Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Friedrich Heer, Ausgewählte Werke. In Einzelbänden, Hrsg. Konrad Paul Liessmann, Bd. 2 : Europa : Rebellen, Häretiker und Revolutionäre. Ausgewählte Essays

Wien, Böhlau, 2003, 180 p.
Jeanne Benay
p. 371-372
Référence(s) :

Friedrich Heer, Ausgewählte Werke [OEuvres choisies], In Einzelbänden, Hrsg. Konrad Paul Liessmann, Bd. 2 : Europa : Rebellen, Häretiker und Revolutionäre. Ausgewählte Essays [Europe : rebelles, hérétiques, révolutionnaires], Hrsg. Johanna Heer, Wien, Böhlau, 2003, 180 p.

Texte intégral

1Le volume 2 de l’édition Friedrich Heer, confiée par la Österreichische Forschungs-gemeinschaft au groupe de recherche dirigé par Konrad P. Liessmann, est une anthologie d’essais complets réunis par Johanna Heer – la fille de l’auteur –, allant de 1953 à 1983, et livrant au public des écrits marquants et typiques du penseur (1916-1983) qui illustrent la période la plus active de sa vie.

2Ces essais, souvent plus courts que ceux du volume 1 (Das Wagnis der schöpferischen Vernunft, 2003) et, pour la plupart, non encore publiés, permettent de découvrir des préoccupations qui sont toujours à l’ordre du jour et prouvent l’extraordinaire écoute de Friedrich Heer, sa faculté de jugement et d’anticipation. L’éventail thématique de l’auteur s’y révèle très large, toujours en phase avec l’actualité : l’homme est au fait des événements nationaux et internationaux. De nos jours, on peut toujours se référer à sa pensée, voire partager ses convictions. Historien, homme de culture qui rend hommage au Austrian Mind. An Intellectual and Social History 1848-1938 de William M. Johnston (Berkeley, University of California Press, 1972), humaniste, Friedrich Heer ne peut rester indifférent : tout l’émeut, l’injustice le révolte, même lors d’un simple déplacement. Dès 1970, les observations faites dans le métro parisien font resurgir en lui des réflexions sociologiques et éthiques de Simone de Beauvoir (La vieillesse, Paris, Gallimard, 1970) selon lesquelles « notre » société (p. 51) se montre cruelle envers les jeunes et les personnes âgées.

3National-socialisme, guerres (« Il y a donc toujours des meurtriers parmi nous », p. 55), rôle de la théologie dans une époque où l’on travaille désormais à la « solution finale de l’homme » (p. 152), préoccupation d’une Europe nouvelle et meilleure, défense de l’égalité pour tous, notamment de l’émancipation des femmes, plaidoyer pour la paix (pp. 167-173) et l’entente entre les hommes et les peuples (pp. 141-150), espoir de tolérance (pp. 85-94), foi en une église (chrétienne) œcuménique, consciente que l’« holocauste […] est un feu inextinguible » (p. 166). Encore né dans la Double Monarchie danubienne – « Auschwitz : je suis né dans l’État de l’empereur François-Joseph lequel, comme cela est dit dans le long titre juridique qu’il portait, était empereur d’Autriche, roi apostolique de Hongrie, roi de Galicie etc., duc d’Auschwitz et de Zator » (p. 151) –, Friedrich Heer peut, par son savoir et son vécu, se permettre des connexions entre des faits historiques apparemment fort éloignés les uns des autres. Ayant connu une grande partie du XXe siècle, il partage l’identité plurielle d’un Ödön von Horváth (« Fiume, Belgrad, Budapest, Preßburg, Wien, München », in : Querschnitt, Berlin, Propyläen-Verlag, 1929). Ainsi n’y a-t-il plus de frontières, la citoyenneté du monde devient réalité et l’on peut ainsi « s’adresser à tous les hommes » (p. 154). Ces références et cette lecture permettent précisément de mieux expliquer l’évolution des choses. Aussi le fossé entre Ronald Reagan – en raison de sa politique d’armement – et Adolf Hitler ou Mouammar Kadhafi (Gaddaffi en allemand) n’est-il pas forcément infranchissable (pp. 167-173). Comment faire pour réveiller les consciences ? Friedrich Heer dérange parfois, bouscule toujours. Ne serait-ce pas le moyen adéquat pour essayer de changer la vie, de rendre le monde meilleur ?

