économie ou d’homogénéité textuelle ; et, enfin, la loi de motivation ou de pertinence interactionnelle. Si Molière, Pierre Corneille et Jean Racine illustrent bien ces trois lois qui font essentiellement de la mise en scène de l’événement une mise en récit, Samuel Beckett propose l’exact contrepied de ce modèle en faisant des « échanges verbaux » et de « l’aventure du langage » « la trame événementielle » de ce théâtre de l’absurde (p. 295).

5Au terme de ce parcours si fermement argumenté et précisément illustré, la conclusion peut surprendre par sa brièveté et sa concision. En à peine trois pages, Jean-Michel Adam résume le sens de sa démarche et en subsume les résultats dans une formule d’une rare pertinence et d’une acuité tranchante : « Toute forme textuelle narrative doit nécessairement s’inscrire dans un genre alors que les genres n’ont pas l’obligation d’adopter la forme narrative de mise en texte » (p. 297). Certes, comme l’auteur le reconnaît lui-même, les pages précédentes n’ont pas saturé l’ensemble des genres narratifs possibles, mais les analyses et conclusions auxquelles il a abouti permettent de tirer de l’ensemble observé ce relativisme de bon aloi, évoqué en introduction de ces lignes, auquel, en notre époque hyper-technicienne et sans véritable conscience critique, il serait bon que tout un chacun souscrive. Si la dénomination de sciences du langage a un sens aujourd’hui, c’est bien celui-là : « L’analyse de discours ne s’applique pas plus uniformément que la stylistique ou quelque autre démarche analytique à toutes les pratiques discursives. L’approche doit être différenciatrice et contrastive » (p. 298). Et ce n’est certainement pas le rédacteur de ces lignes qui s’inscrirait en faux contre une formulation aussi forte que ce qui suit : « On reproche trop souvent et justement à la linguistique d’être une boîte à outil destinée à des usages indifférenciés. La démarche d’analyse textuelle a précisément pour but de fournir une théorie d’ensemble minimale, permettant de lier l’analyse du général (procédures de textualisation et genres de discours) et l’analyse du particulier (singularité de chaque texte) dans l’espoir de rendre compte de ce qui importe prioritairement : la production co(n)textuelle de sens » (ibid.). Une seule remarque, pour finir, et nuancer notre appréciation, en prenant en compte le regret exprimé par l’auteur de laisser de côté un certain nombre d’autres textes : l’ensemble d’objets ici envisagé soutient parfaitement la thèse développée par Jean-Michel Adam, qu’en serait-il cependant à partir de textes de Gédéon Tallemant des Réaux, Robert Challe, François de La Rochefoucauld, Saint-Simon, Alain-René Lesage, Alfred de Vigny, voire Alphonse Allais ? Question rhétorique probablement, mais qui rend compte des difficultés de modélisation d’objets scripturaux aux stratégies fonctionnelles infiniment variables et variées. Complété par des références bibliographiques de plus de 400 titres, auxquelles il serait indélicat de reprocher quelques rares omissions (Pierre Larthomas, Bernard Dupriez, Hans Robert Jauss, Peter Szondi ?), soigneusement typographié et corrigé, à l’exception de quelques non moins rares et inexplicables macules (« Bordon », au lieu de « Bordron », p. 305), l’ouvrage de Jean-Michel Adam se recommande d’ores et déjà comme une somme d’expériences et une synthèse de connaissances très dense et utile dont tout analyste de texte ne peut se permettre aujourd’hui d’ignorer l’existence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Jean-Michel Adam, Genres de récits. Narrativité et généricité des textes », Questions de communication, 22 | 2012, 331-334.

Référence électronique

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Jean-Michel Adam, Genres de récits. Narrativité et généricité des textes », Questions de communication [En ligne], 22 | 2012, mis en ligne le 08 janvier 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/6988

Haut de page

Auteur

Jacques-Philippe Saint-Gerand

ceres, université de Limoges
jacques-philippe.saint-gerand@unilim.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page