Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Technologies

Malo Girod de l’Ain, 2010 Futur Virtuel

M21 Éd., coll. Société, 2005, 250 p.
Gilles Boenisch
p. 363-364
Référence(s) :

Malo Girod de l’Ain, 2010 Futur Virtuel, M21 Éd., coll. Société, 2005, 250 p.

Texte intégral

1Publié en 2005, il est intéressant de parcourir cet ouvrage riche en perspectives annoncées pour la période actuelle. Exclusivement prospectifs, les propos de Malo Girod de l’Ain semblent encore tout à fait d’actualité, puisque les bouleversements qu’il annonce pour 2010 sont toujours en marche, mais semblent plus lents que prévu sur les aspects les plus radicaux. La thèse de cette recherche est divisée en deux grandes thématiques : l’accélération des changements dus aux avancées technologiques, puis l’utilisation croissante du « virtuel ». Les questions que pose d’entrée de jeu Malo Girod de l’Ain restent en filigrane jusqu’à la fin de l’analyse, aussi bien dans la première partie strictement analytique (pp. 19-82), que dans la seconde qui achève l’ouvrage de manière ludique sous la forme d’un roman d’anticipation (pp. 83-205) : « Quelles évolutions prévoir ? Pouvons-nous commencer à les appréhender dès aujourd’hui ? Saurons-nous les maîtriser ? Quels nouveaux univers de vie et de liberté s’ouvriront à nous ? De nouvelles pratiques, de nouvelles intelligences collectives nous permettront-elles de faire face aux défis qui s’annoncent, de comprendre comment naviguer sur les océans numériques dans lesquels nous baignons ? » (p. 15).

2L’ambition de cette recherche va au-delà des constatations habituelles, puisque les thèmes abordés traitent de l’émergence de paradigmes que l’on pourrait rapprocher de la science-fiction. Néanmoins, à la lecture des arguments, cela a du sens. Plus encore que l’on pourrait initialement le croire. La mise en perspective donne cet indéniable avantage de pouvoir raccorder le futur proche décrit – qui est dépassé au moment d’écrire ces lignes – et d’un plus lointain qui n’est finalement plus si distant, questionnant parfaitement l’impact des technologies actuelles sur les générations suivantes. Les préoccupations sont variées et traitent de l’émergence de l’intelligence collective, du rapprochement entre intelligence biologique et intelligence non biologique, de la rencontre et de la proximité avec des êtres virtuels, du clonage informatique et biologique, de l’évolution de l’individualisme de groupe, de l’arrivée des robots vivants, des nanobots et de la nanotechnologie, de l’immortalité pour les générations suivantes.

3Le postulat initial est que l’internet est passé de produit technologique obscur à premier média d’information de travail mondial. Nos modes de travail, de divertissement et de pensée ont évolué en parallèle des moyens technologiques mis en œuvre. Un type d’évolution profonde qui devrait se reproduire en s’accélérant. La première approche (pp. 19-28) tente d’expliciter et de représenter ces bouleversements qui arrivent et qui sont déjà le fait de pionniers aux avant-postes de ces changements en cours. L’internet et le virtuel y sont décrits comme une planète inexplorée, ou encore le septième continent encore difficile d’accès. Progressivement, la question dérive vers l’imagination humaine qui a su concevoir cette virtualité et qui « créera d’innombrables facettes qui pourront être mises en scène, développées » en réponse à un besoin de curiosité insatiable toujours plus grand. Ces territoires virtuels sont décrits comme la clé pour agir, dialoguer, vivre en de multiples lieux, successivement ou en même temps.

