Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Sébastien SaurSignal et l’Union soviétique. Édition française de Signal, 1940-1944

Parçay-sur-Vienne, Éd. Anovi, 2003, 160 p., 40 photos.
Gérald Arboit
p. 406-408
Référence(s) :

Sébastien SaurSignal et l’Union soviétique. Édition française de Signal, 1940-1944, Parçay-sur-Vienne, Éd. Anovi, 2003, 160 p., 40 photos.

Texte intégral

1D’un strict point de vue communicationnel, la Seconde Guerre mondiale a été marquée par le rôle accru accordé à la propagande, tant par les démocraties que par les pays totalitaires. Dans cette bataille de l’information qui opposa l’Allemagne aux Alliés et qui consacra la radio comme média dominant, un magazine reste emblématique de cette période, Signal. Ce bimensuel, fondé en avril 1940, s’impose par la qualité de ses photographies. Il intègre les préceptes des journaux dont il s’inspire, l’américain Life ou le français Match, pour mieux les surpasser. Dépassant le tabou qui semble avoir marqué cette revue depuis cinquante ans, un étudiant strasbourgeois, Sébastien Saur, a choisi d’en faire son sujet de mémoire de maîtrise d’histoire en 2002, dont une version adaptée est publiée un an plus tard.

2Il fonde ses analyses sur l’édition française, l’une des vingt-six de cette revue « vitrine » de l’armée allemande, même si elle n’est d’abord que l’édition illustrée du Berliner Zeitung, confisqué à la famille Ullstein en 1937. Ce point de vue permet de montrer la subtilité des mises en page de Signal. Chaque édition linguistique n’est que la traduction fidèle de l’édition allemande. Mais il arrive que des sujets d’ordre national soient présentés. Sébastien Saur en pointe deux en septembre 1943 : la couverture française substitue aux soldats de Vlassov deux Luchonaises en costumes folkloriques, destinées à soutenir la Révolution nationale, tandis que l’édition bulgare présente un portrait du roi Boris II, décédé le mois précédent. Là réside l’intelligence de Signal, revue de propagande allemande, mais en prise directe avec un lectorat international. Son propos porte sur la couverture de l’Union soviétique, tour à tour alliée puis cible du Reich. Cet angle d’étude n’est pas le moins intéressant. Il montre utilement le malaise éprouvé par cet organe de propagande à traiter l’ennemi idéologique en allié militaire, puis son revirement, dès juin 1941, pour le présenter comme le troisième « vilain de la pièce », selon la formule de l’autre historien de Signal, Jeffrey Alan Hanson (Signal : a Study in German Propagand of the Second World War, Amherst, University of Massachusetts, 1978). Pour Sébastien Saur, ce revirement idéologique montre bien le rapport structurel existant entre la direction de la revue et l’état-major allemand. Ce lien permet d’ailleurs à Signal d’obtenir les plus belles photos prises par ses photographes intégrés dans les Propaganda Kompanien des armées. Les interrogations de l’auteur portent beaucoup sur ces images, leur signification et leur scénarisation.

3Ainsi Sébastien Saur montre-t-il la difficulté pour tout organe de presse, même dévolu à la propagande, de rendre compte de la réalité de guerre. L’ouverture des hostilités à l’Est atteste combien les délais entre la transmission des photos et leur parution peuvent vite rendre caduque l’information qu’elles représentent. Les retards de publication durent jusqu’en juillet 1941. Les déboires militaires imposent de montrer une Wehrmacht victorieuse alors qu’elle recule. Les interrogations des journalistes sur l’issue de la campagne transparaissent. Ces derniers utilisent les ressorts de la propagande, reprenant à l’encontre des Russes les accusations de crimes que les Britanniques avaient forgées contre l’Allemagne en 1915. Tout le système de propagande est patiemment expliqué, de l’embrigadement de la météo (p. 61) à la stigmatisation de la société soviétique pour mieux présenter l’œuvre libératrice de l’armée allemande, la collaboration qui en découle, l’action de l’Organisation Todt… À partir de mai 1943, Signal présente une version politisée de la guerre ; le recul des troupes allemandes ne peut plus être nié. Aussi la revue adopte-t-elle un angle plus international, faisant émerger un concept à la vie longue, le « rideau de fer ». Le risque de la troisième guerre est évoqué à travers un article traitant d’une communication du vice-président américain Wallace (p. 108). Cette évolution discursive est concomitante d’un autre changement, négligé jusque-là : le racisme et l’antisémitisme inhérents au régime nazi. Une lecture superficielle de cette dernière tend à donner l’impression de leur absence. Mais cette idée ne résiste pas à l’examen de Sébastien Saur, faisant apparaître un magazine fortement teinté de racisme, progressivement supplanté par un antisémitisme de moins en moins dissimulé à mesure que l’issue de la guerre devient plus claire. Si le premier aspect est évident dans la guerre à l’Est, notamment dans la présentation des bolcheviques rejetés comme non européens, la question juive n’est pas évoquée avant la fin 1943, voire le début de 1944, et encore systématiquement liée à la question communiste.

4En somme, Sébastien Saur offre une bonne étude de cette revue de propagande, dont l’adhésion évidente au mot d’ordre nazi semble être liée à l’évolution interne du régime suite à l’accumulation de défaites. De très beaux exemples de l’iconographie de Signal accompagnent ce travail qui annonce de futures recherches sur la structure de la revue. On déplorera simplement quelques erreurs historiques (par exemple, p. 22, sur l’exploitation de la guerre de Crimée pour justifier le pacte germano-soviétique) et typographiques (les annexes signalées dans les notes infrapaginales manquent).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérald Arboit, « Sébastien SaurSignal et l’Union soviétique. Édition française de Signal, 1940-1944 », Questions de communication, 6 | 2004, 406-408.

Référence électronique

Gérald Arboit, « Sébastien SaurSignal et l’Union soviétique. Édition française de Signal, 1940-1944 », Questions de communication [En ligne], 6 | 2004, mis en ligne le 30 mai 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/6305

Haut de page

Auteur

Gérald Arboit

CÉRIME, Strasbourg 3, Gerald.Arboit@urs.u-strasbg.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page