Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Gary D. Mole, Beyond the Limit-Experience. French Poetry of the Deportation, 1940-1945

New York e.a., P. Lang, coll. Comparative Romance Languages and Litteratures, vol. 122, 2002, 228 p.
Christoph Vatter
p. 475-476
Référence(s) :

Gary D. Mole, Beyond the Limit-Experience. French Poetry of the Deportation, 1940-1945. New York e.a., P. Lang, coll. Comparative Romance Languages and Litteratures, vol. 122, 2002, 228 p.

Texte intégral

1Analysant environ 250 poèmes écrits en français par une centaine de prisonniers et de déportés dans les prisons et camps de concentration nazis, Gary D. Mole propose une lecture qui met en valeur leurs qualités esthétiques et stylistiques, aspect négligé par beaucoup d’études antérieures. Selon l’auteur, ces poèmes écrits dans des circonstances cruelles et inhumaines, sont souvent réduits à des fonctions didactiques et documentaires. D’un côté, la poésie de la déportation serait produite pour laisser un héritage aux générations postérieures qui ne devront jamais oublier les souffrances des victimes du nazisme ; de l’autre, ces poèmes seraient vus comme des témoignages sur les conditions de vie et de mort dans les prisons et camps de concentration, et leurs effets sur l’esprit humain. Néanmoins, une approche analytique qui prend en considération les qualités littéraires du corpus, au-delà de sa fonction de témoin de l’expérience limite, serait souvent occultée par des aspects moraux et didactiques. L’analyse critique serait sacrifiée pour un discours de l’inimaginable et de l’indicible ne prenant pas en compte le rôle de l’imaginaire et l’effort conscient d’exprimer l’expérience vécue sous forme poétique (p. 19). Gary D. Mole a pour but de présenter la poésie française de la déportation, en combinant la lecture thématique avec une analyse littéraire pour montrer comment des procédés stylistiques et esthétiques ont été utilisés, de façon consciente, par les auteurs, afin de donner une expression à leurs souffrances et espérances. Il veut donc montrer que la force émotionnelle de ces poèmes n’est pas un a priori et ne relève pas du simple fait qu’ils ont été écrits dans les camps, mais qu’il est une conséquence des qualités stylistiques et esthétiques de cette poésie.

2Au niveau méthodologique, l’étude des poèmes est organisée selon une approche combinant l’analyse historique et thématique, et l’analyse stylistique et esthétique. Le premier chapitre est consacré à la contextualisation. En examinant les conditions des prisonniers français dans les camps, Gary D. Mole dégage la place de la poésie à l’intérieur des différentes activités culturelles. Dans le deuxième chapitre, il traite des problèmes d’ordre théorique comme les limites de la représentation et l’esthétisation de l’insupportable. Les deux parties suivantes sont à dominance thématique : d’une part, l’intégralité du corpus est présentée par la progression chronologique, à travers les différentes étapes qui vont de la déportation en France à l’arrivée dans les camps de concentration, puis à la vie quotidienne dans les camps ; d’autre part, la quatrième partie est consacrée au clivage entre la réalité physique de l’emprisonnement et les efforts de résistance spirituelle contre la déshumanisation à travers les poèmes. Dans le dernier chapitre, l’auteur propose une analyse esthétique détaillée, mettant en valeur les spécificités de la forme, des images et de la langue des œuvres.

3Loin de toute critique littéraire, et après un rapide parcours des anthologies et études subséquentes montrant le primat d’une lecture morale et didactique, l’auteur précise la problématique du corpus, due à la dominance du terme « déportation » en français : la confusion entre poésie de la Résistance et poésie des camps, poésie des camps et poésie de la Shoah, poètes juifs et non-juifs. Gary D. Mole définit comme déporté toute personne déportée de France vers un camp de concentration ou un camp de la mort (p. 33). En considérant la différence entre déportation juive et non-juive, on peut également expliquer que 90 % des poèmes français sont écrits par des auteurs non-juifs, surtout par des prisonniers gaullistes et communistes.

4En se fondant, en premier lieu, sur des témoignages en prose (e.g. Robert Antelme ou Jorge Semprun), l’auteur dégage le rôle de la poésie comme activité de résistance culturelle majeure (p. 41) dans les différents camps, à côté d’autres activités comme la chanson, les recettes ou la pratique religieuse. En raison des conditions matérielles précaires de la production poétique (comme le manque de matériel d’écriture), beaucoup des poèmes analysés peuvent être considérés comme « poésie de la mémoire » (p. 47). Dans le deuxième chapitre, intitulé « La résistance de la représentation », l’auteur montre que des aspects théoriques, comme les limites de la représentation ou la transformation de la négativité et de l’absence peuvent être traités à partir de l’analyse concrète des poèmes. Ainsi, ceux-ci thématisent-ils le manque d’amour ou de nourriture et, loin d’une imitation verbale de la violence physique, se servent-ils de moyens stylistiques, parfois même de l’humour ou de l’aironie, pour exprimer et transmettre les souffrances des internés. Après le survol thématique du corpus dans le troisième chapitre qui met en vigueur la qualité testimoniale des poèmes à travers les étapes de la déportation, Gary D. Mole présente les différentes formes de résistance de l’esprit par la poésie. Il dégage l’activation d’éléments spirituels et religieux pour garder l’espoir, de valeurs comme la liberté, le patriotisme, la foi et la justice divine.

5Le cinquième et dernier chapitre est consacré à la re-lecture critique des poèmes. En les examinant, Gary D. Mole explique, de façon convaincante, que l’analyse esthétique et stylistique de ces poèmes, au-delà de leur valeur testimoniale et documentaire, peut contribuer à une meilleure compréhension et valorisation de la poésie de la déportation. L’auteur procède selon trois axes principaux : l’utilisation de modèles littéraires, l’intertextualité et l’innovation dans la forme. Au-delà d’un simple écho d’une éducation scolaire lointaine, l’utilisation de modèles littéraires – du poème médiéval au sonnet – ne sert pas seulement de moyen pour faciliter la mémorisation, mais peut, en plus, renforcer l’effet produit par les poèmes, comme par la combinaison de la forme du sonnet avec un contenu loin de toute représentation de la beauté. L’étude de l’intertextualité révèle le recours à la mythologie grecque et à d’autres auteurs (comme Hugo, Villon, Apollinaire, Kafka, Jarry) pour trouver des comparaisons et analogies, en utilisant par exemple Kafka pour exprimer le grotesque ; la citation des écrivains classiques français exprime aussi le besoin des auteurs de se confier à leur patrimoine culturel face à l’anéantissement.

6Même s’il aurait été préférable de citer les poèmes analysés en français, surtout pour l’analyse esthétique et stylistique, Gary D. Mole montre comment l’analyse critique peut ajouter à la compréhension de la poésie de la déportation. Il invite à la redécouverte de cette poésie et valorise un corpus souvent sous-estimé, parce que considéré comme une simple documentation ou un recueil de témoignages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christoph Vatter, « Gary D. Mole, Beyond the Limit-Experience. French Poetry of the Deportation, 1940-1945 », Questions de communication, 4 | 2003, 475-476.

Référence électronique

Christoph Vatter, « Gary D. Mole, Beyond the Limit-Experience. French Poetry of the Deportation, 1940-1945 », Questions de communication [En ligne], 4 | 2003, mis en ligne le 24 mai 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/5954

Haut de page

Auteur

Christoph Vatter

Universität des Saarlandes
CREM, université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page