Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Cyril Lemieux, dir., La subjectivité journalistique

Paris, Éd. de l’ehess, coll. Cas de figure, 2010, 315 p.
Vincent Goulet
p. 333-336
Référence(s) :

Cyril Lemieux, dir., La subjectivité journalistique, Paris, Éd. de l’ehess, coll. Cas de figure, 2010, 315 p.

Texte intégral

1La subjectivité journalistique est d’abord un livre de sociologie des professions, en l’occurrence du journalisme. Une série d’études de cas relativement détaillées dresse un panorama des transformations des conditions d’exercice de cette activité. Les journalistes sont-ils aujourd’hui les rouages d’une machine médiatique asservie à la logique marchande, comme le dénonce une certaine critique des médias, ou sont-ils « absolument libres » comme semblent persister à le croire certains ? Si l’introduction force les traits de l’alternative, ménageant ainsi à moindre frais un appel salutaire à plus de subtilités sociologiques, c’est principalement cette question de l’autonomie, des « marges de manoeuvre » des journalistes, qu’explorent les différentes contributions de l’ouvrage en cherchant à distinguer ce qui relève de l’individu, des valeurs et des trajectoires personnelles et de ce qui relève de l’organisation des rédactions, des injonctions hiérarchiques ou des changements organisationnels des entreprises de presse. Malgré leur format un peu court pour permettre toujours à l’analyse d’aller à son terme, chaque chapitre apporte un éclairage pertinent sur le métier journalistique. Cependant, le cadrage théorique général peut laisser le lecteur sur une certaine frustration, et ce pour deux raisons : d’une part, l’évitement systématique des concepts de la sociologie de Pierre Bourdieu (comme habitus ou champ), qui auraient pu être opérants pour décrire et expliquer le fonctionnement de ces espaces de production de biens symboliques, conduit à un « rendez-vous scientifique raté ». La frustration est d’autant plus vive que les fondamentaux sociologiques utilisés par Cyril Lemieux – que l’on pourrait qualifier de « pragmatiste durkheimien » – ne sont pas si étrangers aux théories de Pierre Bourdieu et qu’elles auraient pu être discutées sur ces terrains, quitte à être précisées ou reformulées. La seconde raison est que l’appareil théorique proposé, s’il apporte des éclairages précieux sur les conduites des journalistes, n’a pas toujours une force explicative évidente en se cantonnant à une approche pragmatiste qui minore l’importance, tout en les décrivant, les cadres institutionnels.

2Cette contradiction est présente dès l’introduction de la première partie, consacrée à la définition de « l’autonomie » : pour Cyril Lemieux, elle ne peut être purement individuelle, ce dont on ne peut que convenir. Se fonde-t-elle pour autant sur une « incertitude pratique », consubstancielle à « l’activité prudentielle » que serait le journalisme, c’est-à-dire une activité qui exigerait du « discernement », chose à vrai dire assez mal définie ? Sans nier l’existence d’une culture professionnel, l’auteur insiste sur les « croyances partagées », les « processus critiques sur le lieu de travail » (pp. 39-41) qui peuvent servir de point d’appui collectif à l’autonomie. Celle-ci ne serait donc pas à chercher seulement dans un processus historique (celui qui, par exemple, expliquerait la constitution d’un espace social envisagé comme un champ avec ses règles de fonctionnement propres) mais dans un rapport pratique avec sa propre activité et dans les contradictions qui s’y vont jour, le tout dans une certaine intersubjectivité (Cyril Lemieux reprend ici sa thèse des trois « grammaires » en concurrence dans le travail journalistiques, grammaire publique, grammaire naturelle et grammaire réaliste). L’autonomie journalistique découlerait ainsi des contradictions dans la pratique, quitte à substancialiser (sans pour autant essentialiser) le journalisme et non de l’histoire des luttes dans un espace social particulier. « L’approche praxélologique nous conduit à inverser la perspective sociologique habituelle : l’autonomie journalistique n’est pas seulement ou d’abord la revendication d’un groupe professionnel soucieux de défendre ses intérêts [mais] la conséquence du type de contradiction pratique qui caractérise nécessairement l’activité journalistique » (p. 35).

