Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Gilles Delavaud, Denis Maréchal, dirs, Télévision : le moment expérimental

Paris, Éd. Apogée, coll. Médias et nouvelles technologies, 2011, 602 p.
Tiphaine Zetlaoui
p. 330-331
Référence(s) :

Gilles Delavaud, Denis Maréchal, dirs, Télévision : le moment expérimental, Paris, Éd. Apogée, coll. Médias et nouvelles technologies, 2011, 602 p.

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Gilles Delavaud et Denis Maréchal rassemble de nombreux travaux explorant les origines de la télévision issus d’un colloque organisé en mai 2009 par l’Institut national de l’audiovisuel et le Centre d’études sur les médias, les technologies et l’internationalisation de l’université Paris 8. L’intérêt et l’originalité de ce recueil de textes résident dans le fait que, d’une part, il s’intéresse aux débuts voire aux balbutiements de la télévision sous un angle international et, d’autre part, qu’il atteint une forme d’exhaustivité en étudiant les différents enjeux que recouvrent ce média qu’ils soient institutionnels, politico-économiques, socioculturels, technologiques, sémiologiques. Par ailleurs, l’ouvrage a le mérite d’apporter un regard documenté et aiguisé sur les faits historiques. Ainsi le lecteur prend-il conscience de la complexité avec laquelle s’est affirmé ce média qui a été traversé par de multiples logiques de pouvoir. À ce sujet, les modalités de sa découverte en disent long puisque la télévision serait le résultat d’idées émises par 50 inventeurs issus de 11 pays différents sachant que le choix même d’un type modèle a été pour certains pays particulièrement problématique.

2La Baird Television Company, entreprise anglaise fondée par John L. Baird, inventeur officiel de la télévision entre en conflits avec la bbc désireuse de travailler avec l’entreprise américaine Marconi-emi qui lui propose une technologie – électronique et non mécanique – qui s’avère être de meilleure qualité. En ce sens, ce livre examine précisément la manière dont l’aspect technologique impacte sur les représentations et décisions de l’époque. Force est d’apprendre qu’en France, les premiers clients et consommateurs de télévision, loin de s’émerveiller devant la prouesse technologique, se plaignent de la piètre qualité des images retransmises bien en deçà des promesses faites par les industriels. Le discours promotionnel a d’ailleurs été différent selon les pays, par exemple en Suisse, la télévision a été présentée au public dans un discours fortement techniciste laissant peu de place à l’imaginaire médiatique très largement valorisé dans les pays anglo-saxons.

3Pour la première fois, la télévision a été montrée en Suisse lors d’une exposition nationale devant un public d’experts et d’amateurs principalement masculin passionnés d’électricité. C’est ici même que le bât blesse puisque c’est en raison de considérations techniques que cet outil a du mal à s’imposer comme un dispositif médiateur d’événements en direct notamment sportifs. Pour les organisateurs, les lourds dispositifs de retransmission dénaturent le bon déroulement des manifestations et la diffusion d’images risque de remettre en question l’économie réelle du sport. Les inquiétudes et les tensions se cristallisent également par rapport au caractère transnational de ce moyen de communication. Ainsi l’émergence de la télévision aux Pays-Bas entraîne-t-elle des conflits au sein de la classe politique entre les nationalistes réfractaires à l’idée d’une télévision ouverte sur une culture extérieure et les partisans d’une conception a-territoriale de la culture. C’est d’ailleurs la dimension transnationale de la télévision italienne qui a permis d’éduquer la classe populaire aux classiques de la littérature et notamment étrangère.

4Dans les années 50-70, le « scenaggiato », roman dramatisé, devient le genre exclusif de la télévision italienne entrainant, par là même, la hausse des ventes de romans dits de consommation. C’est ici que la notion d’intermédialité prend tout sens. La télévision s’est principalement construite à ses débuts en s’inspirant des formes classiques d’expression comme le théâtre ou les spectacles de rue ou des dispositifs de médiation traditionnels comme la radio. L’intérêt porté à la diffusion d’images n’allait pas de soi et pouvait être considérée comme un frein dans la compréhension de certaines informations sonores telles que les actualités qui ont été présentées en Europe sans visage sur un fond d’écran où figurait une horloge. Le passage à la télévision des téléspectateurs lors d’émissions de variété n’a pas été non plus chose simple car ils méconnaissaient souvent les codes comportementaux qu’ils devaient adoptés sur un plateau. En définitive, si les articles retraçant la préhistoire de la télévision sont parfois lapidaires, le lecteur arrive à une certaine satiété. Les analyses sont profondes, les chercheurs ont réussi à surmonter les difficultés liées à la pénurie de certains programmes qui, à l’époque, n’avaient pas été archivés pour des raisons techniques ou relatives au manque d’intérêt porté à la constitution d’une mémoire télévisuelle. L’ensemble des propositions produites par les auteurs permet au lecteur de saisir facilement les éléments de continuité et de discontinuités qui pondèrent l’évolution de ce média. Il lui apporte aussi des pistes de réflexion conceptuellement riches qui l’armeront mieux pour appréhender les rouages actuels de l’univers télévisuel dont les problématiques restent encore proches de celles des origines. Il pourra également être plus à même de travailler sur les questions relatives au développement de l’internet dont les logiques recoupent parfois celles étudiées sur la télévision. En dernier lieu, notons que l’un des plus gros efforts que doit fournir le lecteur consiste à lui-même établir des relations entre les différents cas d’étude car quasiment aucun article n’effectue en son sein de comparatisme international.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tiphaine Zetlaoui, « Gilles Delavaud, Denis Maréchal, dirs, Télévision : le moment expérimental », Questions de communication, 21 | 2012, 330-331.

Référence électronique

Tiphaine Zetlaoui, « Gilles Delavaud, Denis Maréchal, dirs, Télévision : le moment expérimental », Questions de communication [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2012, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/6765

Haut de page

Auteur

Tiphaine Zetlaoui

ISCOM/GERIICO, université Lille 3
tiphainezetlaoui@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page