Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Technologies

Jacques Perriault, Céline Vaguer, dirs, La norme numérique. Savoir en ligne et Internet

Paris, cnrs Éd., coll. Communication, 2011, 269 p.
Alexandre Eyries
p. 364-366
Référence(s) :

Jacques Perriault, Céline Vaguer, dirs, La norme numérique. Savoir en ligne et Internet, Paris, cnrs Éd., coll. Communication, 2011, 269 p.

Texte intégral

1La norme numérique. Savoir en ligne et Internet est un ouvrage collectif qui a été dirigé par Jacques Perriault, professeur émérite en sciences de l’information et de la communication à l’université de Paris Ouest-Nanterre La Défense, et par Céline Vaguer, maître de Conférences en sciences du langage à l’université de Toulouse-Le-Mirail. Ce livre est sous-tendu par une problématisation originale et s’intéresse à un domaine fort peu connu qui est celui de la normalisation des échanges de données sur l’internet en fonction de critères communs, de protocoles et de lois organisationnelles partagées et à la légitimité communément admise. Avant même que des flux de données de toute nature (culturelle, commerciale, scientifique, etc.) ne puissent commencer à circuler librement et facilement sur Internet, il faut au préalable qu’au sein de certaines organisations pluripartites, l’unanimité ait été faite autour d’un ou de plusieurs standard(s) qui seront ensuite largement adoptés par des groupes d’utilisateurs qu’on appelle normes. Ces normes sont dites numériques lorsqu’un large consensus international recommande leur utilisation. Le grand mérite de cet ouvrage est de montrer que la question de la norme est centrale dans la société contemporaine et qu’elle est foncièrement pluridisciplinaire, ne concernant pas uniquement l’industrie et l’informatique, mais également les sciences humaines et sociales dans leur ensemble, qu’il s’agisse du droit, de la sociologie, de la psychologie, des sciences de l’information et de la communication, de la science politique ou encore de l’économie.

2L’avant-propos de l’ouvrage – rédigé conjointement par Jacques Perriault et Céline Vaguer – illustre avec beaucoup de pertinence l’omniprésence des normes dans le monde actuel et leur double apport : « La multiplication croissante des réglementations, nationales, européennes, mondiales, ainsi que le développement des technologies de l’alimentation, de la sécurité, et des télécommunications confèrent aux normes et standards et aux institutions qui les élaborent un double rôle de construction d’un langage commun, notamment par des systèmes partagés de description de données, et de régulation des productions et des échanges mondiaux » (p. 9). Exploitant au maximum les ressources et les performances des systèmes informatiques, le processus de normalisation n’intéresse pas seulement les artefacts (ou effets artificiels) mais aussi et surtout les individus. Cet ouvrage collectif – confrontant le savoir en ligne et l’internet – comporte trois parties consacrées respectivement à l’élaboration de la norme numérique (dans le cadre de l’apprentissage en ligne, dans un contexte multiculturel, ou encore, sur le plan des droits d’auteur et des libertés individuelles), à l’apport des sciences humaines et sociales (notamment de la psychologie cognitive, de la sociologie et de l’économie) et enfin à l’éthique dans son rapport avec les institutions politiques et les libertés publiques (abordant les questions du vote électronique, de la protection de la vie privée sur l’internet et, enfin des valeurs mises en œuvre sur les plateformes numériques). Dans l’introduction intitulée « Normes numériques, éthique et sciences sociales », Jacques Perriault écrit que la question de la normalisation accompagne un changement sociétal important et un bouleversement dans les mentalités amenant l’opinion publique à s’émouvoir « des nombreux dispositifs numériques qui servent aujourd’hui à la traçabilité des personnes » (p. 11) et à s’insurger contre l’utilisation abusive des données personnelles du public (le plus souvent à son insu), « lors d’un trajet en métro, par exemple, avec le passe Navigo [ou] sur les réseaux sociaux tels que MySpace ou Facebook » (ibid.). La notion d’industrie de la connaissance désigne l’ensemble des opérations qui concourent à la production et à la circulation des connaissances. Ce concept porteur – conjoignant la fabrication des supports de savoir et leur mobilité – permet de rappeler que « des règles régissent la forme et le mode de circulation de ces informations dans les ordinateurs et sur les réseaux numériques » (p. 12), ce que, bien souvent, le grand public ignore.

