Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Olivier Christin, Les yeux pour le croire. Les Dix Commandements en images XVe-XVIIe siècle

Paris, Éd. du Seuil, 2003, 157 p.
Mireille Chazan
p. 349-350
Référence(s) :

Olivier Christin, Les yeux pour le croire. Les Dix Commandements en images XVe-XVIIe siècle, Paris, Éd. du Seuil, 2003, 157 p.

Texte intégral

1Olivier Christin étudie les images illustrant le Décalogue entre 1450 et 1650 dans les pays de langue allemande ; ces images se distinguent les unes des autres par leur destination, leur usage, leur origine géographique et confessionnelle, qu’il s’agisse de gravures, de peintures, de sculptures, de fresques ; mais elles ont toutes le même sujet. Dans ce corpus, l’auteur met en évidence l’apparition d’une iconographie nouvelle en 1527, avec les bois gravés de Lucas Cranach pour un traité de Melanchthon ; ce traité ne verra jamais le jour, mais les bois seront réutilisés par Luther en 1529 pour son Grand catéchisme.

2Aux derniers siècles du Moyen Âge, le Décalogue était illustré par des scènes bibliques, mais souvent aussi par des scènes de la vie quotidienne, voire par des gravures empruntées à des œuvres littéraires. Les bois de Cranach marquent une rupture car ils se réfèrent exclusivement à des passages de l’Ancien Testament, dont certains très peu connus. La rupture ne vient pas de la place dominante donnée au Décalogue dans l’enseignement et la prédication ; il faut rappeler, peut-être plus que ne le fait Olivier Christin, que les ouvrages de piété médiévaux, en particulier ceux qui sont destinés aux laïcs, les Psautiers, les livres d’heures, les ouvrages d’édification, les miroirs aux princes et les manuels d’enseignement faisaient une place non négligeable aux Dix commandements. Ce qui est neuf, c’est qu’après 1527, le Décalogue est présenté par les Luthériens comme la seule loi de la société chrétienne, indiquant les seules bonnes œuvres à accomplir et les seuls péchés à fuir, à condition du préalable de la foi dans le Christ. Le Décalogue devient le moyen privilégié pour penser et organiser tout le monde social. Le quatrième com-mandement en particulier (« Tu honoreras ton père et ta mère ») justifie la hiérarchisation de la société et légitime les autorités temporelles, établies par Dieu depuis le père de famille et le maître d’un métier jusqu’au prince.

3Le canon iconographique relativement homogène imposé par les Luthériens, a pour but d’aider les illiterati à mémoriser la substance de la loi chrétienne, selon des traditions qui remontent à l’Antiquité. Pour les litterati, l’image n’a pas pour fonction d’illustrer le texte du Décalogue, mais sert d’introduction à la lecture de la Bible, que Luther traduit en allemand à partir de 1521 et publie en 1535. Lire et voir les Dix commandements doit conduire à se tourner vers Dieu en écoutant sa Parole, alors que la Biblia pauperum, très répandue en Allemagne au XVe siècle, qui commentait par le texte et l’image le sens littéral et le sens spirituel des Écritures, éloignait de la Parole au lieu d’en rapprocher selon Luther. Cependant, cette conception de l’image, en raison de l’effort d’interprétation qu’elle exigeait du fidèle, ne se maintiendra pas au-delà du XVIIe siècle où l’on revient à des illustrations proposant des exemples à fuir et à imiter, largement encadrées par des légendes.

4Quels ont été les effets de l’iconographie luthérienne du Décalogue ? Elle a visé à façonner et à transformer le monde social. La condamnation de l’adultère, illustrée par les épisodes de David et Bethsabée et Joseph et Putiphar, dénonce la corruption de l’ordre social mais tout autant la responsabilité des femmes, promptes à exciter le désir masculin. Parallèlement, dans les villes allemandes, la même condamnation s’affirme dans la jurisprudence contre l’adultère et dans d’innombrables écrits où se manifeste une misogynie croissante. De même, les illustrations du second et huitième commandement visent à instaurer une politique de la langue, assignant à chacun sa place précise, en incitant les fidèles à se garder du blasphème et les autorités à se garder du serment illégitime. Dans l’ensemble, les illustrations du Décalogue après 1527 constituent un discours destiné, en premier lieu, à conforter les autorités et à faire agir les fidèles conformément au discours dominant. Cependant, comme il s’adresse à toute la société et à toutes les autorités quel que soit leur niveau, il peut être intériorisé par tous.

5L’ouvrage est remarquable parce qu’il met en évidence la cohérence du discours tenu par les Luthériens au XVIe siècle. Au thème de ce discours, le Décalogue, loi de Dieu qui insère les fidèles dans l’histoire du salut, répond sa représentation par l’image qui doit d’abord conduire à la lecture de cette histoire, tout en soulignant la nature pécheresse de l’homme, la nécessité de contrôler ses mœurs sans renoncer à la justification par la foi. L’image n’a pas pour fonction d’illustrer un texte mais de lui donner un sens par lequel imposer un ordre social acceptable par tous. Ainsi Olivier Christin, en prenant appui sur cette pratique de l’image, réussit-il à dépasser l’opposition entre une historiographie contemporaine qui met l’accent sur l’encadrement et le contrôle des fidèles par l’Église et l’État au XVIe siècle et une historiographie qui insiste sur l’intériorisation des nouvelles contraintes. Toutefois, le mérite principal de l’auteur est de montrer et faire comprendre, à partir d’un sujet en apparence limité, comment fonctionne une religion au sein d’une société donnée, question qui est au cœur de la démarche de tout historien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Chazan, « Olivier Christin, Les yeux pour le croire. Les Dix Commandements en images XVe-XVIIe siècle », Questions de communication, 6 | 2004, 349-350.

Référence électronique

Mireille Chazan, « Olivier Christin, Les yeux pour le croire. Les Dix Commandements en images XVe-XVIIe siècle », Questions de communication [En ligne], 6 | 2004, mis en ligne le 29 mai 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/6267

Haut de page

Auteur

Mireille Chazan

CRHCEO, Université de Metz, chazan@sha.univ-metz.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page