4Si un certain féminisme sectaire a mené dans une impasse, le sexisme presque indéracinable de notre société – d’autant que l’Occident, devenu entre temps multi-ethnique, est confronté à des cultures où le quotidien des femmes est quasiment rythmé par des moments d’exclusion – repose la question du statut de la femme dans la polis, dans toute sa complexité, ses hauts et ses bas, tel que Friedrich Heer l’avait déjà envisagé en 1972, sans fixer aucune date dans l’avenir. Si, au sujet du statut de la femme, on a peut-être perdu de vue que Nietzsche (Ainsi parlait Zarathustra, 1883, 1891) avait été contredit par Simone de Beauvoir (Le deuxième sexe, Paris, Gallimard, 1949), comme l’imagine encore Friedrich Heer (p. 65), la femme demeure plus que jamais un objet, une « marchandise » (p. 63). Si les mouvements contestataires de 1968 furent pour lui le signe d’une avancée, même s’il s’agissait plus d’une révolution sexuelle qu’autre chose (p. 70), s’il sut apprécier le fait que les femmes puissent décider de leur corps (Evelyne Sullerot, Demain les femmes, Paris, R. Laffont, 1965) – ce qui conduisit logiquement en France à la loi Veil (1975) –, il rejoignit néanmoins Witold Gombrowicz quand celui-ci disait que « la femme est la clé pour accéder à l’homme » (Aus dem Tagebuch des Witold Gombrowicz, München, dtv, 1966, p. 94, cf. page 71 du volume recensé). Ce qui signifie que la femme ne peut trouver l’égalité dans la société qu’en prenant la responsabilité d’apporter à l’homme cette maturité qui, seule, lui permettra d’accepter et de respecter son altérité. Ce cheminement s’avère à nouveau complexe. Il peut même paraître suspect, mais surtout utopique. Friedrich Heer n’a jamais envisagé que la femme puisse être inférieure à l’homme. Les « relations claires » (p. 71), au sein d’une cellule familiale et proposées par le penseur, ne sont peut-être plus à l’ordre du jour, mais elles jettent néanmoins les bases d’une égalité partagée, même si, au départ, « l’icône » de la femme sur laquelle reposait ce projet était trop belle.

5Si Friedrich Heer privilégie l’histoire des vrais rebelles, ceux qui ont entretenu une relation dialectique – presque hégélienne – avec l’autorité, cela correspond à la philosophie qui a été le moteur de toute sa vie, celle de « la raison créatrice », jamais définie par l’auteur, mais toujours présente et illustrée. Les contestataires qui furent aux prises avec la société – Jésus, Jans Hus, Jeanne d’Arc, Martin Luther… (pp. 119-139) – ont marqué leur époque. Mais, curieusement, en bousculant l’ordo traditionnel pour donner un visage plus humain à la société, à la vie, pour « créer », ils ont œuvré sans le savoir pour une « renaissance du père » (p. 139), comme le postule Friedrich Heer dans une démarche qui tient de la philosophie, de la religion et de la psychologie. Apparemment Freud – lui aussi un rebelle (p. 55) – ne détenait pas la clé – utopique – pour régler l’éternel conflit entre le fils et le père, mais peut-être que le seul visionnaire en ce domaine ne pouvait être qu’un prophète, en l’occurrence Malachias.

6La conception de l’ouvrage répond à la démarche et aux critères retenus dans le projet initial. Le titre donné au volume, même s’il ne fait que reprendre celui de l’un des essais, convient bien à l’ensemble, car les questions européennes sont omni-présentes. Ces essais contiennent un grand potentiel de vérités, toujours valables, une dynamique historique, et dépassent le simple témoignage porté sur le passé : la « casa d’Austria » peut encore féconder l’Europe future (pp. 21-27). Ainsi ces textes contribuent-ils à l’élaboration de l’avenir, à comprendre les problèmes actuels de la Communauté européenne, le néo-nazisme, les dérives sociales généralisées, la mondialisation incontrôlée et incon-trôlable – par exemple l’opacité des grandes multinationales (p. 70) –, les rivalités et guerres ethniques. La pensée de Friedrich Heer a donc conservé toute sa force. Elle est soutenue par un ouvrage dont la rigueur éditoriale et bibliographique, l’index utile et révélateur (pp. 176-180) caractérisent aussi cette publication de qualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jeanne Benay, « Friedrich Heer, Ausgewählte Werke. In Einzelbänden, Hrsg. Konrad Paul Liessmann, Bd. 2 : Europa : Rebellen, Häretiker und Revolutionäre. Ausgewählte Essays », Questions de communication, 6 | 2004, 371-372.

Référence électronique

Jeanne Benay, « Friedrich Heer, Ausgewählte Werke. In Einzelbänden, Hrsg. Konrad Paul Liessmann, Bd. 2 : Europa : Rebellen, Häretiker und Revolutionäre. Ausgewählte Essays », Questions de communication [En ligne], 6 | 2004, mis en ligne le 30 mai 2012, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/5894

Haut de page

Auteur

Jeanne Benay

CÉPLA, Université de Metz, jeanne.benay@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page