Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Samuel Mercier, L’éthique dans les entreprises

Paris, Éd. La Découverte, coll. Repères, 2004, 119 p.
Jamila Ysati
p. 388-390
Référence(s) :

Samuel Mercier, L’éthique dans les entreprises. Nouvelle édition. Paris, Éd. La Découverte, coll. Repères, 2004, 119 p.

Texte intégral

1Pour éviter que l’on confonde ce livre avec un énième ouvrage sur l’éthique en entreprise, la couverture de la nouvelle édition (la première date de 1999) porte la mention « Un état des lieux clair et précis ». On y trouve une mise à jour des réflexions de Samuel Mercier sur la conception de l’éthique en entreprise au début du XXIe siècle. Car, selon lui, l’éthique sera de plus en plus ressentie comme une nécessité en raison des demandes croissantes de tous les acteurs de l’entreprise.

2Clair, précis et parfaitement illustré, le livre redéfinit chaque concept. C’est ainsi qu’il commence par préciser ce qu’est « l’éthique organisationnelle » (expression que l’auteur préfère à celle de morale d’entreprise). Il s’agit de « la réflexion qui intervient en amont de l’action et qui a pour ambition de distinguer la bonne et la mauvaise façon d’agir » (p. 34). Il faut ensuite passer aux actes, processus contrôlé par la déontologie. Le but de l’entreprise n’est pas seulement de faire du profit par n’importe quel moyen : il faut civiliser la concurrence des acteurs. Aussi toute entreprise a-t-elle une « responsabilité sociale » qui touche chacune de ses composantes : les cadres qui doivent associer au pouvoir le respect de la personne, ce qui donne lieu à une analyse de « l’homme au cœur de l’entreprise » dans le groupe Lafarge, le personnel salarié, les partenaires externes. Et tous ont aussi des devoirs envers l’environnement. De la sorte, on a abouti à la notion (contestée) d’« entreprise citoyenne » – proposée, entre autres acteurs, par le Centre des jeunes dirigeants en 1992 –, c’est-à-dire une entreprise qui a conscience de ses devoirs et qui fournit des contributions sociales diverses (emplois, formations, actions sociales, éducatives ou culturelles) aidant – ou plutôt – relayant l’État dans la prise en charge des grands problèmes de la société.

3Pour que l’éthique soit efficace, il convient de suivre un certain nombre de procédures afin que les règles aient un caractère officiel, sinon solennel. Ainsi l’entreprise peut-elle constituer un groupe de personnes (occupant des fonctions de responsabilité) qui sera chargé de formaliser l’éthique et les règles de déontologie. Ceci peut se faire en deux étapes. La première consiste à élaborer une réflexion proprement éthique afin de rédiger un document à partir d’objectifs élaborés – ou déjà définis – par la direction. On peut alors expliciter les principes, valeurs, croyances, idéaux et prescriptions de l’entreprise éthique. Une fois ce document formalisé (l’auteur donne des conseils et des directives pour la conception d’un tel document), il sera communiqué aux cadres qui se chargeront de faire descendre l’information. On peut également envisager, par exemple dans les filiales de groupes étrangers, de le remettre directement à chaque salarié. Cette diffusion sera élargie aux autres partenaires de l’entreprise et fera, dans tous les cas, l’objet de réunions d’information. La direction procède ensuite à la nomination d’un « comité d’éthique » et de déontologues. De la sorte, on réduit une partie des conflits, ce qui devrait améliorer le climat des relations humaines sans pour autant faire appel à la conscience morale des acteurs.

4Par cette démarche d’origine américaine, l’entreprise accepte d’avoir une « responsabilité sociale » envers ses membres ou ses partenaires. Cela peut même s’inscrire dans une logique plus globale de « développement durable » dont l’auteur rappelle la définition, parue dans le rapport Brundland : « Un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs » (p. 11).

