Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Jürgen Elsässer, La RFA dans la guerre au Kosovo. Chronique d’une manipulation, trad. de l’allemand par P. Massy et É. Reczeg.

Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Allemagne d’hier et d’aujourd’hui, 2002, 260 p.
Solange De Jésus
p. 443-444
Référence(s) :

Jürgen Elsässer, La RFA dans la guerre au Kosovo. Chronique d’une manipulation, trad. de l’allemand par P. Massy et É. Reczeg. Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Allemagne d’hier et d’aujourd’hui, 2002, 260 p.

Texte intégral

1Parmi les conflits marquants ayant succédé à la Deuxième Guerre mondiale dans lesquels l’Europe s’est impliquée, la guerre au Kosovo occupe une place à part. En 1991, la guerre du Golfe ouvrait une nouvelle ère dans la manière de mener une offensive, avec l’introduction d’armes à haute précision devant permettre de mieux cibler des points militaires stratégiques pour limiter les pertes humaines et tendre ainsi vers le but ambitieux d’une « guerre propre ». Sept ans après, la guerre au Kosovo a été présentée par les puissances occidentales comme reposant sur des critères éthiques, voire « moraux ». Mais, le droit d’ingérence humanitaire au nom duquel lesdites puissances intervinrent, en 1998, dans l’objectif de stabiliser la région, soumise à la répression des Serbes suite à ses tentatives d’indépendance, a suscité de vives controverses à l’échelle internationale. Des voix s’élevèrent pour reprocher aux belligérants de passer outre la souveraineté des États, allant parfois jusqu’à taxer leurs méthodes d’impérialistes.

2L’ouvrage de Jürgen Elsässer alimente une polémique toujours actuelle puisque, depuis 1999, le Kosovo est administré par l’ONU, en mettant l’accent sur le rôle joué par la RFA dans ce conflit. La perspective choisie s’avère d’autant plus intéressante que, rappelons-le, il s’agit de la première guerre à laquelle prend part l’Allemagne réunifiée qui a recouvré sa souveraineté en 1990. Eu égard à son  histoire, l’engagement de la Bundeswehr a, plus encore que pour une autre nation, sa renommée et sa crédibilité pour enjeu. La traduction de Pauline Massy et Édouard Reczeg de ce livre paru en 2000 en langue allemande fait, à présent, connaître au public français les dessous de cartes de la politique étrangère du gouvernement Schröder, tels que les voit un auteur spécialiste des questions politiques. En effet, à partir d’avril 1999, Jürgen Elsässer a été rédacteur de la revue mensuelle Konkret et responsable de la rubrique consacrée aux événements politiques, poste dont il a été licencié en décembre 2002, en raison de ses prises de position au sujet de la guerre en Irak qui divergeaient de celles véhiculées par sa revue. Mais, avant que ne surviennent ces dissentiments dont nous n’examinerons pas ici les causes, « Jürgen Elsässer passait pour la star de l’équipe du nouveau Konkret », ainsi que le souligne Manuela Fresnik dans son article « Die Wege trennen sich. Konkret hat Jürgen Elsässer entlassen » (Medien, 13/12/03). Ce « statut » de « star », le rédacteur le doit autant à ses compétences qu’à sa forte personnalité : ses diverses publications portent toutes le sceau d’un esprit aigu et critique ; auteur de gauche ayant le courage de ses opinions – parfois subversives –, il ne paraît guère étonnant que ses écrits lui attirent aussi bien des admirateurs que des détracteurs.

3Dans la guerre au Kosovo, la RFA ne fait pas exception à la règle et se situe dans la lignée des ouvrages à contenu sensationnel de Jürgen Elsässer. D’emblée, le sous-titre donne le ton : Chronique d’une manipulation. De cette formulation perce une accusation qui, d’un point de vue méthodologique, s’égrène au fil d’une argumentation étayée par une documentation variée et étoffée. L’auteur recourt avec beaucoup de régularité et de rigueur aux sources informatives les plus diverses : articles de presse, émissions télévisées et radiophoniques, documentation provenant de sites internet, dossiers juridiques et documents d’État parfois inédits, comptes rendus scientifiques, littérature spécialisée, allocutions, témoignages, carte géographique (p. 102), etc... La richesse d’une telle documentation explique la nécessité d’une répartition équilibrée des notes : aussi ces dernières se trouvent-elles systématiquement en fin de chapitre, rendant au lecteur la tâche plus aisée et lui octroyant une vue d’ensemble claire de chaque unité thématique.