3Cette volonté de ne pas institutionnaliser l’autonomie journalistique, c’est-à-dire de ne pas concevoir les règles professionnelles propres comme une construction historique du champ journalistique, trouve pourtant ses limites dans les observations mêmes des contributeurs de l’ouvrage. Par exemple, Motoko Tsurumaki montre comment une compétence spécifique de certains journalistes de la presse quotidienne régionale alsacienne, celle de savoir contextualiser les incendies de voitures ou autres forme de délinquance en banlieue, peut être soudainement dévalorisée par la hiérachie du journal qui cherche désormais à privilégier, sous la pression de la concurrence et de la logique du marketing, le cadrage en termes de « violence urbaine ». De façon paradoxale, ces mêmes journalistes, lorsque les autorités policières refuseront de leur donner les chiffres des destructions automobiles, se prendront au nouveau jeu du positiviste et de « l’expertise naturaliste » en cherchant à obtenir par eux-mêmes les comptes précis des incendies de voitures dans les quartiers hlm. Ce n’est qu’alors que le journal aura une nouvelle fois changé de ligne éditoriale sur cette question qu’ils reprendront leur ancienne conception de l’autonomie. Ici, c’est bien l’institution (le journal régional) qui définit ce que peut être l’autonomie journalistique, en fonction de son histoire et de sa culture propre ainsi que des stratégies éditoriales qui lui semblent nécessaires pour perdurer.

4A contrario, Philippe Riutort explique comment la manière de faire du journalisme de Michel Samson, proche de l’ethnologie et des sciences sociales, ne peut être généralisable à l’ensemble des journalistes. Non seulement les dispositions nécessaires à ce type d’exercice sont difficilement rencontrables chez un seul individu mais, de plus, la demande des employeurs ne requiert que très exceptionnellement celles-ci. La même analyse pourrait être faite du cas présenté par Anne-Laure Sourp qui, malheureusement, en reste à une approche psychologisante et quasi enchantée de « l’excellence » du rubricard fn de Libération. Il aurait fallu expliquer en quoi le Front national est un terrain particulier qui permet un si bon rendement de la « grammaire de distanciation » et de la « pure éthique » journalistique : parti-entreprise fonctionnant en vase clos, sans possibilité objective d’arriver aux responsabilités et donc de pouvoir distribuer des postes, il est particulièrement sujet aux rumeurs et règlements de compte internes qui fait du journaliste d’un titre de presse en dehors de ce microcosme un allié potentiel. L’analyse en termes de champ aurait sans doute facilité la prise en compte des règles spécifiques de cet espace politique. Enfin, Éric Lagneau décrit finement comment une autre forme d’excellence journalistique, celle de l’afp, repose d’abord sur un dispositif institutionnel de contrôle et de vérification des informations mais aussi sur l’engagement de ses journalistes sur un certain nombre de valeurs communes qui sont censés leur préexister. Dans ce cas également, l’autonomie est autant affaire d’institution que de dispositions individuelles ajustées aux règles de fonctionnement du champ.

5Plus que l’autonomie journalistique, les différents textes montrent la forte hétéronomie du champ journalistique déjà repérée par Patrick Champagne, ou, dit autrement, la fragilité des règles spécifiques à la profession quand elle cherche à se définir sur ses valeurs et procédures propres. L’approche pragmatiste complète néanmoins opportunément celle en terme de champ lorsqu’elle montre par quels truchements une règle peut se transformer en une autre ou comment, par l’action ou les réactions simultanées des agents du champ, les normes professionnelles peuvent s’ajuster, parfois de façon dialectiques, avec les attentes managériales de la hiérarchie des entreprises de presse ou d’acteurs a priori extérieurs au champ. Les articles de Caroline Datchary sur Médiapart et d’Olivier Pilmis sur l’association « Profession pigistes » sont, à ce titre, très éclairants. Le niveau d’analyse « micro » qui est celui du pragmatisme comme de l’interactionnisme permet de rendre compte des phénomènes pratiques sans écraser ou surinterpréter ceux-ci par une théorie générale. Néanmoins, lorsqu’il s’agit de monter en généralité, d’autres outils heuristiques sont sans doute nécessaires.

