Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Roy Panagiotopoulou, dir., Hψηφιακή πζρόκληση. ΜΜΕ και Δημοκρατία

Athènes, Département de communication et des médias, Université nationale d’Athènes, Dardanos, 2003, 671 p.
Angeliki Koukoutsaki-Monnier
p. 396-398
Référence(s) :

Roy Panagiotopoulou, dir., Hψηφιακή πζρόκληση. ΜΜΕ και Δημοκρατία, Athènes, Département de communication et des médias, Université nationale d’Athènes, Dardanos, 2003, 671 p.

Texte intégral

1Voici une belle initiative du département de communication et des médias de l’université d’Athènes qui nous offre un ouvrage intéressant sur un thème aussi épineux qu’actuel, celui de la démocratie et des médias à l’ère du numérique. Si l’Association internationale d’études et de recherche en information et communication (aieri-iamcr) a choisi le thème de la démocratie pour son congrès international au Brésil (« Communication et démocratie : perspectives pour un nouveau monde », Porto Alegre, juillet 2004), c’est sans doute parce que cette question soulève plusieurs problématiques et semble loin d’être définitivement débattue. L’ouvrage émane des travaux d’un colloque international du même titre qui s’est tenu à Athènes en mai 2001. Trente-sept chercheurs, grecs et étrangers – surtout anglo-saxons –, croisent leur regard sur les technologies de l’information et de la communication (TIC), sur leur relation avec les médias traditionnels, leurs usages individuels et collectifs, les pratiques sociales qu’ils instaurent et les enjeux qu’ils soulèvent.

2L’ouvrage est composé de six unités thématiques. Les deux premières, intitulées « Théories de communication et nouvelles évolutions communicationnelles » et « Démocratie et espace public à l’ère de l’information et du numérique », englobent majoritairement des articles qui, sous forme d’essais, débattent autour du thème des « effets » des technologies sur les individus et les sociétés. Ainsi constituent-elles le terrain où s’affrontent deux positions qui, dans un premier temps, semblent s’opposer : d’un côté, un déterminisme optimiste qui voit dans la technologie la panacée salvatrice de certains maux de nos sociétés contemporaines à travers la consolidation de la démocratie « participante » et le renforcement de la conscience citoyenne ; de l’autre côté, une approche plus pessimiste qui met en garde contre les inégalités que renforcent les TIC entre individus et nations, ainsi que la dimension marchande et l’homogénéisation esthétique qui envahissent ce secteur. Si les regards, les appréciations et les interprétations diffèrent entre intervenants, une conclusion commune semble, finalement, s’imposer : hormis d’être des machines technologiques qui modifient nos pratiques et notre perception du temps, de l’espace et du savoir, les nouveaux médias sont aussi – ou avant tout, pour certains – des institutions sociales qui se constituent par leur économie politique et les relations de pouvoir existant au sein d’une société donnée. Par conséquent, le rôle de l’action humaine s’avère primordial et c’est à elle de déterminer la construction des sociétés futures, car la technologie seule ne peut garantir la démocratie, le dialogue social et la sensibilisation des citoyens à des questions d’ordre politique. Dans cette optique, sont présentés à la fin de la deuxième unité thématique les résultats de deux études de cas concernant les élections législatives grecques, en 2000, qui fournissent des informations intéressantes sur l’usage politique de l’internet en Grèce. Enfin, notons les inquiétudes de certains auteurs à propos du statut des sciences de la communication, tant en termes d’objet que de méthodologie. Ils expriment le besoin d’élaborer une approche sociale synthétique, plus large et moins centrée sur les objets technologiques, qui seule permettrait d’appréhender la communication à travers les médias, l’évolution et les tendances de celle-ci, dans le cadre global de la communication humaine.

