Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique

François Ribac, Giulia Conte, Les stars du rock au cinéma

Paris, A. Colin, 2011, coll. Album, 127 p.
Justine Houyaux
p. 305-307
Référence(s) :

François Ribac, Giulia Conte, Les stars du rock au cinéma, Paris, A. Colin, 2011, coll. Album, 127 p.

Texte intégral

1Les stars du rock au cinéma de François Ribac et Giulia Conte est un beau livre. C’est en tout cas la première impression qui s’en dégage : cent-vingt-sept pages de papier glacé, riches en illustrations, présentées au format paysage, que vient embrasser une couverture constituée, en tout et pour tout, d’une photographie d’un David Bowie plus rock’n’roll que jamais sur laquelle se détache le titre en grandes lettres rouges et oranges. Tout cela n’évoque au futur lecteur qu’un seul mot : « glamour ». De glamour, il est certes question. Cependant, Les stars du rock au cinéma est loin d’être un de ces ouvrages superficiels qui se contentent d’enfiler des anecdotes plus ou moins amusantes les unes après les autres sur fond de photographies déjà vues cent fois. Bien sûr, les auteurs présentent chronologiquement la relation fusionnelle entre le rock’n’roll et le septième Art, mais pas uniquement. Loin de participer d’une vision consensuelle de ces médias de masse que sont la musique et le cinéma, ce livre pose un regard critique sur les apparitions des stars du rock au cinéma. Des Beach Boys à Madonna, des Beatles à Michael Jackson en passant par Kris Kristofferson, voici que se présente un panorama jouissif et sans concession du rock au cinéma – et vice versa.

2Le premier chapitre, évidemment consacrée aux débuts du rock’n’roll au grand écran, apprend par exemple que la toute première chanson rock à avoir figuré dans un film était « Rock Around the Clock » de Bill Haley & The Comets dans Blackboard Jungle de 1955 (en plus d’être un ouvrage du plus grand sérieux, Les stars du rock au cinéma fournira au lecteur des informations amusantes ou insolites qui lui permettront d’alimenter la conversation en toute occasion). Ce chapitre présente, entre autres films, ceux d’Elvis Presley ou des Beach Boys dont les illustrations raviront les nostalgiques du genre et de l’époque. La plupart du temps, il est alors question de quelques scènes de concert servant de manière plus ou moins réussie le propos du scénario. Le chapitre suivant évoque le phénomène inverse : il ne s’agit plus du tout d’inclure des séquences musicales dans des films où tournent des rock stars, mais de créer de toutes pièces une production cinématographique autour de ces stars. Dans ce contexte, aborder le parcours de Beatles semble inévitable car ceux-ci inaugurent la tradition des films où l’on voit les groupes au quotidien, lorsqu’ils conçoivent leurs disques ou lors de concerts. Une place toute particulière est réservée à Ringo Starr, dont le curriculum vitae cinématographique n’a rien à envier à quiconque. On y mentionne également Mick Jagger, parangon de la rock star, qui donne à penser au public que le personnage qu’il joue sur scène est effectivement la personne qu’il est au quotidien. C’est donc aux antipodes de Mick Jagger qu’intervient David Bowie, dont on ne sait jamais vraiment qui il est, dont les doubles se multiplient tant sur la scène qu’à l’écran. Treize pages sont consacrées à cette icône du rock’n’roll et du cinéma. S’en suit un chapitre très justement intitulé « Le cinéma a besoin de présence(s) » qui aborde les chanteurs/acteurs à la personnalité complexe, comme Tom Waits ou Nico. Presque entièrement consacré à Bob Dylan, le chapitre suivant s’intéresse à la façon dont les rock stars prennent les rênes quand elles décident de se filmer elles-mêmes et le cinquième chapitre, contrairement aux précédents, ne traite plus de ces chanteurs de rock qui « font l’acteur ». Il est ici question des stars du rock qui ont une vraie carrière au cinéma et qui s’imposent dans l’imaginaire collectif aussi bien en tant qu’acteurs qu’en tant que chanteurs, ou chanteuse, en l’occurrence, puisque, si ce chapitre s’intéresse bien à Kris Kristofferson, il traite surtout de la carrière de Cher. Le sixième et dernier chapitre pose l’épineuse question de la coexistence entre cinéma et vidéoclips, à travers les carrières de Michael Jackson et de Madonna, icônes du clip s’il en est.

3En réalité, le but sous-jacent de ce livre est de nous présenter l’acteur principal de tous ces films. Il ne s’agit pas de Cher, ni de Bob Dylan, ni même de l’un des Beatles. Il s’agit du rock lui-même. Discret, bruyant, incohérent, inconstant, permanent et paradoxal ; le rock’n’roll est la star de nombreux films, qu’il s’incarne en un surfeur aux cheveux longs qui se tortille en rythme sur une plage de papier-mâché ou sous les traits d’une Eva Perón d’un jour en la personne de Madonna. Ce personnage changeant qu’est le rock’n’roll est décliné en ses cinq avatars cinématographiques, qui sont, comme l’a résumé François Ribac dans un entretien de 2009 : le rock en action (documentaires ou pseudo-documentaires), comme dans le monumental A Hard Days Night (1964), les films dont le ou la protagoniste est une star du rock (Jailhouse Rock avec Elvis en 1957, par exemple), les longs métrages inspirés par le monde de la musique undergound (à l’instar de Walk the Line consacré à la biographie de Johnny Cash en 2005), les films à « l’esprit rock », comme l’Équipée sauvage (1953) avec Marlon Brandon et, enfin, les bande-son, comme dans le cas de Blackboard Jungle cité plus haut.

4En outre, très bien documenté, richement illustré et souvent inspiré, cet ouvrage présente l’avantage de faire la part belle à l’excellent Tom Waits, que l’on ne mentionne que trop rarement dans les textes francophones, qu’ils soient consacrés au rock’n’roll ou au cinéma. Voilà donc une injustice réparée. Les stars du rock au cinéma est un joli livre bien écrit, agréable et facile à lire. Que l’on ne se fourvoie pas pour autant : il est bien question ici d’un ouvrage sérieux et complet, fourmillant d’informations et de références pertinentes à plus d’un titre. Petit bémol cependant qui interpellera probablement les puristes de la langue française. En effet, ils n’apprécieront sans doute que très modérément le grand nombre d’anglicismes qu’utilise François Ribac, mais il faut bien admettre, pour sa défense, que la langue du rock’n’roll est bel et bien l’anglais. Le pendant positif de ce bémol est probablement l’initiative très pertinente des auteurs de citer tous les longs métrages en utilisant leur titre original anglo-saxon, mais de les répertorier aussi dans l’index des films cités sous leur titre français. Cela sera sans doute d’une très grande aide aux lecteurs qui auront l’envie, après avoir lu cet ouvrage, de découvrir ou de redécouvrir certains de ces films. En conclusion, Les stars du rock au cinéma est un livre à mettre entre toutes les mains, qui plaira à tous, sauf bien sûr à ceux qui n’aiment ni le rock’n’roll ni le cinéma ce qui, avouons-le, les priverait de plus d’un plaisir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Justine Houyaux, « François Ribac, Giulia Conte, Les stars du rock au cinéma », Questions de communication, 21 | 2012, 305-307.

Référence électronique

Justine Houyaux, « François Ribac, Giulia Conte, Les stars du rock au cinéma », Questions de communication [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2012, consulté le 06 décembre 2016. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/6737

Haut de page

Auteur

Justine Houyaux

UMONS, Charleroi (Belgique)
justinehouyaux@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page