Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Sociétés

Francis Lalanne, Révoltons-nous

Cergy-Pontoise, InLibro Veritas, 2011, 156 p. À télécharger, licence Art Libre : http://www.ilv-bibliotheca.net/pdf_ebook_gratuit/revoltons-nous.pdf).
Gilles Boenisch
p. 349-351
Référence(s) :

Francis Lalanne, Révoltons-nous, Cergy-Pontoise, InLibro Veritas, 2011, 156 p. À télécharger, licence Art Libre : http://www.ilv-bibliotheca.net/pdf_ebook_gratuit/revoltons-nous.pdf).

Texte intégral

1Révoltons-nous est un ouvrage que nous n’attendions pas, mais qui ne semble pas moins indispensable dans la compréhension du climat politique actuel. Habitué au succès musical populaire et aux frasques médiatiques atypiques, Francis Lalanne signe cet ouvrage comme un manifeste « destiné à ceux qui ne veulent plus courber l’échine, à tous ceux qui ne sont plus dupes, à tous ceux qui veulent résister : se révolter » (p. 156). Principalement axé sur la problématique française, sans toutefois y rester cloisonné, ce livre, foncièrement polémique, a le mérite d’analyser qualitativement la problématique du changement de paradigme politique qui semble à bout de souffle en ce début du XXIe siècle. Une position partagée par de multiples auteurs, altermondialistes, ong, anonymes, qui constatent tous que le système n’est plus adapté aux citoyens, mais sert une certaine élite bien loin des préoccupations de l’ensemble de la population : « Nous confions la chose publique à des intérêts privés ; spoliant chacun d’entre nous de son rôle de citoyen. Rôle qui devrait être celui de gouverner l’État ». Effectivement, si l’on examine les faits récents de la dernière investiture, le système semble conçu de telle manière que ce qui devrait être le gouvernement de tous devient en réalité le gouvernement d’un seul. « Le système est tout simplement le contraire de la république », « la République n’est pas une république, mais tout simplement une monarchie constitutionnelle » (p. 19).

2On peut donc penser que le but du système n’est plus de s’améliorer, mais de se maintenir : « L’élu ne cherche plus à garantir les droits humains mais à demeurer en place ». « L’imposture est que l’élu du peuple aujourd’hui ne sert plus les intérêts du peuple, mais ceux de son clan, de son groupe […] et lorsqu’il arrive au pouvoir il devient sourd à la voix qui l’a élu » (p. 21). D’ailleurs, nul ne craint plus l’opinion publique qui se retrouve instrumentalisée entre ceux qui votent et sont obligés de choisir entre les invariables postulants, et ceux qui ne votent pas, en refusant de sélectionner dans ce qu’on lui propose de manière toujours identique. Une réalité concrète sous-jacente, qui concerne chaque électeur en puissance et confirme ce que Francis Lalanne dit clairement : « Il n’est que trop clair que celle ou celui qui sera élu aux prochaines élections présidentielles, qu’il soit de l’un ou de l’autre des partis ayant produit des élus […] ne pourra être, dans le système actuel, qu’un tyran au sens propre du terme  (p. 37). Pourtant il est évident que dans une république, le seul souverain c’est le peuple et il doit le rester, même si le système inadapté semble l’en empêcher. Francis Lalanne en appelle donc à la révolution, une révolution sage, tranquille, saine, sereine et heureuse dans la paix constitutionnelle, par laquelle il suggère une révolte par le vote (pp. 38-45).

3Il critique également les tenants et les aboutissants de la crise, où ceux qui en sont responsables mettent en place une sournoise trouvaille : l’austérité. « Une belle invention du pouvoir financier pour se maintenir en place, où seuls les pauvres et les classes moyennes sont touchés ». Cela se matérialise quotidiennement par la diminution des retraites, l’augmentation des impôts, l’augmentation des charges, de l’énergie, le déremboursement des médicaments, la multiplication des taxes directes et indirectes, etc. Au même moment, ces États qui plaident unilatéralement pour l’austérité, cautionnent et alimentent considérablement les pouvoirs financiers les exonérant de leurs mauvaises opérations, tout en profitant de la garantie avantageuse de subvenir aux besoins consécutifs du système politique. Tout naturellement, Francis Lalanne s’interroge : « Que penser, dans ce nouveau monde, de ceux qui veulent aujourd’hui prêcher l’austérité plutôt que le bien collectif ? […] Une société qui condamne les plus faibles à l’effort pour préserver l’intérêt des plus forts ; une société sans confiance et sans solution pour les plus défavorisés que d’aggraver leurs conditions d’existence ; une société dont les intérêts préservés par le système ne sont pas ceux de la majorité des citoyens du monde, mais, hélas, ceux de la minorité à qui les peuples ont confié leur avenir » (p. 51).

