Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique

Frits Andersen, Det mørke kontinent ? Afrikabilleder i europæiske fortællinger om Congo [Le Continent noir ? Images de l’Afrique dans les récits européens sur le Congo]

Aarhus, Aarhus Universitetsforlag, 2010, 695 p.
Pierre Halen
p. 295
Référence(s) :

Frits Andersen, Det mørke kontinent ? Afrikabilleder i europæiske fortællinger om Congo [Le Continent noir ? Images de l’Afrique dans les récits européens sur le Congo], Aarhus, Aarhus Universitetsforlag, 2010, 695 p.

Texte intégral

1En attendant que ce bel ouvrage soit un jour disponible en français, il faut se contenter de se référer à cette édition danoise d’une « grande thèse », selon le modèle danois, soutenue à Aarhus et revue pour la publication. La richesse des illustrations de même que la qualité de l’impression et de la reliure en font déjà un beau-livre appréciable, mais il s’agit en même temps (j’en juge surtout par le résumé en anglais qui figure aux pp. 645-655) d’un remarquable essai qui formule, à partir du cas des représentations littéraires et médiatiques du Congo depuis la fin du XIXe siècle un certain nombre de propositions innovantes. Signalons tout d’abord l’intérêt de la perspective danoise sur ces questions et sur ce corpus qui part d’Henry M. Stanley et de Joseph Conrad mais s’étend ensuite très largement : les auteurs scandinaves sont en effet nombreux à s’être intéressés au Congo, soit dans leurs mémoires d’anciens officiers, explorateurs et missionnaires, soit, plus tard, comme voyageurs et reporters. Il ne s’agit toutefois là que de faire intervenir des sources supplémentaires, souvent mal connues du fait de l’absence de traductions. Mais l’essentiel est ailleurs, et d’abord dans une réflexion innovante, fondée sur la notion de prose, concept redéfini dans un sens intermédiatique à partir de ce qui change radicalement à la fin du XIXe siècle : primo, une information désormais globalisée, portée par une imprimerie dont les améliorations techniques ont fait le support d’une nouvelle sensibilité mondiale.

2D’où la figure centrale de Henry M. Stanley et l’importance, non moins nette, de Joseph Conrad. Est secondaire ici la question du vrai et du faux, mais compte davantage le mode d’énonciation et l’effectivité performative du discours. Secundo, une première « opération humanitaire » mondialisée, dans la dénonciation du scandale du Red Rubber. Frits Andersen n’est certes pas le premier à évoquer ces éléments et leurs répercussions, mais il le fait à divers égards de manière innovante : son attention aux écrits de Henry M. Stanley, déjà, est originale ; surtout, il met au frigo un certain nombre d’aprioris qu’on associe aujourd’hui aux études post-coloniales, mais qui avaient connu leurs heures de gloire dans les années 60 et 70 dans les très nombreuses dénonciations des « images du Noir ». Pour l’histoire des représentations et des médias, mais aussi pour un comparatisme renouvelé à partir de ce concept renouvelé de prose, enfin pour son point de vue sur le discours à propos de l’ailleurs, cet ouvrage mérite d’être signalé d’ores et déjà, en attendant sa traduction, qui paraît très souhaitable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Frits Andersen, Det mørke kontinent ? Afrikabilleder i europæiske fortællinger om Congo [Le Continent noir ? Images de l’Afrique dans les récits européens sur le Congo] », Questions de communication, 21 | 2012, 295.

Référence électronique

Pierre Halen, « Frits Andersen, Det mørke kontinent ? Afrikabilleder i europæiske fortællinger om Congo [Le Continent noir ? Images de l’Afrique dans les récits européens sur le Congo] », Questions de communication [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/6716

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Écritures, université de Lorraine
pierre.halen@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page