3La troisième unité thématique, qui porte le titre « Économie politique du cyberespace », rejoint l’esprit des conclusions évoquées supra mais aborde des sujets plus spécifiques, liés notamment à l’internet. Par exemple, sont étudiés le rôle des portails dans l’organisation du cyberespace, l’évolution des « dot.com », la notion de public de l’internet, ainsi que les disparités constatées entre les pays-membres de l’Union européenne en matière de politiques des TIC, « trace des contradictions internes de l’Union européenne et des dilemmes que pose la transition à la société de l’information » (p. 312). La multitude des acteurs que mobilise l’internet le rend finalement complexe, plutôt obscur – car en constante transformation – et difficile à étudier dans sa totalité insaisissable. Exemple caractéristique de cette complexité, les « communautés » de l’internet, nouveaux espaces publics et noyaux de pouvoir « locaux et instables », que traite la quatrième unité thématique de l’ouvrage, sous le titre « Réseaux numériques : communautés, identités et identifications ». Quand et comment se crée une communauté virtuelle ? Comment peut-elle fonctionner de façon efficace pour motiver le citoyen à mieux s’impliquer dans la vie collective ? L’internet peut-il être utilisé pour la création d’une identité européenne ? Quelles sont les nouvelles formes d’activisme issues du cyberespace ? Autant de questions abordées par les auteurs de cette partie qui mettent en évidence quelques-uns des usages et des aspects symboliques de l’internet.

4La cinquième unité thématique – « Les médias traditionnels à l’ère du numérique » –, dresse l’état de la télévision numérique en Europe et le rôle primordial que peuvent jouer les télévisions publiques et les télévisions régionales, en tant que gardiennes de l’esprit du service public, pour les premières, et garantes du multiculturalisme européen, pour les secondes. L’exemple de l’insertion de la télévision numérique en Grande-Bretagne permet d’extraire quelques premières informations sur le profil des usagers. Enfin, est présentée l’évolution des émissions radiophoniques avec l’entrée des ordinateurs dans les studios et la façon dont les producteurs grecs d’émissions de musique appréhendent ces transformations.

5La dernière unité thématique – « Société et art au sein du contexte numérique : visibilités et ombrages » –, propose tout d’abord une réflexion sur les usages des TIC dans des domaines autres que celui des médias, comme le droit, la criminologie et l’enseignement. Les auteurs s’accordent pour dire que si les possibilités offertes par l’informatique peuvent considérablement aider l’œuvre des juges, inspecteurs et enseignants, elles ne peuvent pas – ou au moins elles ne devraient pas – remplacer l’homme qui seul à travers un processus d’élaboration cognitif peut transformer les informations brutes en jugement. La question de la visibilité limitée de la parole féministe sur l’internet est ensuite abordée, suivie de la relation entre art, société et nouvelles technologies. Enfin, une dernière recherche sur les représentations des TIC au cinéma offre des visions plutôt pessimistes sur le fonctionnement de la démocratie à l’ère des réseaux numériques.

6À la fin de l’ouvrage, trois tables rondes complètent les débats. Elles donnent la possibilité à des hommes politiques, journalistes, hommes des médias et académiciens de s’exprimer sur l’état actuel des médias et de la politique en Grèce, ainsi que sur les perspectives qui s’ouvrent à ceux-ci avec l’avènement de la technologie numérique.

7Entre essais et recherches empiriques, spéculations et démonstrations, approches optimistes ou sceptiques, les auteurs offrent un panorama intéressant des différentes façons d’appréhender un thème complexe, celui de la relation entre technologie numérique, société et démocratie. Si l’utilisation du terme « numérique » n’est pas exactement la même pour tous les auteurs (certains se réfèrent à la numérisation de la diffusion des messages, d’autres aux applications de l’informatique de façon plus générale), il n’en demeure pas moins que cet ouvrage se distingue par la richesse du contenu. Il offre aussi un panorama des premiers travaux des chercheurs grecs dans le domaine des TIC et un aperçu sur quelques recherches en cours au sein du département de communication et des médias de l’université d’Athènes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Angeliki Koukoutsaki-Monnier, « Roy Panagiotopoulou, dir., Hψηφιακή πζρόκληση. ΜΜΕ και Δημοκρατία », Questions de communication, 6 | 2004, 396-398.

Référence électronique

Angeliki Koukoutsaki-Monnier, « Roy Panagiotopoulou, dir., Hψηφιακή πζρόκληση. ΜΜΕ και Δημοκρατία », Questions de communication [En ligne], 6 | 2004, mis en ligne le 29 mai 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/6017

Haut de page

Auteur

Angeliki Koukoutsaki-Monnier

GEREC-F, Université des Antilles et de la Guyane, akoukoutsaki@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page