4Plus loin, il ne manque pas de pointer de manière incisive et documentée le manque de crédibilité de l’ensemble de la classe politique en dénombrant tous les exemples récents de tromperie, de dérapages, de mauvaise foi, d’abus et de corruption, jusqu’aux activités exclusives opérées en toute impunité, tout en suivant le précepte « faites ce que je dis, pas ce que je fais ». Paradoxalement, les politiciens n’hésitent pas à criminaliser et à réprimer sévèrement ces mêmes actes quand ils ne sont pas l’objet des membres de leurs rangs, mais le fait de simples citoyens (pp. 53-71). Francis Lalanne estime donc qu’il « ne faut plus nous laisser berner, manipuler par la pensée toute faite que nous impose le pouvoir médiatique dans son ensemble, et qui n’a qu’un seul but : lobotomiser notre conscience ! » (p. 72).

5Malheureusement, nous ne pouvons que partager son avis quand il affirme que la majorité de la population a perdu son aptitude à se révolter, à la fois aveuglé par les multiples discours pseudos-contradictoires et les formes de culpabilisation qui lui font admettre qu’il a une part de responsabilité non négligeable à tous les problèmes de la société (pp. 108-109). Pourtant, il rappelle vigoureusement que le peuple jouit d’un droit fondamental de résistance à l’oppression, inscrit dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Il est donc de notre devoir de ne plus accepter que les élus ne cessent de franchir le seuil du tolérable pour empêcher tout dialogue, mais surtout de réduire peu à peu la liberté des citoyens. Ainsi de nombreuses lois oppressives sont-elles « décrétées » dans l’urgence pour faire obstacle par tous les moyens à la simple expression d’un contre-pouvoir populaire. En ce sens, Francis Lalanne considère qu’il « est temps que chacun d’entre nous retrouve cette envie, cette joie, cette fierté de France qui fut si longtemps l’apanage de notre Nation. Et pour ce faire il ne faut plus que l’État étouffe notre peuple sous une bulle opaque de lois sans autre fondement que les besoins particuliers de ceux qui nous gouvernent, et leur nécessité de garantir la survie du système contre leurs propres électeurs. Cette situation ne peut plus, ne doit plus durer ! Il faut nous révolter ! Il nous faut nous unir pour délivrer la France du piège institutionnel dans lequel elle s’est précipitée elle-même. Il faut nous révolter ! » (p. 94). Sans surprise, Francis Lalanne propose de réformer le système pour passer à une Sixième République plus juste, plus égalitaire et plus préoccupée de ses citoyens. Il décrit également l’instrumentalisation de la sphère médiatique qui ne fait que relayer des campagnes de culpabilisation où seuls les clivages politiques gauche-droite coexistent et s’approprient la garantie de pérennité en maintenant de manière permanente un conflit qui divise pour mieux régner (pp. 113-116). Au fur et à mesure des arguments, on constate bien qu’il « s’agit d’un monde endoctriné par l’idéologie régnant qui est celle de la pensée unique. Celle d’un système qui, pour se maintenir, s’est drapé d’un lin blanc des idéologies reçues pour s’en faire une probité candide » (p. 117). Il est vrai qu’aujourd’hui, il n’y a plus de réelle opposition revendiquant un changement politique et sociétal différent.

6Plus loin, Francis Lalanne tente de dresser les qualités idéales d’un futur président qui serait pour lui une femme : honnête, intelligente, courageuse, incorruptible, dévouée, énergique, humble, à l’écoute, inventive, impartiale, imaginative, intègre, disponible, désintéressée, libre de toute entrave politicienne ou idéologique (p. 121). Il explique aussi que le système actuel empêcherait toute candidature par le principe abusif des 500 signatures publiques qui verrouille toute possibilité pour un simple citoyen d’accéder aux responsabilités sans l’investiture d’un appareil institutionnel, impliquant unilatéralement le parrainage et le mandat d’un parti. : « Le principe […] me semble relever simplement d’un protocole de clan c’est-à-dire d’une méthode mafieuse » (p. 121). Il plaide tout naturellement pour « une France nouvelle, une France réelle » : « Pas cette France qui, par le pouvoir donné à la discrimination, crée dans la conscience collective une population de regardés et une population de regardants… Pas la France de la peur de l’autre et de la xénophobie à laquelle la dictature médiatique veut nous inféoder… Pas cette France des privilèges qui appauvrit les pauvres pour enrichir les riches à l’image d’un monde auquel elle s’est opposée par la voix de ses principes constitutionnels et philosophiques tout au long de son histoire républicaine. Pas la France du mensonge et de la corruption dont nous donne plus que jamais l’exemple le monde politicien… Mais la France libre, équitable et fraternelle qu’il nous faut bâtir ensemble si nous voulons rester la France ! » (pp. 122-123).

7Finalement, la question qui ressort de ce plaidoyer, est celle des priorités et de la légitimité des élus qui gouvernent, en regard de la place du citoyen qui ne peut que subir le système sans réellement s’y intégrer. Le ressentiment que cela fait ressurgir au moment même des échéances électorales pose plus que jamais la question du choix qui semble insoluble sans changement radical de paradigme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Boenisch, « Francis Lalanne, Révoltons-nous », Questions de communication, 21 | 2012, 349-351.

Référence électronique

Gilles Boenisch, « Francis Lalanne, Révoltons-nous », Questions de communication [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2012, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/6789

Haut de page

Auteur

Gilles Boenisch

CREM, université de Lorraine
gilles.boenisch@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page