4On découvre que de nombreuses communautés de l’internet se transformeront en des univers complets, avec règles de vie, des représentations des participants, des rencontres, des dialogues qui leur sont spécifiques. Des univers qui se développeront dans tous les domaines. En parallèle à ces développements virtuels, les moyens de communication et leur utilisation vont littéralement exploser, en faisant naître des possibilités de communication et d’interaction quasi permanente avec tout ce qui nous entoure. Cela semble préfigurer l’émergence d’une nouvelle intelligence collective qui sera le lieu de « production, invention, capitalisation collective et souvent de façon accélérée » (p. 25). Une intelligence à partir de laquelle « nous sommes tous, collectivement, devenus un média, un média participatif, ouvert, créatif, intelligent et actif » qui engendre des innovations étonnantes et renouvelle fortement les conceptions dans de nombreux domaines (p. 26).

5Plus loin, Malo Girod de l’Ain tente de décrypter comment appréhender ces évolutions et leurs conséquences. Il en ressort une abolition du temps et des distances, par une globalisation de l’immédiateté où le passé, le présent et le futur fusionneront (p. 40). L’humanité deviendra partie prenante du réseau, avec les corps qui deviendront progressivement de simples relais, profitant de l’ère d’abondance qu’offrira le virtuel. La notion de village planétaire prendra enfin tout son sens, où nous serons tous reliés par des liens nouveaux tissés au sein du réseau et qui s’étofferont au rythme d’évolutions rapides (pp. 29-38).

6Nous découvrons ensuite un passage qui traite des conséquences prévisibles de ces évolutions, l’apparition de nouvelles libertés, de nouvelles philosophies, de nouvelles croyances, de nouvelles intelligences (pp. 39-60). Puis l’auteur s’attelle à une présentation des évolutions lointaines et engage une réflexion sur le futur de l’humanité avec certains rapprochements étonnants entre bouleversements technologiques et mouvements philosophiques et religieux (pp. 61-84). Malo Girod de l’Ain insiste sur l’importance d’une prise de conscience rapide de ces bouleversements majeurs en suggérant la mise en place de groupes d’analyse et d’autorités de régulation au niveau mondial. « La capacité du changement accélère tellement, que bientôt, son rythme pourra rendre impossible toute régulation, faute de préparation suffisante. Une constitution et un gouvernement mondiaux s’imposeront probablement comme une solution nécessaire, mais aurons-nous le temps et la volonté de les mettre en œuvre ? » (p. 17).

7Cependant, malgré les forts bouleversements des perspectives envisageables, Malo Girod de l’Ain semble optimiste en démontrant que, bien souvent, des solutions innovantes sont trouvées aux problèmes du moment. En revanche, il admet, et c’est l’un des objectifs du livre, qu’émerge enfin une prise de conscience au niveau de la société tout entière, des conséquences des changements forts en cours qui peuvent être vraiment dramatiques si non maîtrisés. Enfin, en guise de partie conclusive, Malo Girod de l’Ain consacre une seconde et importante partie à une approche romanesque. Celle-ci consiste « en un grand voyage en 2010 » qui illustre dans un registre moins formel les propos développés dans la première partie analytique. Une manière d’imaginer ce que pourrait être le quotidien de notre futur proche, non sans humour. Évidemment, on y retrouve les traits de bons nombres d’éléments actuels, mais bien souvent cette extrapolation va beaucoup plus loin, et de ce fait reste en 2012 encore une préfiguration de ce qui pourrait encore venir. On apprécie d’ailleurs cette partie, car elle a le mérite de mettre en valeur des aspects sociologiques et techniques précis qui ne sont qu’effleurés dans la première approche plus transversale. Finalement, même si cet ouvrage date, il a l’excellent potentiel de ne pas le révéler par des propos qui sont plus que jamais d’actualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Boenisch, « Malo Girod de l’Ain, 2010 Futur Virtuel », Questions de communication, 21 | 2012, 363-364.

Référence électronique

Gilles Boenisch, « Malo Girod de l’Ain, 2010 Futur Virtuel », Questions de communication [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2012, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/6802

Haut de page

Auteur

Gilles Boenisch

CREM, université de Lorraine
gilles.boenisch@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page