Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique

Martine Bubb, La Camera obscura. Philosophie d’un appareil

Paris, Éd. L’Harmattan, 2010, coll. Esthétiques, 494 p.
Justine Houyaux
p. 296-298
Référence(s) :

Martine Bubb, La Camera obscura. Philosophie d’un appareil, Paris, Éd. L’Harmattan, 2010, coll. Esthétiques, 494 p.

Texte intégral

1Avant de commencer à le lire, il y a deux choses à savoir sur le livre La Camera obscura de Martine Bubb. La première est que cet ouvrage est une thèse, ce qui permet d’offrir au lecteur une structure suffisamment solide pour ne pas l’égarer en chemin, structure bien nécessaire étant donné le second élément d’information préliminaire : il s’agit d’un livre extrêmement trompeur. En le feuilletant dans les rayons d’une bonne libraire, l’amateur de photographie se laissera sans aucun doute séduire par son esthétique engageante. La couverture présente une photographie du Couvent dominicain de Le Corbusier, prise par l’auteur lui-même, où la lumière bien dosée nous engage à une lecture confortable sur un sujet que nous pensons raisonnablement artistique. Or, il n’est pas de sujet « raisonnablement » artistique. Simon Schama, historien britannique et auteur de la série documentaire Power of Art (2006), a écrit que l’art n’était pas une chose que l’on distillait au compte-gouttes dans le confort d’un musée, mais bien un moyen de gifler le spectateur pour réorganiser sa vision du monde. La photographie est un art. Et Martine Bubb est d’une efficacité diablement éprouvée quand il s’agit de réorganiser notre vision de la camera obscura.

2Cet ouvrage est trompeur, donc, car il ne se contente pas de présenter l’histoire et l’évolution de ce mode de photographie à travers ses œuvres emblématiques comme on pourrait le croire de prime abord. Ce n’est pas un livre « sur » la photo à proprement parler. C’est le sous-titre (« Philosophie d’un appareil ») que le lecteur devra avant tout considérer avant d’entreprendre la lecture de La camera obscura. Car c’est bien de philosophie dont il est question : celle de l’appareil, tout d’abord, et celle avec laquelle son histoire s’entremêle. La camera et la philosophie se nourrissent l’une de l’autre jusqu’à ce qu’il ne soit plus possible de les dissocier. Du rôle de l’œil humain et de sa rétine aux artistes contemporains, Martine Bubb ne nous épargne rien. C’est précisément pour cette raison qu’une fois ouvert, son livre est impossible à reposer avant de l’avoir terminé – phénomène assez rare, finalement, dans le domaine des œuvres non fictionnelles. C’est parce qu’il est complet, détaillé et riche de mille ressources qu’il est intéressant. On ne s’ennuie pas une minute. On suit le parcours de la camera obscura à travers les âges et on observe, sans s’en rendre compte, toutes les implications scientifiques, artistiques et philosophiques que détricote l’auteure sous nos yeux. Bien sûr, il faut parfois s’y reprendre à plusieurs fois pour saisir toute la portée des concepts développés sous nos yeux, mais quel plaisir de pouvoir inscrire l’histoire de la camera obscura dans celle de la pensée humaine ! Quelle gratification plus grande, pour le lecteur, que de voir son propre champ de pensée s’élargir lorsque Martine Bubb évoque Jean-Jacques Rousseau, Friedrich Nietzsche, Sigmund Freud ou Gilles Deleuze autour de ce thème commun qu’est la camera obscura ?

