Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Raymonde Moulin, Le marché de l’art. Mondialisation et nouvelles technologies

Paris, Flammarion, coll. Champs, 2003, 204 p.
Daniel Jacobi
p. 390-392
Référence(s) :

Raymonde Moulin, Le marché de l’art. Mondialisation et nouvelles technologies, Paris, Flammarion, coll. Champs, 2003, 204 p.

Texte intégral

1Un petit livre destiné à devenir un classique ! Tous les chercheurs qui s’intéressent à la culture et à leurs publics connaissent Raymonde Moulin. L’ouvrage qu’elle a dirigé il y a déjà vingt ans et qui a été réédité il y a déjà quelques années (La sociologie des arts, Paris, Éd. La Documentation française, 1986), a profondément renouvelé les idées convenues sur la diffusion de la culture. Il est vrai que celles-ci continuent d’être entachées d’opinions simplificatrices et réductrices. Soit on prend pour argent comptant les apories volontaristes sur la démocratisation de l’accès à l’art ; et dans ce cas, l’on confond les slogans de la communication officielle sur quelques événements phares (les journées du patrimoine par exemple) ou le succès de fréquentation remporté par quelques grandes expositions temporaires organisées à Paris, avec l’impact réel, très en deçà des apparences, des efforts de diffusion de la culture artistique savante. Soit, au contraire, dans le droit-fil des théories néo-marxistes de Pierre Bourdieu sur les inégalités et la reproduction, on dénie toute efficacité aux rares efforts de médiation à destination d’un plus large public. Raymonde Moulin fait partie du petit nombre de chercheurs qui ont contribué au renouveau des recherches sur la réception, avec une vision qui n’est ni angélique, ni désolée ou désespérée.

2Mais l’auteur est surtout une spécialiste reconnue des rapports singuliers et mal connus qui se tissent entre la création artistique, les prix exorbitants qu’atteignent certaines œuvres de grands peintres et ces institutions tutélaires et a priori désintéressées que sont les musées (cf. L’artiste, l’institution et le marché, Paris, Flammarion, 1992). Son aisance à passer du domaine de la sociologie à celui de l’économie y contribue sans doute beaucoup. L’approche économique, parce que les données empiriques analysées dans la durée sont têtues, contredit vite les idées reçues, comme celles sur le prix réel des œuvres d’art compte tenu de l’inflation ou comparativement à d’autres placements moins prestigieux.

3Dans Le marché de l’art, en analysant finement les rapports entre les artistes, une poignée de directeurs de galeries, les riches collectionneurs des pays développés et les conservateurs qui dirigent ces vénérables et anciennes institutions que sont les grands musées de beaux-arts, Raymonde Moulin établit comment fonctionne, par à-coups, le marché de l’art. Elle signale au passage comment en France, l’État s’est substitué aux grands collectionneurs d’art contemporain. Elle montre que de rares et influents intermédiaires se chargent, non seulement de commercialiser les œuvres de certains artistes, mais aussi d’assurer leur promotion auprès des collectionneurs fortunés et les conservateurs des grands Musées. Les conservateurs – ou plutôt « curateurs » (amusante francisation de l’anglais curator) – sont aussi à l’occasion commissaires (ne faudrait-il pas dire auteurs ?) de grandes expositions temporaires qui officialisent et consacrent le talent, l’inscrivent dans l’ordre de l’écrit par l’édition simultanée de luxueux et savants catalogues. Certes, le marché de l’art n’est pas indépendant du talent. Mais il n’est en rien réductible à celui-ci. En raison des prix atteints par les tableaux de quelques artistes, l’art est devenu indissociable de la spéculation financière qui considère les chefs-d’œuvre comme des placements avantageux, paradoxe qui les conduit dans les coffres-forts des banques par peur du vol, de la destruction ou à cause du coût extravagant des assurances.