3Après une décennie (2000-2010) d’hésitations, de tâtonnements et d’expériences diverses, le comportement des utilisateurs, leur diversité ainsi que leurs attentes spécifiques ont fini par être pris en compte par les instances internationales : « Aujourd’hui les normes numériques concernent la quasi-totalité des activités humaines et régissent les échanges d’informations de toutes sortes sur la planète. Elles sont devenues un élément incontournable pour réguler la mondialisation » (p. 13). Il est d’ailleurs à signaler que, dès les origines, la normalisation a accompagné et favorisé le développement des ordinateurs, des télécommunications et de l’internet : « Sans ces normes techniques, il aurait été impossible de glisser une disquette d’un ordinateur dans un autre et de la lui faire lire ; il n’aurait pas été possible […] de rendre Internet accessible aux ordinateurs les plus divers, qui […] respectent tous depuis un quart de siècle les standards html et tcp-ip, pour communiquer » (p. 14). La normalisation numérique inclut depuis de nombreuses années l’homme dans la conception de règles techniques. C’est la raison pour laquelle les « normes et les standards ont comme objectif le vivre ensemble et relèvent en tant que tels du champ de la communication » (p. 14). Yolaine Bourda s’est intéressée à la constitution des normes dans le cadre de l’apprentissage en ligne, précisant à l’occasion que les ressources numériques de qualité sont longues et coûteuses à produire. Les moteurs de recherche « plein texte » ayant montré leurs limites, « la solution réside donc dans l’indexation des ressources pédagogiques par des métadonnées [qui] sont des informations de nature sémantique relatives à des ressources, ce sont des données décrivant des données » (p. 33). Le catalogue d’une bibliothèque fournit un exemple concret d’utilisation des métadonnées pédagogiques par le biais « des informations sur les livres et leur contenu (mots-clés, auteur, isbn, étagère, état…) » (ibid.). Considérant les droits d’auteur et la liberté des échanges sur Internet, Michel Arnaud explique que, de nos jours, les outils numériques ont induit un rapport « au savoir […] beaucoup plus conflictuel que par le passé car il se trouve au cœur du processus de partage des richesses et des rapports d’exploitation. Maintenant, les savoirs fongibles et ne garantissent plus un statut social » (p. 90). La propriété intellectuelle – en tant que bien immatériel – tend de plus en plus à être contrôlée, contrainte, restreinte par le biais de processus visant à payer l’auteur-producteur pour jouir de tout ou partie de son bien immatériel. Soucieux de ne pas voir une approche à la Google phagocyter toutes les procédures d’accès au savoir, l’auteur du chapitre appelle de ses vœux une « politique européenne de soutien à l’édition automatique de métadonnées sous forme de développement de routines standardisées » (p. 99).

4Bien que d’un accès parfois ardu et bien que faisant référence à des contenus conceptuels et technologiques d’une grande complexité, cet ouvrage a l’immense qualité de s’affronter à la notion – jusqu’alors quasiment inconnue, à l’exception des seuls spécialistes – de norme numérique qui permet de prendre « en charge les attentes des utilisateurs, leurs comportements intellectuels, leurs pratiques culturelles » (p. 239). Le livre dirigé par Jacques Perriault et Céline Vaguer prend pour objet le processus de normalisation et souligne que ce dernier participe d’un mouvement de réflexion d’ampleur planétaire auquel participent de nombreux pays dans le monde et, parmi eux, des pays émergents issus du continent africain. La dimension éthique du concept de normalisation réside principalement dans la volonté revendiquée de lutter contre la fracture numérique et de permettre à chacun – quels que soient son pays ou sa condition – d’accéder aux outils numériques et, par-delà, aux ressources culturelles dont ils sont à la fois les garants et les dépositaires. Dans la conclusion, Jacques Perriault forme le vœu de voir dans un proche avenir « un élargissement des espaces de bien commun grâce aux techniques numériques » (p. 240) et une meilleure prise en compte de la normalisation numérique en tant qu’«objet scientifique et […] instrument démocratique au service du politique » (ibid.). Puisse ce vœu devenir réalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Eyries, « Jacques Perriault, Céline Vaguer, dirs, La norme numérique. Savoir en ligne et Internet », Questions de communication, 21 | 2012, 364-366.

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Jacques Perriault, Céline Vaguer, dirs, La norme numérique. Savoir en ligne et Internet », Questions de communication [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/6804

Haut de page

Auteur

Alexandre Eyries

I3M, université de Nice Sophia Antipolis
alex.eyries@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page