3Comme tout ouvrage bien organisé, celui-ci s’ouvre sur la définition du sujet : « Rappelons brièvement le fonctionnement d’une camera obscura. C’est une pièce sombre et fermée, où la lumière n’entre que par un trou minuscule, auquel on peut éventuellement appliquer un verre, et qui, laissant passer les rayons des objets extérieurs sur le mur opposé, couvert d’un écran ou d’un papier blanc, fait voir au-dedans ce qui se présente au dehors. Précisons que l’image ainsi obtenue est renversée, en couleur et animée (s’il y a du mouvement à l’extérieur bien sûr) » (p. 17). C’est de ce point de départ que démarre notre voyage à travers l’histoire de ce curieux appareil, mais aussi à travers celle de la pensée et des arts. D’ailleurs, la quatrième de couverture l’annonce, non sans une certaine pointe d’humour : « Il nous a paru nécessaire de faire sortir de l’ombre cette "oubliée de l’histoire" qu’est la camera obscura ». Notre balade au cœur de l’histoire de la camera obscura, qui débute donc par cette définition, nous conduit sur les chemins tortueux de la physique optique et des théories de la vision humaine à travers le prisme de la philosophie. Nous marchons dans les pas de Platon, d’Euclide ou des astronomes arabes. L’étape suivante mène à l’épineux problème de la perspective et aux solutions qu’a pu y apporter la camera obscura. On apprend ensuite ce que les découvertes de Johannes Kepler doivent à cet ingénieux dispositif. C’est au tour de la peinture hollandaise de se dévoiler sous nos yeux, au jour de la camera obscura, qui se convertit tout à coup en véritable « appareil » et qui permettra de poser la question de la relativité de la vérité. On s’intéressera aux œuvres de Johannes Vermeer avec un œil nouveau, de même qu’à celles d’Alebert Dürer ou même de Caravage. Mais ne nous attardons pas trop, René Descartes, Isaac Newton, John Locke et Gottfried W. Leibniz nous attendent pour nous attirer dans les filets de la philosophie de la camera obscura. S’ensuivent Rousseau, Georg W. Hegel et Karl Marx (qui ne verra l’instrument que comme un appareil et manquera d’en considérer l’aspect artistique). C’est ensuite l’ombre de Sigmund Freud, inévitable, qui se profile à l’horizon et nous ramène à Rome et Pompéi. Jacques Lacan le suit de peu. Mais le temps s’écoule, l’Histoire avance, et il est grand temps d’aborder les rapports qu’entretiennent camera obscura et photographie. Le corolaire cinématographique nous entraîne de nouveau vers Platon et sa caverne – parallèle que relève avec facétie Paul Valéry. Mais voici déjà qu’arrivent les artistes contemporains, comme le duo Christine Felten-Véronique Massinger et leur fascinante « caravana obscura », sténopé improbable du monde qui se déroule sous nos yeux.

4C’est un beau voyage que celui dans lequel nous guide Martine Bubb. D’autre part, et cette réflexion pourra sans doute paraître évidente au lecteur compte tenu du sujet même de cet ouvrage, La Camera obscura est particulièrement bien illustré. Quand on parle d’images, il ne s’agit pas uniquement de produire un discours, mais bien d’en montrer. L’auteure n’est pas tombée dans le piège de la longue explication là où une image pourrait très bien résumer une idée. Les profanes de la physique, par exemple, apprécieront à leur juste valeur les schémas explicatifs dans le chapitre consacré à la vision, de même que ceux qui ne connaissent pas par cœur toutes les œuvres de Caspar D. Friedrich se réjouiront de trouver une reproduction des tableaux dont il est fait mention. Les spécialistes de la photographie y trouveront également leur compte, mais regretteront peut-être que les artistes contemporains ne voient pas leur œuvre développée plus avant, à l’image du magnifique travail d’Abelardo Morel qui laisse un goût de trop peu. Cependant, le but avoué de cet ouvrage étant de mettre en lumière la camera obscura, trop longtemps « reléguée au rang de simple curiosité technique », à l’origine de l’appareil photographique et du cinématographe, cet objectif est bien atteint. La seule crainte, au fond, que pourrait avoir le lecteur en terminant ce livre, serait sans doute que Martine Bubb y ait écrit tout ce qu’elle avait à dire et qu’elle nous prive d’une nouvelle lecture – en clair obscur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Justine Houyaux, « Martine Bubb, La Camera obscura. Philosophie d’un appareil », Questions de communication, 21 | 2012, 296-298.

Référence électronique

Justine Houyaux, « Martine Bubb, La Camera obscura. Philosophie d’un appareil », Questions de communication [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2012, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/6720

Haut de page

Auteur

Justine Houyaux

UMONS, Charleroi (Belgique)
justinehouyaux@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page