Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Éric Maigret, Sociologie de la communication et des médias

Paris, A. Colin, coll. U-Sociologie, 2003, 287 p.
Céline Ségur
p. 471-473
Référence(s) :

Éric Maigret, Sociologie de la communication et des médias. Paris, A. Colin, coll. U-Sociologie, 2003, 287 p.

Texte intégral

1Éric Maigret fait le point sur les savoirs théoriques disponibles au sujet de la communication de masse, avec un regard de sociologue. Il recense les traditions de recherche qui ont participé, en Europe et aux États-Unis, à la constitution d’un champ de connaissances ou, plus précisément, d’une discipline, les sciences de l’information et de la communication (SIC). L’ambition avouée – « dégager les éléments canoniques de chacune des grandes traditions » (p. 9) – a pour objectif d’expliciter l’évolution des connaissances, à travers un parcours géographique, historique et disciplinaire. Il s’agit d’un ouvrage à l’allure académique, qui peut devenir un outil de référence et le point de départ d’une réflexion renouvelée. Il se distingue d’une compilation de théories et de méthodologies, parce que l’auteur s’attache à identifier la circulation des savoirs, c’est-à-dire les interactions entre les chercheurs. Il démontre que la nature des questionnements actuels s’inscrit dans l’histoire d’une discipline, marquée notamment par des problèmes de définition et quelques échecs théoriques ; mais un nouvel essor est envisageable, et passe par un retour critique sur l’évolution de l’approche sociologique de la communication.

2Pour cet ouvrage, l’auteur choisit d’associer sociologie de la communication et sociologie des médias, en raison nous dit-il, de l’importance de l’avènement des médias de masse au sein des sociétés démocratiques. Le titre du livre signifie également que les médias représentent un idéal de communication : ils constituent « le fait communicationnel le plus original et le plus déterminant » (p. 13). C’est pourquoi, les efforts de recherche, en sciences sociales, ont été rapidement concentrés sur ce sujet. De plus, les travaux menés autour des questions de production et de réception des messages médiatiques jalonnent l’histoire des théories de la communication, tout comme ils jalonnent l’évolution du discours d’Éric Maigret. Dans un prologue celui-ci précise la nécessité d’appliquer le regard des sciences sociales aux médias : ils doivent être soumis à un examen empirique, car ils sont partie intégrante du dialogue entre les cultures. En effet, le terme média signifie « celui qui transmet », autrement dit : celui qui rend possible la communication. Dès lors, l’auteur parle d’un jeu de communication qui se joue entre émetteur et récepteur. L’association éditoriale entre une sociologie de la communication et une sociologie des médias est justifiée dans le discours, parce que le lecteur constate que nombre de savoirs se réclamant des SIC sont issus de questionnements qui se focalisent sur les médias. Un ensemble de théories et de méthodologies s’est ainsi formé autour des publics médiatiques (effets, nature des relations, analyse de contenu, constitution des publics, etc.).

3Trois parties organisent le volume. Les deux premières sont consacrées à un objectif, consistant à dessiner les racines fondatrices des sciences de l’information et de la communication. L’auteur tisse des liens entre des interrogations présentes dès la fin du XIXe siècle, et les lieux, géographiques et théoriques, où les premières analyses et les primes publications ont été rendues possibles, un demi-siècle plus tard. Ainsi, passe-t-il en revue les traditionnels courants de recherche (le paradigme des effets, la théorie critique européenne, le courant des usages et gratifications, l’école de Toronto et les Cultural Studies), et ajoute-t-il à ce tableau les apports de la théorie mathématique de la communication et de la cybernétique.

4Le fil conducteur est assuré par l’intérêt croissant porté à l’étude des publics. Les manières dont les travaux mobilisent les émetteurs et les récepteurs des messages guident le lecteur à travers l’histoire de la discipline. Éric Maigret souligne un clivage, qu’il convient de dépasser ; c’est pourquoi il propose la constitution d’une nouvelle sociologie des médias (troisième partie). Après un détour, quelque peu déroutant, par l’exposé des impasses actuelles auxquelles se heurtent les sociologues, l’auteur considère l’étude des médias dans un nouveau paradigme (en lien avec une nouvelle sociologie), dotée de trois temps forts : réception, production et contenu. Un retour aux objets est prôné qui se traduit – notamment – par un dernier chapitre consacré à une étude du phénomène Internet, sur le modèle d’une sociologie de la communication, et autour de l’idée d’une démocratie électronique. Mais, on s’aperçoit que la place des nouvelles technologies de l’information et de la communication, justifiée ici par « une globalisation des pratiques et un déploiement toujours plus spectaculaire de technologies de la communication » (p. 276), reste encore minoritaire dans l’ouvrage, et dans le champ de la sociologie des médias.

5Notons que de nombreux encarts, distincts sur le plan typographique, sont proposés. Certains apportent des informations supplémentaires sur un courant théorique ou un système de pensée, par exemple au sujet des formes du constructivisme (pp. 241-242) ; parfois c’est un point de méthodologie. Enfin, plus fréquemment, les encarts sont le lieu de l’exposé des problématiques contemporaines : l’auteur y actualise des propos tenus dans la perspective historique de l’évolution des théories, et expose quelques-unes des préoccupations importantes des chercheurs en information-communication. La question de la violence dans les médias est esquissée (pp. 56-59), l’opposition culture/programmes télévisuels est dépassée (pp. 141-143), de même la question du statut des journalistes, par rapport aux pratiques professionnelles du traitement et de la diffusion des informations (pp. 171-172) fait partie des préoccupations scientifiques actuelles.

6Ainsi, cet outil pédagogique dépasse-t-il le recensement de théories, et se double-t-il d’un outil de réflexion : le lecteur possède un panorama complet des fondements théoriques disponibles, et il est invité à réfléchir sur des problématiques parfois à l’état de friche. Cette qualité s’ajoute à la richesse du contenu, à la pertinence de la critique et à la rigueur scientifique. Éric Maigret ouvre la voie à une sociologie de la communication renouvelée, centrée sur les interactions entre les objets médiatiques et les récepteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Ségur, « Éric Maigret, Sociologie de la communication et des médias », Questions de communication, 4 | 2003, 471-473.

Référence électronique

Céline Ségur, « Éric Maigret, Sociologie de la communication et des médias », Questions de communication [En ligne], 4 | 2003, mis en ligne le 24 mai 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/5947

Haut de page

Auteur

Céline Ségur

CREM, université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page