5À l’instar de toutes les démarches qualité (dans le cas de l’éthique, c’est la norme internationale SA 8000 qui définit les standards sociaux fondés sur les conventions de l’Organisation internationale du travail), celle de l’éthique peut faire l’objet d’audits, suivis de publications de bilans de développement social ou durable, qui regroupent les thèmes de l’éthique organisationnelle, de la responsabilité sociale et environnementale de l’entreprise. En France, cette publication est une obligation pour les entreprises cotées sur un marché réglementé. Ainsi comprise, l’éthique reste davantage l’affaire des grandes entreprises. Danone et EDF ont formalisé leurs principes en 2003, alors que 98 % des PME françaises ne l’ont pas fait. On est donc face à une pratique managériale qui relève avant tout de l’engagement et de la volonté de certains dirigeants. Cette pratique suscite de plus en plus d’intérêt auprès des chercheurs et des médias, ce qui contribue à renforcer le phénomène. Ce faisant, l’entreprise peut gérer son image ou renforcer sa réputation et sa légitimité, ce qui signifie qu’on peut être éthique pour des raisons immorales. Dans l’instrumentalisation de ce goût pour l’éthique, on peut entrevoir ce que Stéphane Olivesi appelait « démarches communicationnelles » (La communication au travail. Une critique des nouvelles formes de pouvoir dans les entreprises, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2002).

6La culture de l’entreprise et celle du pays où cette dernière est implantée, pensées par l’auteur comme « un ensemble complexe de valeurs, de croyances, de symboles, de pratiques qui définissent la manière dont une entreprise réalise ses activités » (p. 33), sont des éléments déterminants pour l’institution de l’éthique dans les entreprises. Ainsi peut-on remarquer une divergence significative d’un pays à l’autre. Aux États-Unis, l’éthique fait partie de la vie de toutes les entreprises et 90 % des plus grandes entreprises l’ont formalisée. Cette démarche s’est développée à la suite de pressions juridiques, mais les patrons américains y voient aussi une source de profit supplémentaire : « Ethics is good for business ». C’est encore un outil stratégique pour faire face à la concurrence mondiale. Au Japon, société où le droit est fortement implicite, seules 40 % des grandes entreprises ont formalisé leurs règles. Leur contenu ne comporte que des déclarations de nature philosophique faisant référence à des normes culturelles générales qui transcendent l’entreprise. L’Europe, quant à elle, n’a pas une vision uniforme. Chaque pays essaie de trouver sa propre manière d’envisager la place de l’éthique dans l’entreprise, même si plusieurs d’entre eux cherchent à imiter les pratiques américaines. Culturellement différente des États-Unis, la France a bien du mal à définir une vision partagée et les patrons cherchent leur voie entre idéalisme et utilitarisme. Les pays protestants (Allemagne, Pays-Bas et pays scandinaves) donnent plus d’importance à l’éthique que les pays de l’Europe latine et catholique. La Grande-Bretagne est assez sensible au phénomène puisque 60 % de ses entreprises possèdent un document éthique en 2000, contre 18 % en 1987 et 47 % en 1995.

7D’une façon générale, les variations temporelles sont intéressantes. En comparant les contenus de la première et de la deuxième édition de l’ouvrage, on peut suivre l’avancée (très) relative de ce qui peut être, ici, un effet culturel (ou religieux) et ailleurs, un effet de mode. Ce mouvement devra s’adapter à d’autres facteurs comme l’évolution rapide des technologies de l’information et de la communication. Les règles de comportement étant formalisées, les accusations auront plus d’impact et seront plus vite diffusées, ce qui ne manquera pas de modifier la nature des relations entre les acteurs. Loin d’augmenter la légitimité de ceux qui ont le pouvoir, l’éthique pourrait l’amoindrir, si ce n’est la détruire. En outre, la plupart du temps, l’éthique est « immorale » car elle n’est pas une fin en soi, mais un moyen visant d’autres objectifs. Elle ne résulte pas non plus d’un choix vraiment démocratique. Dans ces conditions, il n’est pas certain que l’éthique soit un indicateur de performance des entreprises. Ainsi comprise, la notion n’est nullement ce que les penseurs occidentaux ont appelé « éthique » au cours de l’Histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jamila Ysati, « Samuel Mercier, L’éthique dans les entreprises », Questions de communication, 6 | 2004, 388-390.

Référence électronique

Jamila Ysati, « Samuel Mercier, L’éthique dans les entreprises », Questions de communication [En ligne], 6 | 2004, mis en ligne le 29 mai 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/6009

Haut de page

Auteur

Jamila Ysati

CREM, Université de Metz, Jamila.Ysati@univ-nancy2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page