Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, langue et discours

Didier Courbet, dir., Objectiver l'humain ? Volume 2 : Communication et expérimentation

Paris, Hermès, Lavoisier, coll. Ingénierie représentationnelle et constructions de sens, 2011, 240 p.
Julien Intartaglia
p. 314-316
Référence(s) :

Didier Courbet, dir., Objectiver l'humain ? Volume 2 : Communication et expérimentation, Paris, Hermès, Lavoisier, coll. Ingénierie représentationnelle et constructions de sens, 2011, 240 p.

Texte intégral

1Ce livre collectif se veut une présentation à la fois rigoureuse et critique de la méthode expérimentale et de ses apports pour les recherches en sciences de l’information et de la communication. Si comme les autres méthodes de recherche, la méthode expérimentale est une stratégie de recherche au service d'une problématique, le livre explique que c'est sans doute la seule méthode qui permet de construire des modèles et connaissances scientifiques réfutables, au sens de l'épistémologue Karl Popper. Cette caractéristique lui confère un statut épistémologique particulièrement heuristique pour les sciences de l'information et de la communication (sic) et, plus globalement, pour les sciences humaines et sociales. Dès la préface, Jean-Léon Beauvois explicite certaines caractéristiques de la méthode expérimentale et place d'emblée la barre assez haute sur le plan épistémologique. Pour lui, il s'agit de différencier les significations des déterminations dans la construction des connaissances scientifiques dans nos disciplines.

2L’objectif général du livre est de montrer que l’utilisation raisonnée de la méthode expérimentale contribue au développement de normes épistémiques qui permettent la mise en œuvre de stratégies cognitives efficaces du point de vue du progrès de la connaissance en sic. Pour le directeur de l'ouvrage, Didier Courbet, il ne s'agit pas de prôner la suprématie d'une méthode sur une autre, ni même d'une épistémologie sur une autre mais, pour un champ pluridisciplinaire comme les sic, d'élargir l'éventail des méthodologies pour, notamment, accroître le nombre des « objets possibles ». En effet, si les recherches inscrites dans le champ institutionnel des sic en France se veulent pluridisciplinaires en mobilisant des ressources théoriques en provenance d'un grand nombre de disciplines issues, dans une large mesure, des sciences humaines et sociales, elles ne font appel qu'à un nombre limité de méthodologies issues de ces disciplines. Les formations universitaires et la littérature françaises en sic témoignent de la préférence accordée aux méthodes de recherche critique ou qualitative (notamment sémiotique). Si cette préférence méthodologique est expliquée par l'histoire des sic, le faible développement de la méthode expérimentale, d'une part, empêche les chercheurs de développer certaines problématiques communicationnelles et, d'autre part, les prive d'une possibilité de solidifier ou compléter leurs résultats ou théories inscrits dans des problématiques où traditionnellement l'expérimentation n'est pas pratiquée. Parce que les sic ont tout à gagner à utiliser un éventail le plus large possible de méthodologies, une utilisation réfléchie de la méthode expérimentale au service des problématiques d'information et de communication nécessite de penser l’articulation de la méthode expérimentale avec les autres méthodes. Pour pratiquer de manière heuristique la pluridisciplinarité, les chercheurs ont besoin « d'une caisse à outil » la plus complète et diversifiée possible, assurant à la discipline une réelle pluralité méthodologique. À plusieurs reprises d'ailleurs, les auteurs prônent une pluralité épistémologique, méthodologique et théorique en sic.

3Le livre propose une alternance entre présentation formelle, à dominante théorique, et chapitres de concrétisation pratique dans un cadre applicatif donné, qui permet aux lecteurs de mobiliser, à leur tour, les méthodes et outils proposés. Les objectifs de ce volume sont multiples. Premièrement, dresser un panorama des différents types de méthodes expérimentales utilisées pour étudier les phénomènes d'information et de communication (expérimentation en milieu contrôlé, expérimentation de terrain, quasi-expérimentation) en expliquant les procédures d'application de manière compréhensible par les non-initiés. Le premier chapitre présente la méthode expérimentale d’un point de vue pratique et développe ses fondements et ses enjeux épistémologiques pour les sciences de l'information de la communication et, plus généralement, pour les sciences humaines et sociales à vocation pluridisciplinaire. Ce chapitre permet au lecteur peu initié avec les différentes méthodes expérimentales (sur le terrain ou en milieu contrôlé), de construire une problématique, des hypothèses et un plan d'expérience rigoureux. Les validités, limites et éthique de l'expérimentation sur l’humain social sont également abordées.