4Pourtant, comme le signale Raymonde Moulin, rien de tout cela n’est très assuré : seuls quelques artistes anciens et de rares contemporains intéressent les spéculateurs. Les stratégies des musées, concurrents les uns des autres ou co-producteurs d’événements artistiques mondiaux, ne confèrent une reconnaissance officielle et une expertise fragile et provisoire qu’à quelques-uns des soubresauts de la création. Les vrais agents de cette dynamique sont un petit nombre de grands galeristes internationaux et des intermédiaires, sortes de courtiers qui sont seuls capables de promouvoir de nouveaux artistes au plan mondial. Les cours sont établis et réajustés par les deux grands groupes de vente par enchères qui se partagent le marché mondial auquel n’accèdent que de riches collectionneurs et les institutions, qu’elles soient publiques ou dépendantes de fondations ailleurs qu’en France.

5L’essentiel du propos repose, pour le seul domaine de l’art contemporain, sur la description très suggestive de ce monde de l’art, de son marché et de ses acteurs. Il est donc d’abord une reprise de son ouvrage précédent qui est ainsi résumé et actualisé. Ce qui en soi est déjà utile et très enrichissant. Le sous-titre Mondialisation et nouvelles technologies, sorte de coup de chapeau à l’actualité et à la mode, constitue un utile prolongement au saisissant tableau dressé par l’auteur. Mondial, le marché de l’art l’était déjà depuis près de cinquante ans. Et les nouvelles technologies ne l’ont au mieux qu’accompagné en contribuant à son fonctionnement. Ni les grandes biennales ou les foires internationales, ni l’emploi à des fins plastiques de la vidéo, ni les enchères par l’internet ne sont parvenus à remodeler le marché de l’art. Toutefois, un chapitre est réellement original : celui consacré à la « sauvegarde de la rareté ». La photographie, la vidéo, l’art sur l’internet sont par définition multipliables à l’infini tout en préservant les qualités de l’œuvre unique originale. Comment garantir et l’aura de l’œuvre unique et la rareté qui, seule, justifiait du coût élevé ? L’estampe et la photographie ont depuis longtemps montré la voie en édifiant les règles de l’édition originale, en série limitée et numérotée, tandis que l’art conceptuel imposait le certificat signé du créateur et donnant l’autorisation à un régisseur d’actualiser la pièce ou l’installation conçue par son créateur.

6Ce petit opus se lit avec une réelle facilité et ce, en dépit des multiples emprunts, non seulement à la sociologie et à l’économie, mais aussi au jargon de l’art contemporain. Pour aider le lecteur, un glossaire d’une quarantaine d’entrées est disponible en fin de volume. Environ un tiers d’entre elles sont consacrées aux termes économiques. Les autres correspondent à la langue de spécialité de l’art contemporain et, en particulier, des grands courants de création. La relative simplicité ne doit pas cacher l’ambition du propos ni son originalité. Le format et la collection dans lesquelles le précédent livre avait été publié explique pourquoi l’ouvrage ressemble à un manuel avec des affirmations quelque peu dogmatiques, une absence de présentation des méthodes permettant de dresser ce tableau et aucune discussion concernant les auteurs cités qui sont plus nombreux qu’il n’y paraît à consulter les rares notes de bas de page. Derrière des affirmations parfois péremptoires et faussement simplificatrices, se cache une réelle connaissance des travaux les plus récents et de la littérature sur l’art contemporain. Sans prendre grand risque, on peut pronostiquer que ce Marché de l’art est destiné à devenir un irremplaçable classique et qu’il le mérite amplement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Jacobi, « Raymonde Moulin, Le marché de l’art. Mondialisation et nouvelles technologies », Questions de communication, 6 | 2004, 390-392.

Référence électronique

Daniel Jacobi, « Raymonde Moulin, Le marché de l’art. Mondialisation et nouvelles technologies », Questions de communication [En ligne], 6 | 2004, mis en ligne le 29 mai 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/6011

Haut de page

Auteur

Daniel Jacobi

LCC, Université d’Avignon et des pays du Vaucluse, daniel.jacobi@univ-avignon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page