Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Marie-Ève Thérenty, Alain Vaillant, dirs, Presses et plumes. Journalisme et littérature au XIXe siècle

Paris, Nouveau Monde Éd., coll. Histoire contemporaine, 2004, 583 p.
Marieke Stein
p. 495-498
Référence(s) :

Marie-Ève THERENTY, Alain VAILLANT, dirs, Presses et plumes. Journalisme et littérature au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde Éd., coll. Histoire contemporaine, 2004, 583 p.

Texte intégral

1L’ouvrage résulte d’un colloque organisé à Montpellier en 2001 par le Centre d’études romantiques et dix-neuviémistes de l’université Paul-Valéry, en collaboration avec l’UMR « Lire » et le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Il s’attache essentiellement à sonder et à définir les relations entre presse et littérature au XIXe siècle, à montrer leurs interactions, et à tracer une histoire conjointe de la littérature et de la presse, ainsi que de certains genres journalistiques au moment de leur naissance. Ce livre, qui privilégie les perspectives littéraires, accorde une place prépondérante à la manière dont presse et littérature s’influencent l’une l’autre, et montre comment le journal, médiateur entre l’œuvre littéraire et l’espace public, oblige l’écrivain à repenser son écriture et son rapport aux lecteurs. Ces questions, et bien d’autres, sont envisagées par le biais de 41 contributions de spécialistes de la presse, de la littérature, mais aussi des sciences de l’information et de la philosophie. Ces contributions sont regroupées en quatre parties.

2La première, « La presse au miroir de la littérature », expose les représentations souvent contradictoires et complexes que les écrivains ont du journal pendant tout le siècle. De Stendhal à Schwob en passant par Vallès, Zola et Mallarmé, le risque de cette première partie était de s’apparenter à une simple nomenclature des attitudes d’écrivains face à la presse, à un catalogue d’opinions, ou à une série de biographies. C’est d’ailleurs une tentation du recueil entier, puisque plusieurs articles retracent les liens de tel ou tel écrivain avec la presse, sans toujours dépasser le cas particulier. Toutefois, ces contributions prises dans leur ensemble éclairent une même réalité : les écrivains accusent volontiers le journal de mercantilisme, de prostitution morale, ou de corruption du goût et du style, mais presque tous participent d’une manière ou une autre à l’entreprise journalistique, et beaucoup rêvent d’une presse idéale, vecteur de connaissance et fondatrice d’une nation éclairée. Cette première partie de Presse et plumes présente des études littéraires intéressantes, comme celle de Claude-Pierre Pérez sur Villiers de l’Isle-Adam « actualiste », qui montre comment une activité d’abord alimentaire a fini par contraindre l’écrivain à prendre en charge l’actualité, c’est-à-dire « le transitoire, le fugitif, le contingent », la moitié de l’art selon Baudelaire, donc la modernité…

3La deuxième partie de Presse et plumes aborde le journal sous l’angle de la distinction géographique et sociologique entre province et nation. C’est là une approche neuve et fructueuse, même si, là encore, l’inévitable tendance à un catalogue d’entreprises journalistiques est sous-jacente, lorsque sont étudiés pour eux-mêmes le Provincial de Dijon, la Mosaïque de l’Ouest ou la parisienne Illustration. Toutefois, ces communications soulèvent le plus souvent des questions vraiment originales, comme celle de Philippe Martel consacrée aux usages et aux significations politiques ou militantes de l’occitan dans les journaux du sud, celle de Diana Cooper-Richet sur la presse anglophone à Paris, ou celle d’Anne-Marie Thiesse qui montre comment les entreprises journalistiques et culturelles de province visent à briser la suprématie de Paris, sans y parvenir. Plusieurs contributions rattachent de façon éclairante l’histoire des journaux régionaux et celle des mouvements régionalistes, ouvrant ainsi des perspectives sociologiques et historiques nouvelles. Dans cette même partie, la contribution de Michael Palmer, intitulée « Le récit de l’actualité, entre journalisme et dépêches d’agence », détaille le fonctionnement de l’information dans la presse sans négliger ses aspects techniques (le télégraphe), et propose une réflexion sur le récit d’actualité, genre hybride à la frontière du journalisme et de la littérature.

4Les deux dernières parties s’orientent essentiellement vers des approches textuelles du journal et du texte médiatisé, en particulier pour dégager une « poétique de l’écriture journalistique ». Y sont détaillées les nombreuses modifications apportées au texte littéraire par le journal (avec l’émergence de formes nouvelles, comme le poème en prose), ainsi que la naissance de genres journalistiques nouveaux, comme la fiction d’actualité ou le reportage. La troisième partie, « La création intellectuelle et littéraire au rythme du périodique », s’interroge avec beaucoup de pertinence sur « un nouveau régime culturel, le périodique, comme on dit le politique » (introduction de Philippe Régnier, p. 217), qui modifie la manière de voir, de sentir et de penser des contemporains, et qui produit une véritable révolution culturelle, proche de la révolution numérique. Les contributions regroupées dans cette partie montrent à quel point l’opinion publique, mais aussi les discours littéraire, scientifique et philosophique, ainsi que l’éloquence, évoluent sous l’influence du périodique. Philippe Régnier étudie de manière très complète, à travers le journalisme saint-simonien, « un modèle d’entreprise collective de l’hégémonie idéologique par voie de presse » (p. 223) ; Jean-Claude Fizaine, en racontant les polémiques qui opposèrent L’Univers de Louis Veuillot à L’Événement de Victor Hugo, finit par montrer que « la presse déstabilise la littérature, contrainte de se trouver de nouveaux modes de légitimation » (p. 256), alors que Michèle Fizaine réduit l’écart entre presse et écriture littéraire en présentant L’Événement comme un projet d’écriture littéraire de la presse.

