Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique

Manuel Antonio Diaz Gito, Lourdes Rubiales Bonilla, éds, Homo sympathecus. Le sens de la nature dans la culture de l’homme ?

Bern, Peter Lang, 2011, 384 p.
Marta I. Waldegaray
p. 301-302
Référence(s) :

Manuel Antonio Diaz Gito, Lourdes Rubiales Bonilla, éds, Homo sympathecus. Le sens de la nature dans la culture de l’homme ? Bern, Peter Lang, 2011, 384 p.

Texte intégral

1Homo sympathecus. Le sens de la nature dans la culture de l’homme réunit les communications présentées à l’occasion de la première rencontre internationale et interdisciplinaire Nature-Culture : d’autres regards sur la Flore et la Faune, qui eut lieu à Jerez de la Frontera, en Espagne, entre le 17 et le 21 avril 2007. Le groupe meta (Médiation culturelle, transmission et analyse du discours) de l’université de Cadix se chargea d’organiser la rencontre. L’événement et la publication du volume furent possibles grâce à la concertation généreuse de diverses entités espagnoles que les éditeurs remercient dans les premières pages du livre. Le colloque eut pour objectif d’« explorer les liens qui unissent nature et culture par le biais d’une approche authentiquement humaniste, celui de notre Homo Sympathecus du XXIe siècle, avec pour but de contribuer à améliorer notre compréhension de la condition humaine en relation avec ce que nous partageons avec le monde animal et le monde végétal » (p. 15). Seize articles forment le volume. Depuis des perspectives très différentes, les auteurs y abordent la représentation de la nature dans trois domaines : le culturel, le littéraire et l’urbain. Les articles sont regroupés selon trois unités thématiques : 1. Nature et culture (huit articles) ; 2. Nature et littérature (six articles) ; 3. Nature et ville (deux articles).

2Dédiée à la présence de la nature dans la culture, la première partie de l’œuvre réunit des articles sur la présence du monde aquatique dans l’œuvre du cinéaste français Jean Painlevé, le savoir populaire à propos des plantes dans le monde ibérique, les animaux et l’éthique environnementale, les pratiques linguistiques et les cadres de référence utilisés au moment d’attribuer un nom aux plantes, les stratégies de marketing socio-environnementales, la nature dans le théâtre lyrique européen, la représentation de la faune chassée pendant l’ère paléolithique supérieure au sud de la péninsule ibérique, les métaphores naturalistes dans le discours et dans les pratiques politiques en Espagne depuis le XVIIe siècle et jusqu’au XXe siècle.

3La deuxième partie du volume est centrée sur les représentations de la nature dans le monde littéraire. Les articles portent sur la parole poétique, le motif littéraire de la lamentation de l’oiseau domestique depuis l’Antiquité jusqu’au siècle des Lumières, la représentation littéraire du paysage antillais dans les textes d’Édouard Glissant et d’Aimé Césaire, l’esthétique naturaliste de l’écrivain symboliste belge Maurice Maeterlinck, l’animal littéraire de l’ère industrielle dans les récits de Louis Pergaud et de René Maran (ou comment la fiction régionaliste ou coloniale eut recours à une esthétique vitaliste face à la représentation d’une société moderne que la littérature franco-parisienne concevait comme morbide).

4La troisième et dernière partie aborde le milieu citadin. Le premier article s’intéresse à la fonction mémorielle du motif architectonique de « l’homme vert » dans l’architecture de Cadix. Le second, au patrimoine artistique et édilitaire de Jerez. Le volume se clôt sur quatre dessins de l’artiste Miguel Parra Boyero qui stylisent quatre photographies d’animaux. Bien que le motif qui contribue à unifier la publication soit celui de la nature (la flore, la faune), la multiplicité de disciplines, de points de vue analytiques, de contenus, de coupures spatiales et temporelles, est la caractéristique formelle du volume. Le croisement de diverses approches analytiques (l’ethnobotanique, la bioéthique, la biopolitique, la linguistique, l’analyse comportementale, le marketing, l’analyse du discours et la littérature comparée) et de plusieurs domaines (les savoirs populaires, la narrative, la poésie, le cinéma, l’opéra, l’architecture et les comportements quotidiens) constitue la richesse et le grand pari du volume. L’hétérogénéité de perspectives et de contenus présents dans cet ouvrage suggère un souci d’exhaustivité dans le traitement du thème proposé. Mais cette hétérogénéité invite à s’interroger sur les pièges tendus à toute démarche scientifique qui, avec l’intention de créer un dialogue interdisciplinaire dans le domaine des sciences sociales, convoque une multiplicité de domaines, époques, temps et perspectives analytiques. Cette démarche peut-elle être légitimée exclusivement à partir de son objet d’étude, c’est-à-dire, de la proposition d’un sujet unique et commun ? Comment dégager  des conclusions théoriques, ou par champs disciplinaires, de la multiplicité ? Le permet-elle ? Autant de questions qui inspirent et nourrissent notre réflexion à la lecture de cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marta I. Waldegaray, « Manuel Antonio Diaz Gito, Lourdes Rubiales Bonilla, éds, Homo sympathecus. Le sens de la nature dans la culture de l’homme ? », Questions de communication, 21 | 2012, 301-302.

Référence électronique

Marta I. Waldegaray, « Manuel Antonio Diaz Gito, Lourdes Rubiales Bonilla, éds, Homo sympathecus. Le sens de la nature dans la culture de l’homme ? », Questions de communication [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 16 février 2016, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/6727

Haut de page

Auteur

Marta I. Waldegaray

Écritures, université de Lorraine
waldegaray@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page