Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Jarmo Valkola, Interpretation of the Images. A Cognitive and Media Cultural Perspective on the Theory

Jyväskylä, Jyväskylä ammattikorkeakoulu, coll. School of cultural studies/Media design, 2003, 319 p.
Kristian Feigelson
p. 422-424
Référence(s) :

Jarmo Valkola, Interpretation of the Images. A Cognitive and Media Cultural Perspective on the Theory [Interprétation des images. Une perspective cognitive et culturelle des médias d’un point de vue théorique], Jyväskylä, Jyväskylä ammattikorkeakoulu, coll. School of cultural studies/Media design, 2003, 319 p.

Texte intégral

1Les travaux de chercheurs finlandais sur le cinéma ou la culture audiovisuelle sont assez peu connus en France. Hormis quelques rares articles de Peter von Bagh, chercheur francophone d’Helsinki, parus notamment dans la revue Trafic. Ce dernier ouvrage de Jarmo Valkola, professeur de cinéma à l’université de Jyväskylä, réinterprète les approches théoriques du cinéma dans une perspective plutôt cognitiviste. Dans ce projet ambitieux, l’auteur cherche à appréhender le processus artistique à travers quelques films, tout en montrant leurs implications avec l’esthétique. Il s’agit aussi de contribuer à la construction d’une pédagogie dans le domaine des arts visuels. Comment les sciences cognitives pourraient-elles, dans un cadre interdisciplinaire, constituer des sources de savoir spécifiques pour aborder le cinéma ? Que se passe-t-il, par exemple, quand le regard d’un spectateur se met en relation avec une œuvre cinématographique ? Comment se construit une expérience artistique ou comment fonctionne-t-elle et à partir de quelles véritables attentes… ? Autant de questions fondamentales auxquelles Jarmo Valkola tente de répondre dans les trois premiers chapitres consacrés aux processus de perception artistique (chap. 1), à la perception visuelle au travers des signes et des symboles (chap. 2), pour s’efforcer de comprendre l’essence d’une pensée visuelle (chap. 3). Dans la deuxième partie de sa réflexion, plus stimulante, et dans une perspective d’ouverture disciplinaire, Jarmo Valkola applique ces types de questionnements à quelques films très sélectionnés (le pictorialisme européen dans un contexte cinématographique (chap. 4), et surtout (chap. 5) l’analyse du film Sans soleil – 1982 – de Chris Marker).

2L’approche esthétique n’est donc jamais détachée de son objet le cinéma. Grâce à sa bonne connaissance du cinéma comme de la peinture, l’auteur présente un choix de films ou de cinéastes pertinents et représentatifs d’une modernité philosophique : Luis Buñuel pour comprendre le processus d’association grâce à l’analyse du Chien andalou (1928), Andreï Tarkovsky autour de la notion de durée et de temps dans quelques films spiritualistes majeurs comme Andrei Roublev (1966), Stalker (1979), et Le Sacrifice (1986), enfin Béla Tarr pour analyser la notion de paysage visuel et de recherche du temps perdu dans Damnation (1987) et Les Harmonies de Werckmeister (2000) (cf. le texte « L’esthétique visuelle de Béla Tarr », d’ailleurs repris in : Théorème, « Le cinéma hongrois : le temps et l’histoire », Paris, 7, 2003), lui permettant surtout d’approfondir la question de l’expressionnisme visuel. Sa dernière analyse, consacrée à Sans soleil, insiste sur la forme « mosaïque » de la construction filmique et ses juxtapositions narratives, aussi pour dégager une spécificité du rapport cinéma/mémoire (cf. un précédent numéro de Théorème, « Recherches sur Chris Marker », Paris, 6, 2002).

3Au travers des thématiques évoquées et grâce aux analyses filmiques, on peut se demander si la distinction parfois opérée entre films/mémoire et films de montage est toujours opérationnelle au regard de l’approche cognitive proposée au départ. Mais l’esthétique renvoie intelligemment à une histoire culturelle plus large, dépassant le cadre du cinéma ; la peinture comme la philosophie servent de supports implicites pour questionner le concept de représentation, approfondi dans cette relecture de Sans soleil. En outre, le choix judicieux de cinéastes inscrits dans une certaine modernité permet de conforter un certain nombre de thèses de l’auteur. Néanmoins, on peut rester sceptique quant à une approche cognitive de l’art pouvant devenir aussi trop réductionniste, au regard d’une conception plus sociologisante de l’art, développée notamment dans les thèses de Pierre Francastel (cf. Études de sociologie de l’art, Paris, Denoël, 1977), ou au regard d’une sociologie des publics. Par exemple, qu’est-ce qui prédisposerait plus à préférer le film d’auteur au film de divertissement ? À considérer la fiction comme relevant d’un désir du spectateur, pourrait-on alors se demander comment déterminer différentes « stratégies de distinction », construites autour d’une œuvre ? Ou se demander si une multitude d’acteurs dans l’élaboration d’une œuvre cinématographique (du processus de production au public) ne contribue pas à brouiller sa lisibilité ? On pourrait confronter cette approche cognitiviste à des thèses plus anciennes comme celles de l’École de Francfort qui, autour de Theodor Adorno, critiquaient dans l’après-guerre les effets d’un trop grand positivisme esthétique pour réévaluer la notion d’industrie culturelle. Des questionnements relevant sans doute plus d’une sociologie des pratiques culturelles, minimisant alors l’évaluation cognitivo-esthétique telle qu’elle est justifiée dans cet ouvrage, bien que Jarmo Valkola cite aussi les travaux de Michel de Certeau. Mais une nouvelle posture issue du champ de l’esthétique peut-elle tenir compte de ces questions (à cet égard, voir l’ouvrage de Laurent Jullier, Qu’est-ce qu’un bon film ?, Paris, Éd. La Dispute, 2002, défendant une approche similaire), bien que le choix des films ici analysés prédisposent à d’autres conclusions ? Doit-on alors dissocier l’éducation de l’art d’une éducation esthétique pour analyser le cinéma ? Si lire un film sur un mode esthétique peut relever d’une nouvelle aventure, comme le propose la conclusion en forme d’épilogue, l’approche définie par Jarmo Valkola s’attache en tout cas à réouvrir un regard plus critique aux sources de l’image. Enfin, la bibliographie, et surtout le glossaire des termes employés, s’avèrent d’une utilité vraiment pratique, significative d’approches plus pragmatiques trop méconnues ici, et sans doute en vogue en Europe du Nord. Enfin, ce livre est dédié à Raymond Durgnat, professeur de cinéma à l’East London University, disparu en 2002, et dont les multiples travaux mériteraient aussi une meilleure diffusion en France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kristian Feigelson, « Jarmo Valkola, Interpretation of the Images. A Cognitive and Media Cultural Perspective on the Theory », Questions de communication, 6 | 2004, 422-424.

Référence électronique

Kristian Feigelson, « Jarmo Valkola, Interpretation of the Images. A Cognitive and Media Cultural Perspective on the Theory », Questions de communication [En ligne], 6 | 2004, mis en ligne le 30 mai 2012, consulté le 19 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/6325

Haut de page

Auteur

Kristian Feigelson

IRCAV, Université Paris 3, Kristian.Feigelson@univ-paris3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page