6La deuxième difficulté théorique de l’ouvrage consiste dans la réticence à utiliser le concept d’habitus et plus encore d’habitus professionnel. Ici, encore, les termes employés par Cyril Lemieux y font directement allusion (« niveau dispositionnel », « tendance à agir », « schème d’action ») sans que le concept soit discuté sur ce terrain bien particulier du journalisme. Pourtant, les cas ne manquent pas où les habitus des journalistes auraient pû être analysés en relation avec leur capitaux et les transformations du champ journalistique. Ainsi Anne Sinclair, dont le parcours est étudié par Pierre Leroux, apparait-elle être une apprentie journaliste dont les propriétés sociales et l’habitus mondains hérités ont, à un moment précis de l’histoire de la télévision (les années 80) rencontré les attentes des producteurs en recherche de « journalistes animateurs ». Sans qu’elle fasse des efforts particulier d’ajustement, son style d’interview a pu rencontrer le succès public pendant une quinzaine d’année. Sous l’effet des transformations de la télévision et de la remarquable stabilité de ses manière de faire, elle a quitté sans possibilité de retour le devant de la scène médiatique. Le cas de Jean J., décrit par Marie-Christine Restier, est opposé : fils d’agriculteur, diplômé de l’École supérieure de journalisme de Lille, il gravit les échelons d’un grand journal régional pour en devenir le rédacteur en chef. Mobile social ascendant consacré par le journal, il se consacre en retour à celui-ci et à ses valeurs humanistes. Cette position se cristallise dans un habitus professionnel bien particulier qui l’empêche de saisir les contraintes de survie du titre telles qu’elles sont définies par une nouvelle équipe de direction. Mis à l’écart à 55 ans, il choisit de quitter le journal pour fonder un journal d’information en ligne où il se réinvestit pleinement, dans tous les sens du terme, et continue son aventure journalistique sur son propre principe génératif. L’hystérèse de l’habitus prend ici une forme particulière, et l’on voit que sous certaines conditions, il peut accompagner des innovations technologique et éditoriales. Cependant, il aurait fallu mieux caractériser le média en ligne créé pour faire la part de la simple reconversion de capital relationnel et professionnel dans un champ qui reste celui de l’information régionale et de la véritable innovation éditoriale. La comparaison avec les parcours d’Hippolyte de Villemessant (Benoît Lenoble) ou de Marguerite Durand (Sandrine Lévêque) apporte ici des contre-points productifs.

7Les contributions présentées montrent combien que la « triade théorique » bourdieusienne (habitus, capital, champ) fonctionne bien dans le cas du journalisme, même s’il faut constater la forte hétéronomie de cet espace de production culturelle. C’est sur ce point qu’une discussion aurait pu être féconde, en redonnant au « sens pratique » une capacité d’invention et de transformation collective qui a sans doute été minorée par certains épigones de Pierre Bourdieu, tout attachés à mettre en avant la « reproduction du champ ». Nul doute qu’après cette contribution significative à la connaissance des transformations du champ journalistique contemporain, le dialogue pourra être noué sur de nouveaux terrains pratiques et théoriques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Goulet, « Cyril Lemieux, dir., La subjectivité journalistique », Questions de communication, 21 | 2012, 333-336.

Référence électronique

Vincent Goulet, « Cyril Lemieux, dir., La subjectivité journalistique », Questions de communication [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/6769

Haut de page

Auteur

Vincent Goulet

CREM, université de Lorraine
vincent.goulet@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page