5D’autres communications s’intéressent à la manière dont les discours scientifiques et philosophiques s’adaptent à un mode de diffusion périodique et fragmentaire : Annie Petit expose l’attitude paradoxale d’Auguste Comte, qui souhaite une diffusion de la science positiviste par la presse, tout en ayant peu de considération pour le journalisme ; Laurent Fedi examine les « pratiques de pensée à l’œuvre dans les revues philosophiques et généralistes, dans années 1870 à 1900 » ; Silva Disegni étudie l’influence de l’écriture journalistique sur le style du Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle de Pierre Larousse, et aboutit à la définition du dictionnaire comme un produit lexicographique non autonome, fruit d’une intertextualité journalistique.

6L’influence du périodique sur les genres littéraires n’est pas oubliée ; Alain Vaillant, en particulier, définit le journal comme creuset de l’invention poétique. Il montre que l’un des faits essentiels de l’histoire de la littérature au XIXe siècle est la mutation de la communication littéraire, et explique que la littérature est passée du statut de médiateur à celui d’objet médiatisé. Prenant le contre-pied d’une idée répandue au XIXe siècle, il prouve aussi que, loin d’avoir tué la poésie, le journal est « un laboratoire d’invention poétique » (p. 320). Cette idée est confirmée dans les contributions de Pascal Durand, de Jean-Pierre Bertrand et de Patrick Sutter, qui étudient l’influence de la presse sur trois poétiques, respectivement celles de Mallarmé, de Baudelaire et des surréalistes, prolongeant cette fructueuse réflexion sur l’esthétique poétique nouvelle issue du creuset journalistique. La dernière partie du recueil, « Poétiques de l’écriture journalistique », s’intéresse à l’écriture de la presse et à l’émergence de nouveaux genres journalistiques. Il s’agit de définir « une poétique du journal grâce au prisme du contexte social et culturel » (introduction de Marie-Ève Thérenty, p. 368). Des communications intéressantes sont ainsi dédiées à la presse enfantine, à la critique littéraire dans le journal, au reportage et à la fiction d’actualité. D’autres décrivent et expliquent des techniques d’écriture, comme la répétition et l’usage du lieu commun dans la presse libérale sous la Restauration (Corinne Pelta).

7Presse et plumes présente une évidente volonté d’exhaustivité et d’interdisciplinarité, même si l’approche reste majoritairement littéraire, et que d’autres approches, comme la communication et la sociologie, sont plus marginales, malgré une contribution de Karine Taveaux-Grandpierre qui examine la presse par rapport aux notions d’industrie culturelle et de culture industrielle, de culture de masse et de marchandisation. Cette volonté d’étudier les relations entre presse et littérature de la manière la plus complète explique et excuse l’impression de surabondance que donne l’ouvrage, avec ses 41 articles qui étudient hommes, genres, œuvres, organes de presse de la Restauration aux années 20. Cette profusion de pistes ouvertes et d’idées fertiles est une mine pour les littéraires, tout en intéressant les autres disciplines. Pour tous, deux index (des auteurs et des journaux) et une riche bibliographie font de Presse et plumes un outil de recherche pratique.

8Néanmoins, ce recueil, riche et divers, présente quelques lacunes. Alors qu’on croise au fil des pages quantités de personnages connus ou méconnus du monde de la presse (comme Victor Pavie, dans la contribution de Vincent Laisney, ou Pierre Giffard, pionnier du grand reportage et du journalisme sportif, dans l’étude de Myriam Boucharenc), on s’étonne de l’absence d’autres visages essentiels : Lamartine, par exemple, écrivain qui créa des entreprises journalistiques vraiment originales, et surtout Girardin, sur qui tout n’a pas été dit, même après l’excellent ouvrage de Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant, 1836, l’an I de l’ère médiatique (Paris, Nouveau Monde Éd., 2001). Autre absent de taille : le lectorat des journaux, auquel il aurait été utile de consacrer quelques études, tant le sujet est encore vierge. Mais la presse du XIXe siècle est un sujet bien trop vaste pour qu’un seul ouvrage, même excellent, puisse tout en dire, et Presse et plumes ajoute à ses autres qualités celle d’ouvrir une profusion de pistes nouvelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marieke Stein, « Marie-Ève Thérenty, Alain Vaillant, dirs, Presses et plumes. Journalisme et littérature au XIXe siècle », Questions de communication, 8 | 2005, 495-498.

Référence électronique

Marieke Stein, « Marie-Ève Thérenty, Alain Vaillant, dirs, Presses et plumes. Journalisme et littérature au XIXe siècle », Questions de communication [En ligne], 8 | 2005, mis en ligne le 01 décembre 2005, consulté le 20 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/5871

Haut de page

Auteur

Marieke Stein

CÉRIEL, université Marc Bloch-Strasbourg 2 CREM, université Paul Verlaine-Metz
marieke.stein@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page