Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique

Jan Baetens, Pour le roman-photo

Bruxelles, Éd. Les Impressions nouvelles, coll. Réflexions faites, 2011, 240 p.
Pierre Leroux
p. 295-296
Référence(s) :

Jan Baetens, Pour le roman-photo, Bruxelles, Éd. Les Impressions nouvelles, coll. Réflexions faites, 2011, 240 p.

Texte intégral

1Une citation de Roland Barthes mise en exergue du livre de Jan Baetens rappelle la parenté formelle entre roman-photo et bande dessinée (deux sujets sur lesquels l’auteur a publié de nombreux travaux). Elle souligne aussi en creux que, si cette dernière a fait l’objet d’un nombre incalculable d’écrits de toute nature (essais, études, analyses) éclairant par des lectures les plus diverses le discours, mais aussi les œuvres et leurs auteurs, le roman-photo n’a pas suscité autant d’analyses (même si l’ouvrage fournit opportunément une bibliographie sélective de plus d’une soixantaine d’études). C’est parce que le genre ne semble pas avoir connu la même postérité que la bande dessinée (son succès renvoie apparemment au passé), et qu’il n’a que rarement été pris suffisamment au sérieux dans toutes ses dimensions culturelles. Objet aux « formes dérisoires, vulgaires, sottes, dialogiques, de la sous-culture de consommation » (toujours selon Roland Barthes, L’obvie et l’obtus, Paris, Éd. Le Seuil, 1982, p. 7), le roman-photo ne mériterait pas qu’on l’étudie : genre trop simple, trop immédiat, trop « facile », objet de la « culture de masse », il est de tous les genres littéraires « le plus méprisé et le moins connu », le « manque de prestige colle au roman-photo comme une seconde peau » (ibid.). Dans un bref prologue, Jan Baetens affirme que le roman-photo vaut mieux que le regard misérabiliste et la prétention analytique d’écrits (parus à l’époque de l’âge d’or) dans lesquels « les mots d’aliénation et de manipulation surgissaient plus souvent qu’à leur tour » (p. 8), rappelant cependant que certains de ces malentendus ont été dissipés par des études aux États-Unis et en France (avec les travaux de Sylvette Giet sur le magazine Nous deux, notamment).

2Faute d’avoir connaissance de ses origines et de son devenir, le roman-photo reste encore facilement renvoyé à une sous-culture populaire inventée dans l’immédiat après-guerre (en Italie en 1947), qui connut son heure de gloire dans les années 60 et commence à décliner au milieu des années 70 (face aux « changements des mœurs » et à l’essor de la télévision au sein de sa clientèle). Le roman-photo n’a pourtant pas surgi de nulle part pour retourner à l’oubli, une fois passée l’époque de son succès, usé par la déclinaison mécanique de la formule du roman sentimental illustré à destination du public féminin (dans Grand Hôtel en Italie et Nous deux en France, titres emblématiques de la « presse du cœur »). Dès l’origine, il est un concentré des références culturelles de son temps, empruntant la structure de son récit à la littérature populaire et ses codes visuels au cinéma hollywoodien, se révélant très rapidement comme une formule très plastique, s’adaptant au fil du temps aussi bien à la transposition de films à succès, de romances sentimentales aux schémas intemporels, comme de classiques de la littérature. Ces éléments sont rappelés dans le premier chapitre de l’ouvrage (sous le titre « Soixante ans de roman-photo »), en 90 pages riches et denses, faisant un tour complet des approches du roman-photo alliant synthèse brillante et explorations pointues des multiples pistes d’analyse de l’objet (l’auteur n’oublie d’étudier ni la parodie, ni les pastiches, ni les formes marginales). Le reste de l’ouvrage correspond plus directement à l’intitulé de l’ouvrage : il s’agit de défendre une conception exigeante et ouverte du roman-photo à travers une analyse centrée sur les formes. Pour le roman-photo s’intéresse alors à des formes dépassant les usages stéréotypés du récit sentimental pour s’intéresser à des aspects novateurs voire d’avant-garde. Il s’agit pour l’auteur de questionner – et par là de valoriser – des pratiques multiples, dont l’inventivité tend à revisiter les usages de la photographie, du texte (et leur relation), pour ce qui reste l’essence du roman-photo : la narration visuelle. Un deuxième chapitre examine ainsi de façon comparative le roman-photo et la bande dessinée, pointant les liens, les rapprochements, les limites comparées, et les dépassements possibles. Un troisième chapitre propose une approche de la photographie libérée d’un cadre dominant (symbolisé par le photographe Henri Cartier-Bresson, théoricien de « l’instant décisif ») qui va à l’encontre des usages de l’image dans le roman-photo. Les deux chapitres suivants portent sur la question du rapport texte/image, puis sur un aspect spécifique du discours et du récit du roman-photo « de l’image à l’image séquence » qui le rapproche en bien des points de la bande dessinée. Jan Baetens conclut par quelques pages prospectives où il souligne la possible actualité du roman-photo par des exemples mêlant démarche artistique, et discours sur le monde contemporain.

3L’ouvrage donne donc matière à (re)découvrir le roman-photo et à l’envisager dans sa complexité : l’auteur nous propose donc grâce à sa connaissance du sujet de sortir des clichés (!) et des a priori, et de nous ouvrir à des pratiques plus complexes (l’auteur cite en exemple à plusieurs reprises le travail de Marie-Françoise Plissart). Pour cela, il faut accepter une vision élargie du roman-photo, quitte à remettre en cause quelques fondamentaux de la définition sociale de l’objet. C’est peut-être sur ce point que la piste de la comparaison avec le développement et le succès de la bande dessinée (succès commercial mais pas seulement) aurait pu être exploré pour démontrer pourquoi ce n’est pas seulement l’évolution des formes qui pourrait contribuer à transformer la place du roman-photo. Car, par comparaison, le succès et la légitimation de la bande dessinée (y compris pour certaines œuvres très populaires) ne sont pas seulement la rencontre d’un genre et de produits avec un public, ce sont aussi ceux d’un appareil de production, de diffusion, de célébration, et d’une lecture artistique et littéraire des auteurs et de leur travail auquel – pour des raisons qu’il faudrait mettre à jour – le roman-photo n’a jamais pu (ou su) avoir accès. Ce point aurait nécessité sans doute de longs développements (des jalons pour une sociologie du roman-photo) en marge du propos central de l’ouvrage. Prenant appui à chaque fois qu’il est nécessaire sur des documents iconographiques variés (et souvent rares) sélectionnés avec pertinence, cet ouvrage est d’une grande facilité de lecture… Visiblement l’auteur maitrise pour lui-même le lien entre texte et image, et sait le mettre au service d’une approche claire, complète, cohérente, rendant accessible une analyse savante exigeante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Leroux, « Jan Baetens, Pour le roman-photo », Questions de communication, 21 | 2012, 295-296.

Référence électronique

Pierre Leroux, « Jan Baetens, Pour le roman-photo », Questions de communication [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/6718

Haut de page

Auteur

Pierre Leroux

CRAPE, UCO/UNAM
Pierre.Leroux@uco.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page