4Deuxièmement, chaque chapitre montre comment la méthode expérimentale est concrètement utilisée pour répondre à des questions de recherche fondamentale ou appliquée dans différents domaines des sciences de l'information et de la communication. Dans le chapitre sur la communication environnementale et la communication persuasive/engageante, Françoise Bernard, Séverine Halimi et Didier Courbet expliquent les spécificités de la méthode expérimentale en communication environnementale et illustrent par des recherches appliquées qu’ils ont effectuées dans le contexte de la protection de l'environnement et des économies d'énergie.

5Dans le chapitre sur la méthode expérimentale appliquée à la communication médiatique, Annette Burguet, Emmanuel Marty et Pascal Marchand partent de l'analyse de discours pour arriver aux questions liées à la réception des médias. Plusieurs recherches expérimentales ou quasi-expérimentales y sont expliquées en détail. Françoise Anceaux, Sylvia Pelayo et Marie-Catherine Beuscart-Zéphir développent ensuite un chapitre sur la communication fonctionnelle au sein des organisations avec un cas particulièrement développé lié aux prescriptions hospitalières. Ensuite, un chapitre est dédié aux recherches expérimentales appliquées à la communication de santé publique (Audrey Marchioli et Didier Courbet). D'une part, les auteurs expliquent comment sont reçus et comment influencent les messages de santé publique, générant notamment de la peur (campagne de prévention) et, d'autre part, comment il est possible d'améliorer les campagnes de communication avec la communication engageante (pour la prévention du sida). Le dernier chapitre est consacré à l'utilisation de la méthode expérimentale dans le contexte de l’information et des médias. Patrick-Yves Badillo, Dominique Bourgeois, Jean-Baptiste Lesourd et Steven Schilizzi expliquent l'intérêt de la méthode expérimentale utilisée dans un contexte d'économie pour appréhender les processus d'information et de communication.

6Outre ses intérêts pédagogiques pour les lecteurs non initiés aux différentes méthodes expérimentales, un des intérêts du livre réside dans le fait qu'il aborde également les principaux soubassements épistémologiques, les questionnements éthiques et les limites de l'expérimentation dans l'étude des phénomènes d'information et de communication. Pour les passionnés d'épistémologie, on notera un chapitre particulièrement approfondi sur l'épistémologie comparée et la pluralité des méthodes en sic (p. 52). Dans la mesure où ce livre, très stimulant, est le premier en langue française qui traite de la méthode expérimentale dans le champ de l'information, de la communication et des sciences des médias, il est un outil que tout bon chercheur, débutant ou expérimenté, doit posséder dans sa bibliothèque. S’il présente de façon claire et pédagogique, les démarches, l'épistémologie qui les sous-tend et différents champs d'application, nous avons un peu regretté que les auteurs fassent le choix, certes délibéré et assumé, de ne pas développer un chapitre expliquant, plus en détail, les méthodes statistiques. Il est vrai que développer davantage les aspects mathématiques aurait sans doute alourdi le contenu et éloigné le livre de ses objectifs pédagogiques prioritaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Intartaglia, « Didier Courbet, dir., Objectiver l'humain ? Volume 2 : Communication et expérimentation », Questions de communication, 21 | 2012, 314-316.

Référence électronique

Julien Intartaglia, « Didier Courbet, dir., Objectiver l'humain ? Volume 2 : Communication et expérimentation », Questions de communication [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2012, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/6750

Haut de page

Auteur

Julien Intartaglia

Business School of Administration Neuchâtel, Suisse
julien.intartaglia@he-arc.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page