4La table des matières (pp. 251-252) donne un aperçu du style du livre. Les titres des douze chapitres qui divisent la démonstration chronologique de la « manipulation » annoncée, sont révélateurs du langage corrosif dans lequel s’exprime l’auteur pour dénoncer les pratiques, jugées déloyales, des instances dirigeantes de la RFA, mais également d’autres pays et institutions de la coalition internationale. Des termes tels que « magouilles », « propagande » (p. 251), des expressions comme « le cynisme des responsables », « le mensonge d’une Bundeswehr aux mains propres », « Sexe, Mensonges et Vidéos » (p. 252) ne sauraient manquer de piquer la curiosité du lecteur face à des assertions qui, on le comprend, ont pour fonction d’être le prélude à sa future indignation.

5En quoi consiste au juste la manipulation en question d’après Jürgen Elsässer ? L’ancien rédacteur de Konkret avance la thèse suivante : la guerre au Kosovo ne reposerait pas sur de prétendus fondements éthiques, mais s’inscrirait dans une logique d’« impérialisme déchaîné » (p. 8). En 1998, l’aspect moral d’une intervention militaire dans cette région de Yougoslavie est souligné par les puissances occidentales qui bénéficient, en l’occurrence, d’une opinion publique favorable après les images télévisées montrant les exactions commises par les Serbes sur les Albanais réclamant l’indépendance de la province. Après que l’Armée de libération du Kosovo (UçK) ait tenté d’obtenir celle-ci par des actions terroristes, le gouvernement yougoslave a sévèrement réprimé le peuple albanais. Face à l’escalade de la violence, une ingérence de l’OTAN est présentée comme incontournable pour rétablir l’ordre et les droits de l’homme. Voici pour la version officielle des faits. À l’appui de données chiffrées et fort de la documentation évoquée ci-dessus, Jürgen Elsässer montre au contraire que le conflit aurait très bien pu être évité. À cet égard, la position allemande dans les négociations menées à Rambouillet aurait été trop dure, envenimant une situation déjà extrêmement critique. Sous la plume de l’auteur, la RFA apparaît comme le moteur d’une logique de guerre, entraînant dans son sillage les autres nations occidentales, en particulier les déclarations sciemment erronées des responsables politiques de l’époque. Ainsi, Jürgen Elsässer les accuse-t-il d’avoir volontairement grossi les chiffres des victimes de massacres serbes dont il remet l’existence en cause. Par voie de conséquence, il s’insurge contre le « rapprochement entre Srebrenica et Auschwitz », le jugeant « indigne de débat » (p. 15), car il instrumentaliserait un triste pan de l’histoire allemande à des fins impérialistes. Si l’on ne peut retirer à l’ouvrage des qualités certaines au vu de la documentation dont il est enrichi et des éléments nouveaux qu’il apporte à la compréhension d’un conflit très controversé, il est néanmoins tentant pour un lecteur non averti de se laisser gagner par une argumentation agrémentée de portraits au vitriol et d’anecdotes – certes plaisantes –, mais parfois peu en rapport avec la dignité des personnes que l’auteur prétend défendre par ailleurs. Du moins, Jürgen Elsässer a-t-il souvent l’honnêteté d’éviter les conclusions hâtives et de renvoyer le lecteur à son propre jugement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Solange De Jésus, « Jürgen Elsässer, La RFA dans la guerre au Kosovo. Chronique d’une manipulation, trad. de l’allemand par P. Massy et É. Reczeg. », Questions de communication, 4 | 2003, 443-444.

Référence électronique

Solange De Jésus, « Jürgen Elsässer, La RFA dans la guerre au Kosovo. Chronique d’une manipulation, trad. de l’allemand par P. Massy et É. Reczeg. », Questions de communication [En ligne], 4 | 2003, mis en ligne le 24 mai 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/5892

Haut de page

Auteur

Solange De Jésus

CÉPLA, université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page